Irak : Deux hauts gradés irakiens tués par un drone turc au Kurdistan

Imprimer

Deux haut gradés irakiens ont été tués mardi, a annoncé l'armée irakienne dénonçant "une agression turque flagrante menée par un drone", alors qu'Ankara mène depuis des semaines des frappes aériennes contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, opposition kurde en Turquie) au Kurdistan d'Irak.
Bagdad a déjà convoqué à deux reprises l'ambassadeur turc pour protester contre les raids d'Ankara sur son sol. En dépit de ces protestations, qui pourraient désormais s'intensifier après la mort pour la première fois de membres des troupes régulières irakiennes dans des raids turcs, Ankara assure avoir le droit de continuer à lutter contre le PKK qu'elle considère comme une organisation "terroriste" à l'instar des Etats-Unis et de l'Union européenne.
Le communiqué de l'armée assure que les deux hauts gradés, à la tête de bataillons de garde-frontières, ont été tués avec un chauffeur alors qu'ils se trouvaient à bord d'un véhicule. Ihssane Chalabi, maire de la localité de Sidakan, dans le nord de la province d'Erbil, a toutefois indiqué à l'AFP que le drone turc avait visé "des commandants des gardes-frontières irakiens alors qu'ils étaient en réunion avec des combattants du PKK".
Des témoins ont rapporté que des accrochages avaient eu lieu dans la matinée entre combattants du PKK et forces irakiennes. La réunion visée par le drone avait été convoquée en urgence pour tenter de calmer les tensions, selon des sources locales.
Erbil est actuellement dans une position inconfortable. D'une part, le Kurdistan autonome irakien se présente comme le prolongement naturel de la région semi-autonome kurde de Syrie et un exemple pour les Kurdes de Turquie et d'Iran. Mais d'autre part, il est régulièrement le théâtre de bombardements contre des positions du PKK et de ses alliés syriens et iraniens sur son sol.
A la mi-juin, Ankara a ainsi lancé une nouvelle campagne au Kurdistan irakien, "Griffes du tigre", avec frappes aériennes et commandos héliportés pour opérer au sol. Au moins cinq civils ont déjà péri dans ces violences, tandis qu'Ankara a annoncé la mort de deux de ses soldats et le PKK et ses alliés de dix combattants et partisans.
Le PKK livre une guérilla séparatiste sur le sol turc depuis 1984. Le conflit entre l'Etat turc et les combattants kurdes a fait plus de 40.000 morts, parmi lesquels de nombreux civils, depuis son déclenchement.

Les commentaires sont fermés.