Syrie : Manifestations autour de deux postes de l'armée turque assiégés par l'armée syrienne dans le sud de la province d'Edleb

Imprimer

Mercredi 16 septembre, des dizaines de civils ont protesté autour de deux postes d'observation turcs assiégés par l'armée arabe syrienne (AAS) dans le Grand Edleb. Les manifestants exigent le retrait des forces turques de la région.

Les manifestations ont débuté mercredi matin autour des postes de Murak et d'Alsurman dans le sud et le sud-est d'Edleb. Le poste turc de Murak est assiégé depuis août 2019, tandis que celui d'Alsurman est assiégé depuis décembre 2019.

Les manifestants, qui brandissaient des drapeaux syriens et des photos du président Bachar al-Assad, ont exigé le retrait des forces turques du Grand Edleb. De nombreux manifestants étaient apparemment des habitants de la région, principalement des villes de Murak, Alsurman et Tell Touqan.

Les membres des services turcs du poste de Murak ont repoussé les manifestants à coup de gaz lacrymogène. Plusieurs manifestants ont été intoxiqués.

Selon plusieurs sources de l'opposition, les manifestations ont été organisées par le parti Baas au pouvoir pour faire pression sur les forces turques afin qu'elles abandonnent leurs postes.

L'armée turque a établi les deux postes et de nombreux autres en 2018 et 2019 dans le cadre du processus d'Astana. Les postes étaient censés surveiller le cessez-le-feu dans le Grand Idlib. En 2019, l'Armée syrienne a libéré les zones où étaient installés les postes. Cependant, Ankara a refusé de retirer ses troupes.

Les protestations ont eu lieu le jour même où les parties russe et turque entamaient des discussions sur les questions libyennes et syriennes. Selon plusieurs sources, la Russie, pour sa part, a proposé à la Turquie de réduire le nombre de postes d'observation turcs dans la province syrienne d'Edleb, mais Ankara aurait refusé.

Les protestations d'aujourd'hui sont le signe de la frustration croissante de Damas face à la présence militaire turque dans le Grand Edleb. De son côté, Ankara semble avoir l'intention de rester dans le nord syrien à long terme.

Les commentaires sont fermés.