Libye : Une milice de Haftar attaque un camp des forces fidèles au Gouvernement d'Accord National (GNA) à Ubari (06/12/2020)

Les forces qui soutiennent le GNA ont annoncé, dimanche 6 décembre, qu'une milice fidèle au général Khalifa Haftar, chef de l'Armée Nationale Libyenne, avait visé l'un de ses camps dans la ville d'Ubari (964 km au sud de Tripoli), dans la région de Fezzan.

Le porte-parole de la "Salle d'opérations de Syrte et d'e Jufra",(pro-GNA), Hedi Drah, a déclaré  qu'une force appartenant à la milice de Khalifa Haftar avait attaqué le camp d'Ali Kanna., déclenchant des combats entre les deux parties. Le porte-parole a ajouté que les forces pro-GNA s'étaient désengagées sans pour autant se retirer.

"La force de l'assaut était commandée par le colonel Mohamed al-Hasnawi'', indique le porte parole.

De son côté, un membre de la salle des opérations d'Ubari (pro-GNA), Majdi Bouhna, a déclaré que "la force d'assaut venait de la ville de Sebha et s'était positionnée dans la région de Jarma.

Des combattants de l'Armée Nationale Libyenne (pro-Haftar) sont, arrivés à bord de 60 véhicules et  ont pris position pour assièger la zone et exigeant un retrait immédiat des forces pro-GNA. Ils sont commandés par le général de division Mabrouk Sahban, de la salle des opérations sud de l'ANL.

A noter que ces combats ont lieu, le général Khalifa Haftar visite l'Egypte puis la France.

Ubari-2.jpeg

Ubari.jpeg

Il s'agit de la première attaque du genre lancée par l'Armée Nationale Libyenne du générl Haftar contre le camp ''Ali Kanna'' depuis l'arrêt de l'offensive de l'ANL pour s'emparer de Tripoli, en mai dernier.

Ville d'Ubari
La ville d'Ubari est située à proximité du champ pétrolier de Sharara, le plus grand du pays. Elle est aussi la deuxième plus grande ville du sud libyen après Sabha, et ses combattants se comptent par centaines, dont certains se sont battus dans la capitale Tripoli pour repousser l'offensive de l'ANL.

Renforts turcs en Libye
Une image satellite de la société Osint montre clairement la présence des six frégates et navires de guerre turcs dans la zone opposée à Abugrein, à l'ouest de Syrte, naviguant en deux formations distinctes.

CC8A68E0-1B20-4229-AE4A-121A14704D82.jpeg

En outre, ces derniers jours, l’armée de l’air turque a effectué des vols intensifs vers l’ouest de la Libye. Plus de 25 vols ont été effectués au cours de la période comprise entre le 28 novembre et le 4 décembre. par d’énormes avions cargo militaires A400.

TeArWK6H.jpeg

Ces avions opérent entre les bases de Konya, Kayseri, Merzifon et Atatürk à Izmir et la base aérienne d'al-Watiya dans l'ouest de la Libye, et dans une moindre mesure au Misrata Air College où sont stationnées des forces turques et italiennes.

Les images satellites ont montré une augmentation du volume des approvisionnements et de la présence militaire turque au cours de la période susmentionnée à la base aérienne d'al-Watiya et la présence de nouveaux équipements et armes, notamment des systèmes de défense aérienne de type Hisar, Kalkan et Hawk.

Nouveau lot de mercenaires syriens pro-turcs
La semaine dernière, l'envoyée de l'ONU, Stephanie Williams, a critiqué la présence continue de mercenaires en Libye, et a déclaré que leur nombre atteignait 20 000, faisant référence à la présence de forces étrangères sur 10 bases libyennes sans les nommer. Dans une déclaration de samedi, le ministère des Affaires étrangères du gouvernement d'accord national (GNA) a défendu la présence militaire turque en Libye, affirmant qu'elle était «légitime en vertu d'un accord légitime». 

Cependant, la majorité des mercenaires sont ceux envoyés par la Turquie depuis la Syrie, qui totalisent près de 15 000 selon le 26e rapport des Nations Unies sur les sanctions. En outre, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a annoncé qu'un nouveau lot de mercenaires syriens était arrivé en Libye ravivant ainsi les craintes d'une reprise de la guerre et un effondrement de l'accord militaire 5 + 5 entre les commandants du GNA et ceux de l'ANL, salué par la communauté internationale comme étant la clé de la paix en Libye. 

L'Armée Nationale Libyenne (ANL), pro-Haftar, mobilisée
Pour faire face à la menace, le général de division Ahmed Salem, commandant de la salle des opérations de Syrte Ouest / Karama du commandement général de l'Armée nationale libyenne (ANL), a ordonné à toutes les unités d'élever le niveau de préparation, de suspendre les permissions, d'empêcher le départ de véhicules militaires, et intensifier la surveillance en vue de toute «agression turque».

Une source de l'Armée Nationale Libyenne (pro-Haftar)  a déclaré : «Nous sommes attachés à un cessez-le-feu conformément à l'Accord 5 + 5 et nous avons commencé à mettre en œuvre notre part dans l'accord, mais cela s'est heurté à une mobilisation turque sans précédent sur les terres, les mers et les airs. La Turquie a rejeté cet accord depuis le début et nous attendons la position des auteurs de l’Accord de Genève sur cette escalade. »

Ces nouveaux développements ont lieu alors que tous les observateurs se concentrent sur Ghadames, alors que la Chambre des représentants (HoR) se prépare à son unification, dans le cadre du Forum de dialogue politique libyen (LPDF) et alors qu'un optimisme croissant laissait penser à une résolution de la crise.

18:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |