Indonésie : Une terroriste vêtue de noir abattue près du siège de la police de Rupatama (Jakarta) (31/03/2021)

Une terroriste armée, portant des vêtements noirs et un foulard violet, a été abattue près du quartier général de la police , à Jalan Trunojoyo, dans le sud de Jakarta. Le lieu de la fusillade est situé près du quartier général de la police de Rupatama.
65c5c274b3e37dd0623b322187cda474_1.jpeg

Sur les premières informations, le terroriste présumé est une femme. Elle  a été abattue après avoir pénétré par effraction au siège de la police nationale.

On soupçonne que la femme est entrée au siège de la police avec une autre personne, mais celle-ci aurait réussi à s'échapper. Tout le personnel de la police a immédiatement été mis en état d'alerte à l'intérieur et autour du quartier général de la police. On apprenait par la suite que le second terroriste, qui s'était caché au quartier général de la police, avait été arrêté par des policiers.Il est actuellement interrogé par des agents.

D'après les premières investigations, la femme djihadiste tuée était une partisane de l'Etat islamique. Elle s'appelle Zakiah Aini. Elle est née en septembre 1995. Il semble qu'elle était armée d'un pistolet à air comprimé. Le pistolet est en effet muni d'une cartouche de CO2 à l'intérieur de la poignée.Exz3F9HWEAUDk7R.jpeg

Aini Zakya.jpegPlus d'informations sur Zakiah Aini
Zakiah Aini (25 ans) (photo ci-contre) est la deuxième femme indonésienne en l'espace de quatre jours à mener une attaque terroriste dans la nation musulmane la plus peuplée du monde, qui compte 270 millions d'habitants. 

Dimanche 28 mars, une femme et son mari s'étaient fait sauter devant la cathédrale de Makassar, Sulawesi du Sud, se suicidant et blessant 20 civils.

Le 31 mars, c'était au tour de Zakiah Aini d'agir en loup solitaire et d'attaquer la police. Sur la base des enquêtes initiales, elle éetait inspirée par l'idéologie de l'État islamique. Elle avait publié la photo de l'étendard de l'Etat islamique sur son compte Instagram et ajouté un commentaire sur le djihad (guerre sainte) seulement 21 heures avant sa mort.

Il y avait pourtant des signes de sa radicalisation. Elle avait abandonné l'université malgré de bonnes notes. Elle était étudiante de premier cycle à l'Université Gunadarma de Jakarta en 2013, mais elle a rarement assisté auxs cours. On ne l'a plus revue à l'université à partir du cinquième semestre.

Le fait qu'elle ait abandonné ses études universitaires, bien qu'elle soit une étudiante brillante et issue d'une famille de la classe moyenne, aurait dû être un signal d'alarme, a déclaré Nasir Abas, ancien dirigeant de la branche Asie du Sud-Est d'Al-Qaïda Jemaah Islmiyah.

«Sa famille pouvait se permettre de payer ses études puisqu'elle était issue de la classe moyenne. C'est certainement sa croyance "takfiri" qui l'a fait abandonner l'université », a-t-il dit, se référant au mot arabe pour un musulman qui accuse un autre d'apostasie ou de ne pas être un vrai croyant. Elle avait délibérément choisi de ne pas poursuivre ses études parce qu'elle pensait que son éducation était taghut - un terme utilisé dans l'Islam pour désigner un objectif de n'adorer rien d'autre que Dieu.

12:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |