Bangladesh : Des milliers de manifestants anti-Macron après l'attentat de Nice

Imprimer

Des dizaines de milliers de musulmans ont manifesté vendredi au Bangladesh pour protester contre les déclarations d'Emmanuel Macron sur la liberté de culte et les valeurs après une nouvelle attaque d'inspiration islamiste contre une église à Nice. La France, qui abrite la plus grande communauté musulmane d'Europe, est engagée dans une guerre contre une "idéologie islamiste", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, estimant que de nouveaux attentats sur le sol français étaient probables.

Dans les rues de Dacca, la capitale du Bangladesh, des manifestants ont scandé "Boycottez les produits français" et ont brandi des banderoles qualifiant Emmanuel Macron de "plus grand terroriste du monde". "Macron dirige l'islamophobie", a jugé un manifestant à Dacca. "Il ne connaît pas la puissance de l'Islam. Le monde musulman ne laissera pas cela se poursuivre en vain. Nous nous lèverons et nous unirons contre lui", a-t-il ajouté. Plusieurs dirigeants en Asie ont en revanche exprimé leur soutien à la France après les attentats de jeudi.

Le plan Vigipirate en France a été porté jeudi au niveau "urgence attentat" sur l'ensemble du territoire national après qu'un ressortissant tunisien de 21 ans a décapité une femme et tué deux autres personnes à coups de couteau dans la Basilique Notre-Dame, en plein coeur de Nice.

"Nous ne cèderons rien"
Dénonçant une "attaque terroriste islamiste contre la France", Emmanuel Macron a déclaré sur les lieux du drame: "Nous ne céderons rien". Il a également annoncé un renforcement de l'opération Sentinelle, qui passera de 3.000 à 7.000 militaires mobilisés pour protéger notamment les lieux de cultes. "Si nous sommes attaqués, une fois encore, c'est pour les valeurs qui sont les nôtres, pour notre goût de la liberté, pour cette possibilité sur notre sol de croire librement et de ne céder à aucun esprit de terreur", a insisté le président français.

Emmanuel Macron avait déjà provoqué la colère d'une partie du monde musulman en promettant lors de l'hommage national à Samuel Paty, un professeur de collège assassiné après avoir montré des caricatures de Mahomet dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression, que la France ne renoncerait jamais à ces caricatures.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, a reconnu vendredi ne pas aimer les caricatures du prophète Mahomet publiées par Charlie Hebdo mais a assuré qu'il les défendait au nom du principe de la liberté d'expression. "Je suis Français, et quand on est Français on défend Charlie Hebdo même si on n'aime pas les caricatures de Charlie Hebdo. C'est exactement mon cas", a-t-il dit.

Les commentaires sont fermés.