L'Éthiopie cherche à établir des bases militaires en mer Rouge (02/06/2021)

Mercredi 2 juin 2021, la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Al-Mufti, a annoncé l'intention de son pays d'établir des bases militaires en mer Rouge.

L'annonce a été faite lors d'une conférence de presse tenue aujourd'hui par la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti, dans la capitale, Addis-Abeba.

Mufti a ajouté que "différents pays montrent un intérêt pour le contrôle de la région de la mer Rouge en établissant plus que jamais des bases militaires".

Elle a expliqué que son pays accorde une grande attention à cette question, notant que la situation évolue dans la région, la qualifiant d'"inquiétante".

Egypte et Soudan
En référence aux préoccupations de l'Egypte et du Soudan après que le Premier ministre Abi Ahmed a récemment annoncé qu'il construirait 100 nouveaux petits et moyens barrages, Mufti a expliqué que "tant que son pays était attaché au droit international, il n'y a pas de problème si le souverain sur ses terres veut construire 100 ou 1 000 nouveaux barrages.

Elle a poursuivi : « Les pourparlers avec les pays du bassin du Nil sur la question du barrage de la Renaissance se poursuivent, soulignant que l'Éthiopie utilise ses ressources naturelles et ne leur fera pas de mal.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a déclaré, plus tôt dans la journée, lors de la cérémonie d'ouverture d'une nouvelle route, que son pays construira plus de 100 petits et moyens barrages dans différentes zones régionales au cours de la nouvelle année fiscale à venir, soulignant que c'est le seul moyen de résister à toutes les forces opposées à l'Éthiopie, selon l'agence de presse éthiopienne "INA".

L'Égypte a répondu que cette déclaration révélait une fois de plus « la mauvaise foi de l'Éthiopie en ce qui concerne sa gestion du Nil et d'autres fleuves internationaux, qu'elle partage avec les pays voisins, comme s'il s'agissait de fleuves intérieurs soumis à sa souveraineté et exploités pour servir ses intérêts ».

Barrage d'Al-Nahda
Rappelons qu'un vif différend oppose les pays en aval, l'Égypte et le Soudan, à l'Éthiopie et tous les cycles de négociations entre les trois parties n'ont abouti à aucun accord. .

L'Union africaine, au cours de trois sessions, dirigées respectivement par l'Égypte, l'Afrique du Sud et le Congo, n'a pas non plus réussi à pousser les trois pays à conclure un accord.

Dans ses récentes déclarations, le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi a affirmé que son pays ne peut accepter la politique consistant à imposer un fait accompli concernant le barrage de la Renaissance, soulignant son rejet de toute mesure unilatérale qui ne prendrait pas en compte les intérêts et les droits des populations en aval, en Egypte et au Soudan.

 

 

18:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |