Israël a utilisé pour la première fois l'intelligence artificielle au cours du récent affrontement avec Gaza (05/07/2021)

Les Forces de défense israéliennes (FDI) auraient utilisé l'Intelligence Artificielle (IA) et des super-ordinateurs pour identifier les cibles des frappes, menant ainsi ce qu'on peut appeler la première guerre de l'intelligence artificielle (IA).

Au cours de l'escalade de 11 jours en mai 2021, Tsahal a utilisé un essaim de drones guidés par l'IA et des super-calculateurs pour passer au peigne fin les données et identifier de nouvelles cibles dans la bande de Gaza. C'est la première fois qu'un essaim de drones piloté par l'IA a été utilisée au combat.

L'utilisation de l'IA dans les frappes de drones a connu une augmentation dans les zones de guerre, avec un récent rapport de l'ONU révélant que les forces fidèles au gouvernement de Tripoli (Libye) avait lancé une attaque à l'aide d'un drone armé piloté par l'IA contre les forces affiliées à Haftar en 2020. C'est la première fois qu'un drone guidé par IA a été identifié et peut-être attaqué des cibles humaines sans intervention humaine. Il semble que la technologie a trouvé une utilisation significative dans le conflit Israël-Gaza.

Selon Tsahal, l'IA a été largement utilisée au cours des deux dernières années pour localiser les emplacements suspects du Hamas et pour frapper des cibles stratégiques afin de supprimer les sites de lancement de missiles.

Ils affirment que cela a considérablement réduit la durée des combats en triant les informations à un rythme bien plus élevé qu'un opérateur humain.

Des images du bouclier anti-roquettes de haute technologie (Iron Dome) utilisé par Israël sont également devenues virales en mai, car elles ont anéanti les roquettes dans les airs avant qu'elles n'atteignent leurs cibles.

Les origines de ces algorithmes se trouvent dans l'unité 8200 d'Israël, une unité du corps de renseignement de l'armée israélienne spécialisée dans le décryptage de codes et de la cyber-guerre.

Apparemment, l'unité 8200 a créé plusieurs algorithmes qui utilisaient des renseignements géographiques, humains et de signalisation pour localiser les cibles des frappes, qui ont ensuite été transmises au commandement pour ordonner les actions militaires.

Il y a très peu d'informations supplémentaires sur le sujet.

Cependant, l'utilisation croissante de drones guidés par l'IA est une préoccupation pour beaucoup, y compris le Conseil de sécurité de l'ONU et Humans Rights Watch, les coordinateurs de la Campagne pour arrêter les robots tueurs, appelant à une interdiction préventive des armes entièrement autonomes.

"Les systèmes utilisés dans ce cas sont probablement très loin des grands essaims dynamiques et intelligents qui pourraient un jour avoir un effet très perturbateur sur la guerre", a déclaré Arthur Holland de l'Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement à New Scientist. "Mais s'ils sont confirmés, ils représentent certainement un cran dans la croissance progressive de l'autonomie et de la collaboration des machines dans la guerre."

14:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |