Afghanistan : Affrontements internes entre talibans et rumeurs sur la mort du mollah Baradar démenties par les talibans (16/09/2021)

Des rumeurs non confirmées ont circulé en Afghanistan sur la mort du mollah Abdul Ghani Baradar, vice-Premier ministre, à la suite d'un affrontement armé avec la faction qui soutient Sirajuddin Haqqani, ministre de l'Intérieur. Les talibans ont démenti la nouvelle. 

La nouvelle de la mort de Baradar, due à une escalade violente résultant de divisions internes au sein des talibans, a commencé à se répandre sur Twitter le 12 septembre , moins d'un mois après la prise de la capitale afghane le 15 août. En particulier, l'absence du vice-ministre a été constatée lors de la rencontre du 12 septembre avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdulrahman al-Thani, à Kaboul. Les talibans ont nié qu'un de leurs plus hauts dirigeants, l'ancien chef du bureau politique du groupe, ait été tué dans une fusillade au cours de laquelle ses partisans se seraient heurtés à ceux d'un autre représentant éminent du groupe, chef du « Réseau Haqqani », considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis. 

Sulail Shaheen, un porte-parole des talibans, a déclaré que le mollah Baradar a envoyé un message vocal dans lequel il a lui-même nié les nouvelles de sa mort ou de ses blessures lors d'affrontements armés. "Il dit que ce sont des mensonges et totalement infondés", a écrit Shaheen dans un post sur Twitter. Les talibans ont également diffusé des images montrant prétendument Baradar lors d'une série de réunions dans la ville méridionale de Kandahar. Cependant, l'agence de presse Reuters a précisé qu'elle ne pouvait pas vérifier la véracité de ces vidéos et que l'homme n'est pas encore apparu en public. Les spéculations sur l'état de santé de Baradar sont alimentées par les circonstances entourant la mort du fondateur du mouvement, le mollah Omar, qui n'a été rendue publique qu'en 2015, deux ans après sa mort actuelle. 

Par ailleurs, la rivalité interne au sein des talibans s'est peut-être intensifiée ces dernières semaines, notamment entre ces deux factions qui représentent des âmes très différentes du groupe : d'une part, des commandants militaires comme Haqqani, et d'autre part les chefs diplomatiques du bureau à Doha, comme Baradar, qui a dirigé les efforts pour finaliser l'accord avec les États-Unis, signé le 29 février 2020. 

Les talibans ont démenti à plusieurs reprises les informations concernant ces prétendues divisions internes. Enfin, il est important de préciser que Baradar était en lice comme éventuel chef du gouvernement taliban et sa nomination comme vice-premier ministre, officialisée le 7 septembre, pourrait avoir accru les tensions.

En ce qui concerne toutefois la figure de  Sirajuddin Haqqani , il est indéniable que sa nomination au poste de ministre de l'Intérieur a suscité de nombreux doutes parmi les observateurs internationaux . L'homme est recherché par le FBI pour des liens présumés avec une attaque qui a visé un hôtel à Kaboul en janvier 2008, qui a entraîné la mort de six personnes, dont un citoyen américain. Le Federal Bureau of Investigation des États-Unis pense que Haqqani a coordonné et participé à des attaques transfrontalières contre les États-Unis et les forces de la coalition en Afghanistan. L'homme est également soupçonné d'être impliqué dans la planification d'un attentat contre le président afghan de l'époque, Hamid Karzaï, en 2008. 

Le ministre afghan de l'Intérieur est également le chef du  "Réseau Haqqani"  et le fils de son fondateur. Dans les années 1980, Jalaluddin Haqqani était déjà un chef de guérilla dans la campagne "américaine" contre les forces soviétiques. Par la suite, il s'est allié aux talibans, commençant à attaquer les troupes américaines après l'intervention américaine de 2001. Le réseau Haqqani est devenu progressivement plus complexe et organisé, menant des attaques contre des soldats américains, l'armée afghane et des civils. . Avant sa mort, le leader avait laissé la direction du groupe à son fils, connu pour avoir été intégré à la direction des talibans. Les États-Unis et le gouvernement afghan ont longtemps soutenu que le groupe opérait avec le soutien des services de renseignement d'Islamabad. Ces rumeurs ont été démenties par le Pakistan qui a au contraire déclaré que l'organisation était liée à la CIA. Le réseau Haqqani a été ajouté à la  liste des organisations terroristes étrangères  par les États-Unis en septembre 2012. 

12:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |