Liban : Des routes bloquées dans plusieurs régions du Liban (13/03/2021)

En réaction à la nouvelle chute de la livre libanaise sur le marché parallèle, des manifestants ont coupé samedi 13 mars plusieurs axes à travers le Liban. 

A Beyrouth, le rond-point dit de "Cola", dans le sud, a été fermé au moyen de bennes à ordures renversées, tout comme les routes de Corniche Mazraa, la Cité sportive et Manara. L'autoroute menant vers le Sud a, elle, été bloquée au niveau de Damour et Naamé, obligeant certains véhicules à faire demi-tour afin d'emprunter des routes secondaires, ainsi qu'à Choueifate. 

Dans le Sud, les voies menant à la place de l'Etoile, à Saïda, ont été fermées par des conducteurs de taxis et services. 

Dans la Békaa, l'axe reliant Masnaa à Rachaya a été bloqué, tout comme la route d'Ablah et celle allant de Taalabaya à Saadnayel. 

A Tripoli (Nord), plusieurs axes ont été verrouillés par des manifestants, notamment le rond-point Abou Ali et les accès à la place al-Nour.

Le début de la semaine dernière avait été marqué par des blocages de route en série au Liban, après que la monnaie nationale avait atteint le seuil des 10.000 livres libanaises pour un dollar sur le marché parallèle. Les routes avaient ensuite été dégagées suite à l'intervention de l'armée libanaise. Ce samedi, le taux a encore augmenté, pour atteindre les 12.000 L.L..

Tensions devant le Parlement à Beyrouth
Des contestataires ont brièvement réussi à ouvrir samedi une des barrières métalliques installées pour empêcher tout accès au siège du Parlement à Beyrouth, en marge d'une manifestation organisée par des groupes du soulèvement populaire. 

Après s'être rendus devant une des rues menant à la Chambre, une dizaine de manifestants ont porté des coups sur cette fortification en métal et lancé des projectiles par dessus. Certains d'entre eux ont réussi à pratiquer une ouverture au moyen d'un levier, mais se sont aussitôt retrouvés face à un mur de blocs de béton érigés en hauteur. Les forces de sécurité déployées derrière ce mur se sont défendues à coups de bombes de gaz lacrymogène, dispersant rapidement les manifestants. 

La manifestation de ce samedi avait commencé en début d'après-midi par l'installation de tentes sur la place des Martyrs, avant qu'une marche ne s'élance dans le centre-ville, en direction du port de Beyrouth, afin de protester contre la crise et réclamer justice pour la double explosion du 4 août dernier.

Un supermarché pris d'assaut dans le Kesrouan
Un supermarché de la localité d'Adonis, dans le Kesrouan au nord de Beyrouth, a été pris d'assaut samedi soir par plusieurs dizaines de personnes vêtues de noir, qui s'en sont pris aux employés, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Les pillards se sont rués sur les rayons alimentaires de l'enseigne locale du "Charcutier", provoquant la panique des clients se trouvant dans l'établissement. 

Au cours des dernières semaines, de multiples incidents ont éclaté dans les supermarchés du pays, pendant que les clients dévalisent les produits subventionnés, dans un contexte de crise économique et financière aiguë. Cette crise s'aggrave de jour en jour, sur fond de dépréciation de la monnaie locale, d'inflation des prix et de pauvreté accrue. 

18:41 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |