Nagorny-Karabakh : Bombardements meurtriers et combats près de la ville stratégique de Chouchi

Imprimer

Trois civils ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi par des bombardements sur la région sécessionniste du Nagorny Karabakh, a annoncé l'Arménie, les combats avec l'armée azerbaïdjanaise se poursuivant près de la ville stratégique de Chouchi

Une porte-parole de l'armée arménienne, Chouchan Stepanian, a indiqué sur Twitter que la capitale du Nagorny Karabakh, Stepanakert, avait été de nouveau visée par des frappes. "Une roquette a atteint une zone résidentielle, tuant trois civils", a-t-elle affirmé, évoquant également des bombardements sur la ville de Chouchi.

De son côté, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de tirs ennemis dans la matinée sur la ville de Terter et deux autres villages. Il a également signalé des bombardements dans la nuit sur une localité de la région de Goranboï.

Sur Twitter, l'armée du Nagorny Karabakh a déclaré que les combats se poursuivaient "le long des principales parties du front". "De multiples attaques d'unités azerbaïdjanaises sur Chouchi ont également été repoussées", est-il ajouté, l'armée assurant avoir le "contrôle complet de la situation".

Chouchi
Chouchi, surnommée la Jérusalem du Nagorny Karabakh, est une localité stratégique située sur des hauteurs au sud de Stepanakert. Depuis la reprise des combats le 27 septembre, les forces azerbaïdjanais ont regagné d'importants territoires au sud du Karabakh et se rapprochent de Chouchi et d'une route vitale reliant la capitale séparatiste à l'Arménie.

Au début des années 1990, une première guerre dans la région avait fait 30.000 morts et aboutit à la sécession du Nagorny Karabakh de l'Azerbaïdjan. Selon des bilans partiels, ces nouveaux affrontements, les pires depuis près de trente ans, ont fait plus de 1.250 morts mais le nombre de victimes est probablement beaucoup plus élevé, l'Azerbaïdjan ne communiquant pas ses pertes militaires.

Trois tentatives de trêve humanitaire négociées respectivement sous l'égide de la Russie, de la France et des Etats-Unis, ont volé en éclats. Cette semaine, l'ONU a évoqué la possibilité de crimes de guerre en raison d'attaques "indiscriminées" contre des civils et de vidéos jugées crédibles montrant l'exécution de prisonniers de guerre arméniens. Tandis qu'Erevan a demandé à Moscou une assistance militaire, Bakou bénéficie du soutien appuyé de la Turquie, accusée de lui fournir des spécialistes et des mercenaires.

Vidéo côté arménien
Prière sous les bombardements à Chouchi :

Vidéo côté azerbaïdjanais
Enterrement d'un martyr tué au combat
La région de Füzuli reprise aux Arméniens :

Les commentaires sont fermés.