Russie : Deux terroristes tatars dénoncent leurs patrons ukrainiens dans un attentat en Crimée (20/09/2021)

Les services secrets ukrainiens ont fait chanter un participant à l'explosion d'un gazoduc en Crimée, menaçant de tuer ses enfants, a déclaré l'un des détenus, Asan Akhtemov.
"Jusqu'au jour où le crime a été commis, je ne savais pas ce qu'il fallait faire. Ce jour-là, des gens d' Ukraine m'ont appelé et m'ont menacé. Il y a un clou. La prochaine fois, vos enfants seront accrochés là", a-t-il déclaré lors d'une vidéo opératoire filmée par le FSB .
Selon Akhmetov, ce n'est pas l'argent, mais le souci pour ses proches qui l'ont poussé à commettre l'attentat. "J'ai eu peur pour eux <...>. Ils m'ont dit :  "Tu dois prendre cette chose (engin explosif), Va faire ce qu'on te dit", a ajouté  l'homme.

Comme il ressort des images publiées par la chaîne de télévision Krym24 , il s'est, sans retenir ses larmes, tourné vers les Tatars de Crimée : "Ces (officiers des renseignements ukrainiens) sont de mauvaises personnes. Il n'y a rien de sacré pour eux : ni les enfants, ni famille. Alors réfléchis bien, tu as une maison, une famille, un travail, tout va bien - tu changerais la situation dans laquelle tu étais. "

Le sabotage a eu lieu le 23 août : les saboteurs ont fait sauter un gazoduc dans la partie montagneuse de la péninsule, qui sert à approvisionner le village de Perevalnoye et une unité militaire. Le gazoduc a été réparé le lendemain.

Début septembre, le FSB a arrêté trois suspects : un intermédiaire - le vice-président du Mejlis du peuple tatar de Crimée * Nariman Dzhelyalov et les exécuteurs - Asan et Aziz Akhtemovs.

Selon les agences de renseignement, en juin, les deux frères s'étaient rendus en Ukraine pour suivre une formation. On leur a promis environ deux mille dollars pour exécuter la mission.
En juillet, l'engin explosif a été livré en Crimée, l'action devait coïncider avec le jour de l'indépendance de l'Ukraine - le 24 août. Lors d'un des interrogatoires, Aziz Akhtemov a déclaré que les explosifs étaient cachés dans du fromage.
Les détenus risquent de dix à quinze ans de prison.
Plus tard, on a appris que le sabotage avait été supervisé par le chef de la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine, Kirill Budanov. Il avait déjà participé à une action ratée en 2016 , au cours de laquelle il avait tué un officier du FSB. Parmi les organisateurs figurent également l'agent du GUR Riza Yagyaev-Veliulaev, l'officier du renseignement militaire ukrainien Maxim Martynyuk et le chef du service opérationnel de Tavria Viktor Zelinsky.

19:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |