Le Japon envoie un navire et deux avions de patrouille au Moyen-Orient

Imprimer

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

Le Japon va dépêcher un navire militaire et deux avions pour aider à protéger les voies maritimes au Moyen-Orient, stratégiques pour le pétrole, sans toutefois rejoindre une coalition dirigée par les États-Unis dans la région, a annoncé vendredi le gouvernement. Seront envoyés sur place un destroyer de renseignement avec un hélicoptère et deux avions de patrouille maritime P-3C, a précisé vendredi le porte-parole de l’exécutif, Yoshihide Suga. « Il s’agit d’une mission visant à garantir la paix et la stabilité au Moyen-Orient ainsi qu’à assurer la sécurité des bateaux assurant un transport pour le compte du Japon », a-t-il souligné, notant que 90% des importations de pétrole brut du pays provenaient de la région. En cas d’urgence, le ministre japonais de la Défense autorisera les forces à utiliser des armes pour défendre les navires menacés.
La zone d’acivité de la Force d’autodéfense maritime japonaise est limitée à la haute mer du golfe d’Oman, au nord de la mer d’Oman et au côté est du détroit de Bab al-Mandeb. Compte tenu des  relations amicales que le Japon entretient avec l’Iran, les avions de combat japonais n’opèreront pas dans le détroit d’Ormuz et le golfe Persique proches de l’Iran.
Le port d’Oman, à la pointe sud-est de la péninsule arabique, devrait être utilisé comme base de ravitaillement de la frégate des Forces d’autodéfense Japonaise (SDF). L’effectif du personnel  militaire japonais envoyé sur place est de 260 marins et aviateurs.
La surveillance japonaise sera exécutée conformément au droit international, et seuls les navires japonais bénéficieront de la protection japonaise. Toutefois, les japonais pourront adresser des avertissements aux navires étrangers en cas de menace.
Après environ 4 semaines de formation, la frégate des Forces d’autodéfense de la marine japonaise commencera à patrouiller début février 2020. La mission est prévue pour une période d’un an et sa prolongation devra être décidée à nouveau par le conseil des ministres.
A noter que le Japon ne participera pas à l' »alliance des escortes » dirigée par les États-Unis visant à assurer la sécurité du Moyen-Orient et du détroit d’Ormuz. Il mènera plutôt des activités séparément. Toutefois, les enseignements recueillis par les frégates et les avions de patrouille seront partagés avec les pays membres de l’alliance. Le Japon enverra également un officier de liaison des Forces d’autodéfense au QG américain à Bahreïn.
Cette décision intervient après les attaques cette année contre des pétroliers dans le Golfe, dont un navire japonais, ainsi que contre des installations pétrolières saoudiennes. Washington, d’autres États occidentaux et l’Arabie saoudite accusent Téhéran, qui nie toute implication.
Les tensions au Moyen-Orient se sont aggravées depuis le début de cette année. L’Iran a été accusé d’avoir miné plusieurs pétroliers au large de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, puis d’avoir attaqué ou saisi d’autres bâtiments maritimes près du détroit crucial d’Ormuz.
Les activités de patrouille des forces japonaises ne seront pas déployées dans cet étroit lieu de passage par lequel transite une grande partie du pétrole mondial et où opère une coalition dirigée par les États-Unis, a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère de la Défense. Les Forces d’autodéfense (nom de l’armée japonaise) opéreront en haute mer dans le golfe d’Oman, le nord de la mer d’Oman et le golfe d’Aden, a-t-il expliqué. Il s’agit de la première décision de ce type par Tokyo depuis l’adoption au forceps de nouvelles lois de Défense en 2016, qui étendent les prérogatives des Forces d’autodéfense à l’étranger. Cette nouvelle législation avait fait polémique, les opposants estimant qu’elle violait la Constitution pacifiste interdisant au Japon d’employer des moyens militaires offensifs pour résoudre des différends internationaux. Cette mission est prévue pour durer un an, avec une possibilité de renouvellement.

Lien permanent Catégories : BAB EL MANDEB, GOLFE D'OMAN, Oman 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.