L’Afrique objet des convoitises des grandes puissances mondiales et régionales

Imprimer

La guerre en Libye a révélé la rivalité entre les grandes puissances (Etats-Unis et Russie) et certaines puissances de second ordre animées par des motivations géo-politico-confessionnelles, comme la Turquie (Frères musulmans), le Qatar (Frères musulmans), les Emirats-Unis et l’Egypte (puissances sunnites), sans oublier la France, pour qui tout ce qui est africain l’intéresse, ou l’Italie qui rêve encore de l’époque de la « mare nostrum ».
Russie - Afrique
Dans un article précédent mis en ligne le 5 août, un article intéressant sur les ambitions russes de créer en Afrique un pendant de l’Africom des Etats Unis. C’est la raison pour laquelle, Moscou a négocié l’ouverture de bases militaires avec six pays africains, dont l’Egypte et le Soudan. Ce qui montre que la Russie n’a pas l’intention de baisser les armes en Libye, même dans le cas d’une confrontation armée. La Russie créerait ainsi une "ceinture de bases" qui la préserverait de toute offensive, car attaquer un pays avec une telle présence serait risqué pour quiconque. A noter que c’est la même stratégie qui a été employée par Moscou en Syrie.
La Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays africains depuis 2015, dont l'Égypte, la République centrafricaine, l'Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Avant cela, Moscou entretenait des relations similaires avec seulement quatre États sur le continent africain.
la Russie a ensuite secrètement et parfois formellement formé les forces de ces pays, dont 180 soldats en République centrafricaine et une vingtaine de soldats par an au Mali. En parallèle, le Nigeria a signé un accord pour l'achat de 12 hélicoptères militaires, tandis que le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Erythrée font partie des pays qui ont exprimé le souhait d'acheter des avions, des chars et des armes lourdes à la Russie.
En outre, la République centrafricaine, en proie à des années de guerre civile, a signé un accord de coopération militaire avec la Russie, en vertu duquel des conseillers militaires russes seront officiellement présents dans la capitale pour former leurs unités de sécurité à faire face aux menaces des groupes armés et des extrémistes. 
Turquie - Afrique
De son côté la Turquie ne cache pas son intention d’expulser la France d’Afrique de l’Ouest. C’est ainsi que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Çavuşoglu, a annoncé samedi 25 juillet que la Turquie avait signé un accord de coopération militaire avec le Niger lors de sa visite dans la nation africaine, où il a eu des entretiens avec un certain nombre de responsables et discuté des effets de la situation libyenne sur la région.
Au cours de sa visite, Çavuşoglu a rencontré le président nigérien Mahamadou Issoufou dans la capitale, Niamey, et lui a assuré que la Turquie «comprend le mieux les efforts du Niger pour lutter contre le terrorisme» (sous-entendu « mieux que la France »). Il a également déclaré l'intérêt de la Turquie à participer au développement économique de ce pays d'Afrique du Nord, en particulier dans les domaines de l'agriculture, des mines, des transports, de la construction et de l'énergie.
La présence de la Turquie se fait sentir sur tout le continent africain, où se trouvent un certain nombre d'organisations turques, notamment l'Agence turque de coopération et de coordination (TIKA), la Fondation Maarif et l'Institut Yunus Emre, entre autres.
En plus de fournir une tête de pont alternative, une base logistique et une plaque tournante de transport pour les opérations militaires de la Turquie en Libye, l'accord de coopération en matière de formation militaire signé avec le Niger pourrait également servir de moyen de freiner l'influence de la France et de s'opposer aux efforts de l'armée française dans la région du Sahel. 
La France est très critique des activités de la Turquie dans et autour de la Méditerranée orientale et a affiché son soutien à la Grèce et à l'Égypte ces derniers temps. Il est clair que la Turquie a bien l'intention de perturber et si possible de saper les intérêts français dans la région à titre de représailles.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.