(11/10) Mali : L'otage suisse a été tuée - L'information donnée par l'otage française libérée

Imprimer

Une Suissesse enlevée il y a quatre ans au Mali a été tuée par ses ravisseurs, ont rapporté samedi des médias suisses.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) l’a annoncé ce vendredi soir. Les responsables sont apparemment membres d’un groupe issu d’Al-Qaïda, précise le site suisse "Le matin".

Les autorités françaises ont informé la Suisse vendredi après-midi que l’otage suisse détenue au Mali était décédée, écrit le DFAE. Elle aurait été tuée par les ravisseurs de l’organisation terroriste (JNIM) il y a environ un mois, indique la même source.

La victime est une missionnaire de Bâle enlevée il y a quatre ans. Active depuis des années comme missionnaire à Tombouctou, elle avait été enlevée en 2016, pour la deuxième fois. Elle avait, en effet avait été kidnappée une première fois en 2012, rapporte Le matin.

Les circonstances exactes de l’assassinat ne sont pas encore claires. Les autorités françaises ont été informées de cette exécution par l’intermédiaire de l’otage française libérée jeudi, Sophie Pétronin, précise le même média.

La Suisse met tout en œuvre pour connaître les circonstances exactes de cette exécution ainsi que le lieu où se trouve le corps de la victime, écrit le DFAE. La Suisse fera tout son possible pour le rapatrier, poursuit Le matin précisant que l'annonce de la mort de l'otage suisse survient alors que Sophie Pétronin est arrivée vendredi en France, après sa libération jeudi au Mali.

Sophie Pétronin a été libérée en même temps que deux Italiens, dont un prêtre, et une importante figure de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé.

Les commentaires sont fermés.