Iran : Benjamin Brière, un touriste français détenu fait face à des accusations d'espionnage (15/03/2021)

Brière Benjamin.jpegBenjamin Brière (photo), un touriste français arrêté en Iran il y a dix mois, fait face à des accusations d'"espionnage et de propagande contre le système", a déclaré mardi à Reuters l'un de ses avocats. Nous avons déjà mentionné cette arrestation le 21 février 2021.

"Le dimanche 15 mars, iBenjamin Brière a été inculpé de deux chefs d'accusation d'espionnage et de propagande contre la République islamique", a dit Saeid Dehghan, ajoutant que son client encourait une peine d'emprisonnement de longue durée. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des autorités judiciaires iraniennes.

Selon Saeid Dehghan, Benjamin Brière, âgé de 35 ans, a été placé en détention après avoir piloté un drone dans le désert près de la frontière entre le Turkménistan et l'Iran. "Il est détenu à la prison de Vakilabad dans la ville de Mashhad. Il est en bonne santé, a accès à ses avocats, bénéficie d'une protection consulaire et les responsables de l'ambassade de France ont été en contact régulier avec lui", a ajouté son défenseur. Saeid Dehghan a précisé que son était accusé de "propagande contre le système" pour avoir publié un message sur les réseaux sociaux dans lequel il disait que "le hijab est obligatoire" en République islamique d'Iran, mais pas dans d'autres pays islamiques.

Un rapport de force diplomatique avec les pays occidentaux
L'annonce, le mois dernier, de l'arrestation de Benjamin Brière a coïncidé avec l'offensive diplomatique occidentale qui s'efforce de convaincre Téhéran de respecter à nouveau les termes de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe.pngLe cas de la détenue britannique Nazanin Zaghari Ratcliffe , qui a déjà purgé sa peine en Iran et est toujours détenue, constitue une autre preuve de ce rapport de force entre Téhéran et les pays occidentaux, selon ce que le mari de la détenue a confirmé dans des déclarations précédentes, considérant que Téhéran la maintient en détention en  échange pour obtenir le paiement par le Royaume Uni de dettes datant de l'époque du Shah. Il s'agit d'une dette de 400 millions de livres (557 millions de dollars), y compris les intérêts, que Téhéran affirme être due par la Grande-Bretagne en raison de l'annulation d'un contrat d'armement dans les années 1970 conclu avec le régime du shah qui dirigeait le pays à l'époque.

Dimanche 14 mars, Hujjah Karmani, l'avocate de  Nazanin Zaghari Ratcliffe a révélé que sa cliente avait été jugée pour une nouvelle accusation de "propagande contre le régime" devant le tribunal révolutionnaire d'Iran, une semaine après avoir achevé une première peine de cinq ans de prison.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a considéré que le deuxième procès de Zaghari Ratcliffe était "inacceptable", et a appelé à sa libération. Il a ajouté que l'Iran lui avait fait subir "une épreuve cruelle et honteuse.

De son côté,  le Premier ministre britannique Boris Johnson a souligné lors d'un appel avec le président iranien Hassan Rohani mercredi 10 mars la nécessité de permettre à Ratcliffe de retourner dans son pays natal pour être avec sa famille.

11:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |