Risque de guerre entre l'Ethiopie et le Soudan (26/05/2021)

L'expert soudanais en droit international, Ahmed Al-Mufti, a mis en garde contre un risque de guerre entre l'Éthiopie et le Soudan à cause du terrain sur lequel le barrage de la Renaissance éthiopienne a été construit.

L'expert soudanais en droit international a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU et les États-Unis d'Amérique à intervenir pour restaurer la région de "Benishangul" sur laquelle le barrage de la Renaissance éthiopienne a été construit à la souveraineté soudanaise afin d'éviter le déclenchement d'une guerre entre Soudan et Éthiopie, justifiant qu'Addis-Abeba a violé la Convention de 1902.

Al-Mufti a déclaré dans un communiqué de presse, mercredi 26 mai, que le Soudan avait précédemment abandonné la région de «Qambela» à l'Éthiopie en 1957 sans guerre, et il demande à l'Amérique et au Conseil de sécurité, d'exhorter l'Éthiopie à rendre la région de «Benishangul» au Soudan, afin pour éviter le déclenchement d'une guerre, en application de l'article 4 de la Convention de 1902.

Selon lui, l'Éthiopie avait demandé au Soudan, en 1955, de rendre la région "Qambela" à sa souveraineté. Selon l'accord, la région devait revenir à l'Éthiopie après l'indépendance du Soudan, et de fait, en 1957, le retour pacifique de cette région à la souveraineté éthiopienne a été achevée.

Mais il y avait une clause à cet accord. L'article 3 stipulait que la région soudanaise de "Benishangul" était concédée à l'Éthiopie, à la condition qu'aucune installation d'eau ne soit établie sur le Nil Bleu, le lac Tana ou la rivière Sobat, sauf avec l'approbation du gouvernement soudanais.

L'Éthiopie aurait donc violé l'article 3 de l'accord en ne requérant pas l'approbation du Gouvernement soudanais avant de commencer la construction du barrage de la Renaissance. Le Soudan avait alors entamé des négociations avec l'Éthiopie pour que cette dernière tienne compte de ses demandes, mais l'Éthiopie a continué de violer ses obligations et a effectué le premier remplissage du barrage sans tenir compte des demandes du gouvernement du Soudan, de l'Égypte, de l'Union africaine et du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Addis-Abeba ne pouvait pourtant ignorer cet accord, pour quelque raison que ce soit, d'autant plus que elle s'était précédemment appuyée sur l'article 4 de ce même accord, pour exiger la récupération du territoire de "Cambella".

Al-Mufti a ajouté que le Soudan et l'Égypte ont épuisé tous les moyens pacifiques pour persuader l'Éthiopie d'arrêter le deuxième remplissage jusqu'à ce qu'un accord soit conclu, mais l'Ethiopie est passé outre, et le Conseil de sécurité n'a pas exercé son autorité pour obtenir un changement du comportement éthiopien. Les risques de guerre sont d'autant plus probables que le second remplissage du barrage menacerait la vie de plus de 20 millions de Soudanais.

 

16:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |