Syrie : 18 combattants tués dans des affrontements près d'Edleb

Imprimer

Au moins 18 combattants ont été tués lundi 3 août près d'Edleb au cours d'affrontements entre forces pro-régime et jihadistes, malgré une trêve fragile dans cette région du nord-ouest du pays en guerre, a rapporté une ONG.
Des combats sporadiques ou des tirs d'artillerie continuent de secouer la province d'Edleb et les territoires adjacents, en dépit d'un cessez-le-feu adopté début mars pour cette région qui constitue l'ultime grand bastion jihadiste et rebelle de Syrie. A l'aube, les forces du régime ont ont donné l'assaut à des positions jihadistes dans le secteur du jabal Akrad, dans le nord de la province de Lattaquié, qui jouxte celle d'Edleb, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
Des groupes jihadistes et rebelles emmenés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche d'al-Qaëda qui domine les zones insurgées, ont bloqué l'assaut et "12 combattants des forces du régime ou leurs alliés ont été tués" et 17 autres blessés, selon la même source. Six jihadistes et rebelles, dont quatre combattants de HTS, sont également morts, a-t-elle ajouté.
Dans le contexte de ces affrontements, un bombardement de l'armée de l'air russe de la ville de Benniche (Binnish), près de la ville d'Edleb, a tué trois civils d'une même famille de personnes déplacées, selon l'OSDH.
Les jihadistes et rebelles contrôlent près de la moitié de la province d'Edleb, mais aussi des pans de territoires dans les régions voisines de Lattaquié, Hama et Alep. Le cessez-le-feu – négocié par Moscou, allié du régime, et la Turquie, parrain de groupes jihadistes et rebelles – a été adopté après plusieurs mois d'une offensive meurtrière du pouvoir syrien, soutenu par l'aviation russe. L'offensive, relancée en décembre et accompagnée de frappes aériennes quasi-quotidiennes, a fait au moins 500 morts parmi les civils, selon l'OSDH, et poussé à la fuite près d'un million de déplacés d'après l'ONU.

Bombardement par l'armée de l'air russe de la ville de Binnish

 

Les commentaires sont fermés.