Ethiopie : La région du Tigray largement contrôlée par les forces fédérales, selon le gouvernement

Imprimer

La région du Tigray est très largement contrôlée par les forces fédérales, a déclaré lundi un porte-parole du gouvernement éthiopien qui conduit une offensive dans la zone depuis près de trois semaines.

Selon ce porte-parole, les combattants du Tigray ont tiré lundi plusieurs roquettes sur Bahir Dar, chef-lieu de la région voisine d'Amhara, dont les autorités soutiennent l'opération gouvernementale.

Le chef-lieu du Tigray encerclé par l'armée éthiopienne, selon Addis-Abeba
L'armée éthiopienne a achevé l'encerclement de Mekelé, chef-lieu de la région dissidente du Tigray, a fait savoir lundi le gouvernement central, qui avait donné la veille 72 heures aux forces locales pour capituler. "Le début de la fin est imminent", a déclaré Redwan Hussein, porte-parole du gouvernement, près de trois semaines après le début de l'offensive ordonnée par le Premier ministre Abiy Ahmed, qui menace de déstabiliser la Corne de l'Afrique.

Le chef du gouvernement a sommé les forces du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF), dont les dirigeants gouvernent cette région montagneuse peuplée de cinq millions d'habitants, de déposer les armes d'ici mercredi sous peine d'un assaut de Mekelé. La ville compte un demi-million d'habitants. Debretsion Gebremichael, président du Tigray, a démenti l'encerclement de Mekelé et a déclaré à Reuters que cet ultimatum était un prétexte pour permettre aux forces gouvernementales de se regrouper après les défaites qu'elles ont selon lui subies sur trois fronts. "Nous avons des principes et sommes prêts à mourir pour défendre notre droit d'administrer notre région", a-t-il ajouté.

Le conflit, qui a éclaté le 4 novembre, a déjà fait des centaines, voire des milliers de morts et a poussé près de 40.000 Ethiopiens à se réfugier au Soudan voisin. Il s'est étendu au-delà du Tigray, les rebelles du TPLF (Front de libération du peuple du Tigray) ayant tiré des roquettes dans la région voisine d'Amhara et à la frontière avec l'Erythrée.

Les commentaires sont fermés.