Yémen :Cibler les forces britanniques à Al-Mahra est légitime (21/08/2021)

Muhammad Abdul Salam, le porte-parole du groupe « Ansarullah », le bras armé des rebelles chiites houthis, a confirmé que les forces britanniques dans la province yéménite d'Al-Mahra sont considérées comme des forces d'occupation et que leur ciblage est légitime.

Abdul Salam a déclaré samedi 21 août 2021 dans une interview à un journal : "La présence britannique à Mahra est liée aux intérêts de la Grande-Bretagne et aux intérêts des États-Unis et d'Israël. Pas seulement à Mahra mais aussi à Socotra."

Abdul Salam a ajouté que « la présence des forces britanniques à Mahra n'est pas nouvelle en fait, elle a plus de deux ans, et la présence militaire étrangère au Yémen est rejetée, qu'elle soit américaine, britannique, saoudienne, émiratie, soudanaise ou toute autre pays."

Il a poursuivi : « Nous pensons que toutes les forces étrangères sont des forces d'occupation, et tant qu'elles sont des forces d'occupation, la République du Yémen et son armée ont le droit d'affronter toutes les forces étrangères sur le territoire du Yémen et de les cibler en tant que forces d'invasion sous le droit international, le droit yéménite et les normes internationales et humanitaires.

Accusations contre l'Arabie Saoudite
Le chef du groupe de négociation d'Ansarullah a accusé l'Arabie saoudite de ne pas vouloir parvenir à une solution politique ou humanitaire à la crise au Yémen.

Il a poursuivi: "La vision saoudienne jusqu'à présent d'arrêter la guerre ne représente pas un véritable arrêt de la guerre. Elle est illogique, peu pratique et manque de réalité. C'est une proposition sans véritable traitement humanitaire, ni dans les dossiers des prisonniers, ni dans la reconstruction, ni dans la fin complète de la guerre, ni dans la préparation au dialogue politique.

Socotra
Le porte-parole d'Ansarullah a déclaré: « Socotra est une île isolée au cœur de l'océan, où il n'y a pas d'événements, et elle ne représente aucun lien, ni partiel, ni organique, direct ou indirect, avec les événements militaires au Yémen, pourtant les forces émiraties les ont occupées et tenté de changer de nombreuses constantes nationales yéménites. Ils ont essayé d'y changer la démographie et la géopolitique."

Abd al-Salam a également averti que "l'aspect humanitaire n'a fondamentalement pas besoin de négociations et donc  l'ouverture des aéroports pour le traitement humanitaire est censée avoir lieu étant donné que les fermer revient à punir le peuple yéménite, les priver de leur gagne-pain, empêcher les médicaments d'atteindre les patients, et empêcher les étudiants, les voyageurs et les commerçants de quitter le Yémen. C'est un crime.

initiative en 9 points
Le porte-parole des Houthis a commenté une initiative en neuf points présentée par le groupe houthi, par l'intermédiaire du médiateur omanais, au gouvernement yéménite légitime. Le plan propose d'arrêter la guerre dans la province pétrolière de Marib. Il a déclaré : « L'initiative présentée à Marib aurait représenté une clé si l'autre partie, qu'elle soit saoudienne ou américaine, était sérieuse pour rechercher une solution ». Il a estimé que son refus prouve que « l'autre partie n'est pas sérieuse, d'autant plus que l'initiative de Marib était une initiative humanitaire par excellence, dans laquelle nous ne faisions pas de demandes arbitraires».

"L'initiative est toujours sur la table", a ajouté Abdel Salam.

Le Yémen est le théâtre de violents combats depuis près de sept ans entre le groupe rebelle Houthi et ses forces alliées d'une part, et l'armée yéménite du gouvernement internationalement reconnu, soutenue par une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite d'autre part.

Le conflit en cours au Yémen a fait 233.000 morts, tandis que les 80% de la population de 30 millions de personnes sont devenues dépendantes de l'aide, dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

19:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | |