AQMI

  • Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) désigne son nouveau dirigeant pour remplacer Droukdel

    Imprimer

    L'organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a nommé un de ses cadres à sa tête pour succéder à l'Algérien Abdelmalek Droukdel, tué en juin par les forces armées françaises dans le nord du Mali, rapporte samedi l'agence américaine SITE, spécialisée dans la surveillance des groupes jihadistes.

    Dans une vidéo reçue par SITE, AQMI annonce la désignation de son nouveau dirigeant, l'Algérien Abou Oubaïda Youssef al-Annabi (photo), l'actuel chef de son "conseil des notables", qui tient lieu de comité directeur du groupe jihadiste.

    D'après le think-tank américain Counter Extremism Project (CEP), cet ancien membre du GSPC algérien (Groupement salafiste pour la prédication et le combat), inscrit sur la liste noire américaine des "terroristes internationaux" depuis septembre 2015, est également le dirigeant de la branche médias d'AQMI et apparaît régulièrement dans les vidéos du groupe.

    Vidéo de l'annonce

    AQMI a reçu l'allégeance de plusieurs groupes jihadistes actifs au Sahel, rassemblés depuis 2017 au sein du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, également appelé JNIM). Dans ce message publié samedi, AQMI revient également sur la récente exécution d'une missionnaire suisse retenue en otage au Sahel, en attribuant la cause de sa mort à une tentative des "croisés français" pour la libérer. Béatrice Stöckli, missionnaire originaire de Bâle et qui travaillait à Tombouctou, au Mali, avait été enlevée en 2016.

    EnXnAmJW4AI69TD.jpeg

    AQMI se repositionne au Sahel
    Les Algériens affirment qu'AQMI s’est retiré du terrain Algérien pour se repositionner au Sahel tant la pression sécuritaire a asséché les réseaux de soutient et de recrutement. Annabi se trouverait au Mali, de l’autre côté de la frontière algérienne.

  • France : El-Qaëda menace Macron et appelle à tuer quiconque insulte le prophète

    Imprimer

    Le groupe jihadiste el-Qaëda au Maghreb islamique (AQMI) a appelé lundi ses partisans à tuer toute personne insultant le prophète Mahomet et menacé de se venger du président français Emmanuel Macron, qui a défendu le droit à la caricature.

    "Tuer celui qui insulte le prophète est le droit de chaque musulman capable de l'appliquer", a écrit le groupe AQMI dans un communiqué, en réaction aux déclarations du président Macron lors de la cérémonie d'hommage à l'enseignant français Samuel Paty, décapité le 16 octobre dans un attentat islamiste pour avoir montré en cours des caricatures du prophète. M. Macron a affirmé que la France, au nom de la liberté d'expression, ne renoncerait pas aux caricatures, déclenchant un flot de critiques dans le monde musulman et des appels au boycott.

    "Le boycott est un devoir, mais ça ne suffit pas", a écrit AQMI, appelant à la "vengeance" et présentant comme un "martyr" le jeune Tchétchène radicalisé ayant tué Samuel Paty. "On oubliera pas vos agissements atroces", a par ailleurs lancé AQMI à Emmanuel Macron.

    Lien permanent Catégories : AL-QAÏDA, AQMI 0 commentaire
  • Niger : L'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de leurs deux accompagnateurs nigériens

    Imprimer

    L'Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi l'assassinat au Niger de huit personnes, dont six humanitaires français et deux Nigériens.

    L'organe de propagande d'EI, Al-Naba, a consacré une page à l'attaque dans son numéro daté de jeudi, diffusant deux photos mais ne donnant que peu de détails sur l'événement lui-même. La publication, authentifiée par de multiples sources, dont l'organe américain SITE spécialisé dans la surveillance des groupes jihadistes, évoque une "attaque éclair" dans la région de Kouré ayant abouti à la mort, selon les mots de l'Etat islamique, de six "Croisés" français et deux "apostats" nigériens.

    Les humanitaires français, deux hommes et quatre femmes, avaient été assassinés avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés à moto le 9 août, alors qu'ils visitaient la réserve de girafes de Kouré à 60 km au sud-est de la capitale Niamey où ils étaient basés.

    Une enquête en France a été confiée à des magistrats spécialisés pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste". Une source judiciaire avait indiqué le 12 août que, selon les premiers éléments de l'enquête, l'attaque paraissait "avoir été préméditée" avec pour objectif de "cibler des Occidentaux". Quelques jours plus tard, le ministre nigérien de l'Intérieur, Alkache Alhada, avait annoncé qu'un suspect avait été arrêté sans préciser son identité ni de quelconques liens avec tel ou tel groupe.

    Selon un expert consulté par l'AFP, et qui a requis l'anonymat, le texte d'Al-Naba ne permet en aucun cas de conclure si l'opération a été minutieusement préparée ou si le sort des huit victimes s'est décidé au moment de leur rencontre avec les hommes armés. Impossible aussi, ajoutait-il, de déterminer si la revendication est ou non purement opportuniste, ni si les meurtriers avaient fait allégeance à l'EI avant ou après le 9 août.

    Attaques jihadistes récurrentes
    Âgées de 25 à 31 ans, les six victimes françaises avaient été envoyées par l'ONG Acted au Niger, où elles venaient notamment en aide aux populations déplacées.

    "La France toute entière porte le deuil de vos enfants", avait déclaré quelques jours plus tard le Premier ministre français, lors d'une cérémonie d'hommage devant leurs cercueils alignés à l'aéroport d'Orly, près de Paris. Ces jeunes "n'étaient pas des soldats, n'étaient pas armés" et "étaient venus au Niger pour y faire le bien", avait-il déploré. Ils "y ont rencontré le mal".

    Après l'attaque, le gouvernement nigérien avait fermé la réserve tandis que la France plaçait le site en "zone rouge", tout comme le reste du pays, exceptée la capitale. Ce pays sahélien très pauvre est en proie à des attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des centaines de morts. Avec le Mali et le Burkina Faso voisin, il est au coeur d'une immense zone écumée par des groupes jihadistes se revendiquant de l'Etat islamique ou de son rival el-Qaëda au Maghreb islamique (AQMI), et où sont déployés quelque 5.100 soldats français de la force antiterroriste Barkhane.

    Ces derniers mois, l'armée française et celles des pays africains du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ont multiplié les offensives, en particulier dans la zone dite des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina Faso. Elles ont notamment revendiqué la mort de l'émir d'el-Qaëda au Maghreb islamique (AQMI), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, en juin. Mais des voix s'élèvent pour souligner combien la situation sécuritaire demeure extrêmement dégradée, sur fond de déliquescence des Etats centraux, incapables de reconquérir politiquement les territoires contrôlés sur le plan militaire.

  • Mali : 10 soldats tués dans une embuscade près de la frontière mauritanienne

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Dix soldats maliens, dont un officier,  ont été tués et plusieurs autres blessés dans une embuscade par des assaillants inconnus, dans la région de Guiré, dans la région de koulikoro, près de la frontière mauritanienne.

    Une voiture transportant des soldats a été attaquée jeudi soir. L’attaque n’a pas encore été revendiquée, rapportent les médias locaux.

    La Mauritanie et le Mali sont liés par des frontières terrestres qui sont les plus longues de la région, totalisant 2 237 km, dont la plupart sont situées dans un vaste désert aride.

    De nombreuses organisations qualifiées d'extrémistes opèrent le long des frontières des deux pays, dont Al-Qaïda au Maghreb.

    Salafistes.jpeg

  • Mali : Le chef de la police djihadiste de Tombouctou jugé pour des "crimes inimaginables

    Imprimer

    Un chef de la police djihadiste malien a commis des "crimes inimaginables" pendant le règne de terreur et d'esclavage sexuel imposé par les djihadistes dans la ville de Tombouctou, ont déclaré les procureurs à la Cour pénale internationale au début de son procès mardi.
    Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud (photo), 42 ans, a personnellement supervisé les châtiments corporels, y compris les amputations et les flagellations, alors que la ville de Tombouctou était sous le contrôle des islamistes pendant près d'un an à partir de début 2012, ont déclaré les procureurs.
    Al Hassan a également fait en sorte que des femmes et des filles soient forcées d'épouser des militants dans le cadre d'un système de "persécution fondée sur le sexe", a déclaré le procureur général de la CPI, Fatou Bensouda, à la cour.
    Al Hassan est accusé par le tribunal de La Haye de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité, de viol et d'esclavage sexuel.
    "Aujourd'hui marque le début du procès tant attendu des crimes inimaginables qui ont été commis au Mali", a déclaré Mme Bensouda.
    "Al Hassan a été directement impliqué dans les violences et les tortures infligées aux hommes, aux femmes et aux enfants de Tombouctou. Il a travaillé au cœur d'un système répressif et persécuteur".
    Al Hassan - qui a comparu au tribunal de La Haye en portant un turban traditionnel et un masque facial pour se protéger du Covid 19 - a déclaré qu'il "comprenait" les accusations mais a refusé de plaider coupable.
    Inspirer la peur
    Le procureur a déclaré qu'Al Hassan était une figure clé du système policier et judiciaire islamique mis en place par les djihadistes après qu'ils aient profité d'un soulèvement touareg en 2012 pour s'emparer de villes du nord du Mali.
    Les djihadistes des groupes Al-Qaida au Maghreb islamique et Ansar Eddine ont également détruit les sanctuaires séculaires de Tombouctou.
    "Tombouctou, la perle du désert, dont la population vivait en paix depuis des années, a été soumise à leurs diktats", a déclaré M. Bensouda, ajoutant que l'objectif des militants était de "semer la peur chez les gens, de répandre la terreur".
    Al Hassan a arrêté des gens, mené des enquêtes au cours desquelles les suspects ont été torturés, a renvoyé des affaires devant le tribunal islamique et "a participé personnellement à l'exécution de châtiments corporels par la police", a déclaré Bensouda.
    Elle a déclaré que le tribunal visionnerait une vidéo dans laquelle la main d'un homme est amputée sur une place publique devant toute la population de Tombouctou "de la manière la plus brutale possible, avec une sorte de long couteau".
    Le procureur a déclaré qu'Al Hassan avait admis aux enquêteurs que les habitants de Tombouctou "avaient une peur bleue".
    Les femmes "ont le plus souffert" 
    Les islamistes sont également accusés d'avoir contraint les femmes et les jeunes filles à épouser des militants dans le cadre d'un système de "persécution fondée sur le sexe".
    "Ce sont les femmes et les filles de Tombouctou qui ont été visées et ont le plus souffert", a déclaré M. Bensouda, certaines ayant été violées à plusieurs reprises par "un ou plusieurs membres" du groupe djihadiste. Une victime a déclaré aux enquêteurs que "tout ce qui restait de moi était un cadavre".
    Al Hassan a également été montré sur une vidéo étant "personnellement impliqué" dans la flagellation de femmes accusées d'adultère, a déclaré le procureur.
    D'autres femmes ont été battues et emprisonnées pour avoir enfreint les règles, notamment pour ne pas avoir porté les vêtements prescrits, avoir donné de l'eau à un homme ou ne pas avoir eu de gants.
    Al Hassan est le deuxième extrémiste islamiste à être jugé par la CPI pour la destruction des sanctuaires de Tombouctou, suite à une décision historique rendue en 2016 par la seule cour permanente au monde pour les crimes de guerre.
    Dans la première affaire de la Cour portant sur la destruction culturelle, les juges de la CPI ont déclaré Ahmad al-Faqi al-Mahdi coupable d'avoir dirigé des attaques contre un site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2012.
    Il a été condamné à neuf ans de prison.
    Les tombes de Tombouctou ont été reconstruites après l'expulsion des djihadistes, mais la ville reste en proie à l'insécurité, et les touristes qui y affluaient autrefois se font rares.

     

  • Frontlive-Chrono – Samedi 27 avril 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 27 avril 2019

    • Burkina Faso: cinq enseignants ont été tués dans une attaque terroriste – Abonnés seulement
    • Somalie: Nouvelle frappe aérienne américaine contre l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Sri Lanka: Au moins 15 morts lors d’un assaut contre des jihadistes de l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Syrie : 22 combattants prorégime tués dans des attaques jihadistes – Abonnés seulement
    • Tunisie : un soldat tué dans l’explosion d’une mine en montagne – Lire la suite ci-dessous

    Lire la suite

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 20 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 18 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois



    FRANÇAIS

    • Cisjordanie: Les forces spéciales israéliennes ont abattu un Palestinien qui a tué un soldat et un rabbin – Abonnés
    • Cisjordanie: Deux Palestiniens tués à Naplouse par l’armée israélienne au cours d’affrontements – Abonnés
    • France : le gouvernement demande la dissolution de quatre associations « légitimant le jihad armé » – Abonnés
    • France: Le jihadiste Peter Cherif inculpé pour l’enlèvement en 2011 de trois Français au Yémen – Abonnés
    • Pakistan : six policiers tués dans une attaque au Baloutchistan – Abonnés
    • Tchéquie: Les musulmans de Prague s’insurgent contre l’imam les exhortant à s’équiper d’armes – Abonnés
    • Tunisie : trois jihadistes tués par les forces de sécurité – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Czech Republic: Prague Muslims distance themselves from Imam’s offer to help members acquire firearms – Subscribers
    • France: the government calls for the dissolution of four associations “legitimizing armed jihad” – Subscribers
    • France: Jihadist Peter Cherif charged with kidnapping three Frenchmen in Yemen in 2011 – Subscribers
    • Pakistan: Six police officers killed in attack in Balochistan – Subscribers
    • Tunisia forces kill 3 jihadist suspects in shepherd murders – Subscribers
    • West Bank: Israeli special forces shot dead a Palestinian who killed a soldier and a rabbi – Subscribers
    • West Bank: Israeli Forces Kill Two Palestinians in Clashes at Joseph’s Tomb in Nablus – Subscribers

     

    DEUTSCH

    • Frankreich: Die Regierung fordert die Auflösung von vier Verbänden, die den bewaffneten Jihad „legitimieren“ – Abonnenten
    • Frankreich: Der Dschihadist Peter Cherif wird beschuldigt, im Jahr 2011 drei Franzosen im Jemen entführt zu haben – Abonnenten
    • Pakistan: Sechs Polizisten bei einem Angriff in Belutschistan getötet – Abonnenten
    • Tschechische Republik: Prager Muslime distanzieren sich von Imams Angebot, Mitgliedern beim Kauf von Schusswaffen zu helfen – Abonnenten
    • Tunesien: Die Sicherheitskräfte töten 3 jihadistische Verdächtige bei Schäfermorden – Abonnenten
    • Westjordanland: Israelische Spezialeinheiten haben einen Palästinenser erschossen, der ein Militär und einen Rabbiner getötet hatte – Abonnenten
    • Westjordanland: Israelische Streitkräfte töten zwei Palästinenser bei Zusammenstößen am Grab Josefs in Nablus – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Cisjordania: las fuerzas especiales israelíes mataron a tiros a un palestino que mató a un soldado y a un rabino – Suscriptores
    • Cisjordania: Dos palestinos muertos por el ejército israelí durante enfrentamientos – Suscriptores
    • Francia: el gobierno pide la disolución de cuatro asociaciones que “legitiman la yihad armada” – Suscriptores
    • Francia: El yihadista Peter Cherif acusado de secuestrar a tres franceses en Yemen en 2011 – Suscriptores
    • Pakistán: Seis policías muertos en un ataque en Baluchistán – Suscriptores
    • República Checa: Musulmanes en Praga se levantan contra el imán urgiéndoles a equiparse con armas – Suscriptores
    • Túnez: tres terroristas del Estado islámico matados en las montañas de Kasserine – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Cisgiordania: le forze speciali israeliane hanno ucciso un palestinese che ha ucciso un soldato e un rabbino – Abbonati
    • Cisgiordania: uccisi due palestinesi dopo attacco vicino a Nablus – Abbonati
    • Francia: il governo chiede lo scioglimento di quattro associazioni che “legittimano la jihad armata” – Abbonati
    • Francia: il jihadista Peter Cherif accusato di aver rapito tre francesi nello Yemen nel 2011 – Abbonati
    • Pakistan: sei agenti di polizia uccisi in un attacco in Balochistan – Abbonati
    • Repubblica Ceca: i musulmani di Praga si ribellano contro l’imam invitandoli a dotarsi di armi. – Abbonati
    • Tunisia: tre terroristi dello Stato islamico uccisi sui monti di Kasserine – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Frankrijk: de regering vraagt om de ontbinding van vier verenigingen die “de gewapende jihad legitimeren” – Abonnees
    • Frankrijk: Jihadist Peter Cherif beschuldigd van ontvoering van drie Fransen in Jemen in 2011 – Abonnees
    • Pakistan: Zes politieagenten gedood bij een aanval in Balochistan – Abonnees
    • Tsjechische Republiek: Praagse moslims distantiëren zich van het aanbod van Imam om leden te helpen bij de aanschaf van vuurwapens – Abonnees
    • Tunisië: De veiligheidskrachten doden 3 jihadistische verdachten in herdersmoorden – Abonnees
    • Westelijke Jordaanoever: Dader van aanslag met twee Israëlische slachtoffers komt om het leven tijdens arrestatie – Abonnees
    • Westelijke Jordaanoever: Israëlische strijdkrachten doden twee Palestijnen in botsingen bij het graf van Joseph in Nablus – Abonnees

     

    POLSKI

    • Francja: Ministerstwo Spraw Wewnętrznych ogłosiło zamknięcie czterech stowarzyszeń promujących dżihad – Subskrybenci
    • Francja: Jihadista Peter Sheriff jest oskarżony o porwanie trzech Francuzów w Jemenie w 2011 roku – Subskrybenci
    • Pakistan:  W ataku w Balochistanie zginęło sześciu policjantów – Subskrybenci
    • Republika Czeska: Prascy muzułmanie zdystansowali się od oferty Imama dotyczącej pomocy członkom w nabywaniu broni – Subskrybenci
    • Tunezja: Siły bezpieczeństwa zabiły trzech podejrzanych o zabicie pasterzy – Subskrybenci
    • Zachodni Brzeg Jordanu: izraelskie siły specjalne zastrzelone i zabite Palestyńczyka, który zabił wojsko i rabina – Subskrybenci
    • Zachodni Brzeg Jordanu: Izraelczycy zastrzelili i zabili dwóch Palestyńczyków, którzy ich zaatakowali – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Cisjordânia: forças especiais israelenses atiraram em um palestino que matou um soldado e um rabino – Assinantes
    • Cisjordânia: Dois palestinos mortos pelo exército israelense em confrontos – Assinantes
    • França: o governo pede a dissolução de quatro associações “legitimando a jihad armada” – Assinantes
    • França: o jihadista Peter Cherif acusado de sequestrar três franceses no Iêmen em 2011 – Assinantes
    • Paquistão: Seis policiais mortos em ataque no Balochistão – Assinantes
    • República Checa: muçulmanos em Praga levantam-se contra o imã e pedem-lhes que se equipem com armas – Assinantes
    • Tunísia: três terroristas do Estado Islâmico mortos nas montanhas de Kasserine – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Франция: МВД заявило о закрытии четырех ассоциаций, пропагандирующих джихад — Подписчики
    • Франция: Джихадист Питер Шериф обвиняется в похищении трех французов в Йемене в 2011 году — Подписчики
    • Пакистан:  Шесть полицейских погибли в результате нападения в Белуджистане —Подписчики
    • Тунис: Силы безопасности убили трех подозреваемых в убийстве пастухов — Подписчики
    • Чешская Республика: Пражские мусульмане дистанцируются от предложения имама о помощи членам Церкви в приобретении оружия — Подписчики
    • Западный берег: Израильский спецназ застрелил палестинца, убившего военного и раввина — Подписчики
    • Западный берег: Израильские военные застрелили двух напавших на них палестинцев — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com