Nigeria : le chef du groupe djihadiste Boko Haram, Abubakar Shekau, se suicide lors de la capture de la forêt de Sambisa par les djihadistes de l'Etat Islamique (ISWAP) (20/05/2021)

Nigeria : le chef du groupe djihadiste Boko Haram, Abubakar Shekau, se suicide lors de la capture de la forêt de Sambisa par les djihadistes de l'Etat Islamique (ISWAP)
Shekau s'était rendu et s'était engagé dans une réunion de plusieurs heures avec les combattants de l'ISWAP, où il lui avait été demandé de renoncer volontairement au pouvoir. Il a refusé et a plutôt choisi de se faire exploser.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, est mort. Plusieurs sources l'ont confirmé
Il est mort mercredi 19 mai soir à la suite de l'invasion du bastion du groupe djihadiste Boko Haram dans la zone forestière de Sambisa par une colonne de combattants de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP).

L'ISWAP, qui s'était détaché de la faction Boko Haram dirigée par Shekau en 2016 et prêté allégeance à l'État islamique, a attaqué en force le repaire du groupe Boko Haram.

Le repaire de Shekau a été retrouvé par les djihadistes de l'ISWAP. Un échange de coups de feu a eu lieu entre les combattants de l'Etat islamique et les gardes du corps de Shekau. Ses gardes du corps mis hors de combat, Shekau s'est rendu et s'est engagé dans une réunion de plusieurs heures avec les combattants de l'ISWAP. Pendant les pourparlers, on lui a demandé de renoncer volontairement au pouvoir et d'ordonner à ses combattants dans d'autres régions de déclarer la "bai'a" (allégeance) à l'autorité de l'ISWAP. Ils ont demandé à Shekau de publier une déclaration.

Des sources au sein de l'insurrection ont rapporté que Shekau, qui portait secrètement un gilet suicide, s'est finalement fait exploser aux côtés de toutes les personnes présentes lors des négociations.

L'identité des personnes au sein de la direction de l'ISWAP qui ont perdu la vie dans l'explosion reste incertaine pour le moment.

Shekau était à la tête de Boko Haram depuis 2009 à la suite du décès du fondateur du groupe, Mohammed Yusuf. Selon la rumeur, il aurait été tué au moins quatre fois entre juillet 2009 et août 2015. En août 2016, l'armée de l'air nigériane a affirmé qu'il avait été «mortellement blessé» par des bombardements militaires, mais le groupe djihadiste a publié une vidéo seulement un mois plus tard, montrant qu'il était vivant et en bonne santé.

Dynamique changeante
La zone forestière de Sambisa était un bastion du groupe Boko Haram, également connu sous le nom de Jamā'at Ahl as-Sunnah lid-Da'wah Wa'l-Jihād (JAS).

Bien que la confrontation et les escarmouches entre les deux factions rivales (JAS et ISWAP) aient été courantes, les tensions avaient récemment atteint de nouveaux sommets. 

Les divergences, suivies d'affrontements, portaient selon les communications du groupe, sur la sur-utilisation par boko Haram des désignations de takfir (non-croyants) ou de le faire de manière incorrecte.

Pour l'ISWAP, le contrôle  de la forêt de Sambisa signifie une protection accrue pour les combattants de l'ISWAP contre les frappes aériennes de l'armée nigériane, une protection que n'offraient pas les bastions de l'ISWAP dans la région du lac Tchad.

Les développements récents font suite à des attaques persistantes de l'ISWAP contre des bases militaires et des garnisons, ainsi qu'à des événements au sein du groupe, notamment l'arrivée de renforts djihadistes et la réémergence d'Abu Musab Al-Barnawi (Habib Yusuf) en tant que chef intérimaire.  

Abu Musab, un fils du fondateur de Boko Haram, Mohammed Yusuf, était auparavant le porte-parole du groupe. Mais il a ensuite rejoint un sous-groupe de combattants, dont le lieutenant Mamman Nur, qui s'est séparé en raison des méthodes rigides de Shekau et de sa position extrême sur le takfir. 

La faction séparatiste, maintenant connue sous le nom d'ISWAP, s'est installée dans le bassin d'Alagarno et du lac Tchad, délogeant ou prenant le contrôle des positions de Boko Haram dans ces zones et devenant par la suite le groupe djihadiste dominant dans ce secteur.

Les affrontements entre les deux groupes ne sont pas rares
Selon une étude publiée par International Crisis Group, basé à Bruxelles, à la suite de leur scission il y a cinq ans, des dizaines de combattants de l'ISWAP ont été tués au cours d'affrontements entre les deux groupes djihadsites en juillet 2016, près de Chukungudu, au Nigéria, sur les rives du lac Tchad. 

Le rapport ajoutait que, depuis lors, les combats entre les factions avaient diminué en intensité et que les deux groupes auraient conclu un accord de cessez-le-feu, qui comprenait un accord pour que Boko Haram libère les familles des commandants de l'ISWAP qu'elle détenait depuis la rupture entre Boko Haram et l'ISWAP. 

Des affrontements occasionnels se produisaient encore, en particulier lorsque les partisans de Shekau cherchaient à voler et kidnapper des civils dans les zones contrôlées par l'ISWAP sur les rives nigériennes et nigérianes du lac Tchad, ainsi que dans la région du gouvernement local de Konduga au Nigéria, ce qui obligeait les unités de l'ISWAP  a les affronter pour les repousser. , a déclaré Crisis Group. 

En février, Al Thabat, un groupe de médias affilié à Al-Qaïda, a révélé qu'une féroce bataille entre les deux groupes djihadistes, ISWAP et Boko Haram, avait eu lieu dans une zone frontalière entre le Nigéria et la République du Niger, où l'ISWAP avait perdu plusieurs de ses combattants.

Les affrontements ont  eu lieu après que l'ISWAP ait enlevé des dizaines de femmes liées à Boko Haram. Boko Haram a alors attaqué la base de l'ISWAP et récupéra les femmes. 

L'avancée de l'ISWAP dans les enclaves traditionnelles de Boko Haram est susceptible d'augmenter les risques sécuritaires sur les routes et les menaces pour les villes de garnison comme Maiduguri et Konduga.

En contrôlant Sambisa, Alagarno et le lac Tchad , l'ISWAP peut peser de manière décisive sur toutes les principales routes d'accès à Maiduguri", a déclaré Vincent Foucher, analyste principal de Crisis Group, dans un tweet .

La défaite de Boko Haram et la mort de Shekau pourraient créer davantage de problèmes pour la population civile et les forces de sécurité compte tenu de l'approche différente de l'ISWAP et de l'augmentation de ses capacités de guerre. 

19:26 | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |