Nouvelles de la guerre globale entre Sunnites et Chiites – 21 juin 2014

Imprimer

Sur le front syrien

- Province de Hama
Les rebelles syriens ont fait exploser, vendredi 20 juin, un camion chargé de près de trois tonnes d’explosifs contre un barrage de l’armée fidèle au régime dans  le village d'al-Horra (province de Hama).
L’explosion a fait 38 morts dont des civils et des membres des forces de sécurité, et plus de 40 blessés. Le Front islamique, une coalition de rebelles islamistes soutenus par l’Arabie saoudite et les Emirats du Golfe, a revendiqué l'attaque sur son compte Twitter, en précisant que les explosifs placés dans le véhicule avaient été actionnés à distance et visaient des « rassemblements de miliciens d'Assad ».
La vidéo ci-dessous montre l’attaque de la position dans la nuit suivie de tirs de roquettes le lendemain :
https://www.youtube.com/watch?v=YyRXREHScJo&feature=player_detailpage

- Province de Deir ez-Zhor (est syrien)
À l'Est, l'EIIL a gagné du terrain, prenant à des groupes rebelles la ville de Mouhasan et deux autres villages de la province pétrolière de Deir ez-Zor, dont il contrôle de larges secteurs

- Sur le front irakien

Combats entre l’EIIL et l’armée des Naqchbandis
J’avais prévenu, le mercredi 17juin que les jihadistes de l’EIIL allaient forcément s’affronter avec les organisations qui participaient à l’offensive sunnite contre le régime de Nouri al-Maliki en Irak. Cela n’a pas tardé. Les affrontements qui ont eu lieu depuis vendredi 20 juin à Hawija, province de Kirkouk, opposent l’EIIL à l’armée de Naqchbandis dont les membres sont en majorité d’anciens militaires de l’armée de Saddam Hussein.
Les combattants de l’armée des Naqchbandis auraient refusé de rendre leurs armes et de prêter allégeance aux jihadistes. Une autre raison pourrait être de savoir qui mettrait la main sur les citernes pétrolières, nombreuses dans cette région du pays.
Dès le début de l’offensive sunnite en Irak on pouvait s’interroger sur la viabilité d’une alliance regroupant des éléments très disparates, comme les tribus sunnites, d’anciens militaires de Saddam Hussein et une floraison de groupes jihadistes dont la plus importante est l’EIIL.
On savait que l’EIIL chercherait à imposer son interprétation rigoriste de l’Islam et que son but était de recréer un califat sunnite dans la région du Moyen orient. Beaucoup d’autres groupes étaient, eux, animés par l’esprit de vengeance, à savoir redonner la suprématie politique à la communauté sunnite, ou s’étaient tout simplement dressés contre la politique autoritaire de Nouri al-Maliki qui se faisait surtout au détriment de la communauté sunnite.

Si seulement Nouri al-Maliki se retirait !
On peut imaginer que dans le cas où Nouri al-Maliki laissait la place à un dirigeant mieux inspiré de nombreux Sunnites pourraient préférer coopérer avec l’Etat irakien plutôt que de passer sous la coupe des jihadistes de l’EIIL.
Nouri al-Maliki est l’objet de critiques sur sa façon de gouverner, non seulement des Sunnites mais également de la part de nombreux Chiites comme l’Imam Moqtada Sadr ou encore l’ayatollah Sistani, la principale autorité religieuse chiite du pays.
Il semble que les Etats-Unis soient de plus en plus impatients vis-à-vis de Maliki qu’ils considèrent désormais comme un obstacle à la cohésion du pays. Le problème est que Nouri al-Maliki a remporté les  dernières élections législatives du 30 avril 2014. Il tarde, toutefois, à former son gouvernement et l’administration américaine pourrait en profiter pour convaincre diverses forces politiques irakiennes à proposer une personnalité chiite plus consensuelle, avec l’espoir que Kurdes et Sunnites reviendront sur leur décision de faire sécession, ce qui est loin d’être acquis.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

 

 

Commentaires

  • "Si seulement Nouri al-Maliki se retirait !"

    Ben voyons !

    Ce serait le moment idéal pour organiser des élections.

    Comme ça l'Irak serait dirigée par un ultra-mahdiste avec des locaux de votes explosés en couleur.

    Tient, à propos de couleurs, y en a qui rêvent en couleurs.

  • Inutile de refaire des élections, ce qui, je vous l'accorde, serait impossible. Elles ont déjà eu lieu et des tractations sont en cours pour tenter de constituer une majorité opposée à Maliki comprenant des Chiites, des Sunnites et des Kurdes. Les négociations étaient en bonne voie lorsque l'EIIL à lancé son offensive. Mais l'EIIL est loin de faire l'unanimité dans la communauté sunnite tout comme Maliki dans la communité chiite. Ce dernier, d'ailleurs n'a toujours pas réussi à constituer un gouvernement.
    Jean René Belliard

  • Alors que dire de Hollande en France ?

    Ce qui se déroule en Irak comme dans l'ensemble du monde (arabe), disons plutôt musulman y compris l'Eruope est voué à des mutations auxquelles, ni élection, ni politique n'y pourrons grand chose.

    Le désastre sera inévitable, tant au niveau social qu'économique.

    Maintenant des vagues de réfugiés vont affluer des nombreux pays en crises, principalement Afrique, Moyen-Orient et des pays de l'Est. Des millions, des dizaines de millions d'immigrés n'ayant plus rien à perdre et sans trop d'état d'âme. Les européens seront très vite submergés par les mêmes vagues qui submergent aujourd'hui l'Irak et la Syrie.

    Ce qu'il faut retenir avant tout, c'est qu'il y a des dizaines, des centaines de millions "d'esclaves" qui préfèrent mourir que de continuer dans cette impasse humiliante qu'ils n'osent même pas remettre en cause.

    Concernant l'Irak et la région, certains préconisent de reprendre le crayon à frontière et de redessiner la carte. Encore une illusion pouvant provoquer des crises encore plus meurtrières. Ne pas se fier aux apparences, les anglais n'avaient pas trop mal travaillés et le problème, contrairement à ce que vous déclarer, n'est pas vraiment une crise entre populations par leurs identités, loin de ça, simplement que les populations n'en peuvent plus et ne sont plus capables de confier leur confiance à qui que ce soit, car au dessus des clans, il y a un mal encore plus monstrueux, c'est la ou les corruption(s). Cette ou ces dernière(s), n'est ou ne sont pas plus shiite que sunnite ou autre, elle(s) gangrène(s) tout le Moyen-Orient et contre ce(s) mal/maux, profondément incrusté(s) dans les sociétés de la région, rien ne résistera.

  • Il faudrait avant de parler ni de Makili ni de l EIIL qu Obama envoie Bush Junior et confrères s occuper du merdier qu ils ont fait en Irak devenu un non état, un no man s land, un saloon bar du Far West.
    En étant une pro-sémite, je suis étonnée du silence complice des voisins de l Irak donc la Jordanie/ Syrie/ Israel surtout quand l EIIL arriverait vers chez eux sauf si l EIIL serait une agence secrète de la CIA chose très plausible, alors je serais rassurée.

  • Sara, il me semble qu'à ce stade, une chatte n'y retrouverait pas ses chattons.
    Ne pas oublier que ceux qui manipulent les "extrémistes" sont plutôt intéressés par le dollars ou autre devise sonnante et trébuchante, donc, qui paye ou qui encaisse, dans ce genre poker menteur n'y change pas grand chose, nous l'avons vu au Liban dans les années 70-80.

    On y voyait le plus souvent des membres des mêmes organisations dans des combats fratricides au dépend des combats entre factions ennemies.

    Donc en conclusion, tant en Irak qu'en Syrie, les shiites tuent peut être plus de shiites que de sunnites et vis-versa.

    En Irak et en Syrie, nous observons des sunnites avec des M16 et shiites avec des kalash.

Les commentaires sont fermés.