Iran : Le Mossad suivait Fahrizadeh depuis 1993 (05/12/2020)

Des sources au sein des structures de sécurité israéliennes ont déclaré que le "père de la bombe atomique iranienne" Mohsen Fakhrizadeh était suivi par le Mossad depuis 1993. Il y a 27 ans, un agent du Mossad avait réussi à prendre contact avec Fahrizadeh et à découvrir les détails du projet militaire nucléaire iranien, écrivent Yediot Ahronot et l'agence de presse Maan .

Fakhrizade devait être liquidée en 2008, lorsque Ehud Olmert était le Premier ministre d'Israël et Ehud Barak ministre de la Défense. Mais l'opération avait été annulée au dernier moment.

Liquidation de Fakhrizadeh
Les informations sur les circonstances de la mort de Mohsen Fakhrizadeh, qui a supervisé les travaux de création de la bombe atomique iranienne, sont contradictoires. On sait de manière fiable qu'il a été tué le 27 novembre 2020 à Absard (une banlieue de Téhéran).

L'agence iranienne Fars a écrit sur cette attaque comme suit: Mohsen Fakhrizadeh se trouvait dans une voiture à Absard (une banlieue de Téhéran), accompagné de deux véhicules de sécurité, lorsque, soudainement, une voiture Nissan bourrée d'explosifs a explosé à quelques mètres de distance. L'explosion a été si forte qu'elle a endommagé des arbres et des voitures garées dans un rayon de 500 mètres. Les assaillants ont alors ouvert le feu sur la voiture dans laquelle se trouvait Fakhrisadeh, un de ses gardes du corps a bifurqué sa voiture de manière à bloquer l'accès à la voiture du scientifique, et a été tué presque immédiatement. Après l'attaque, Fakhrizadeh a été transporté à l'hôpital, où il est mort peu après son arrivéet. Les tireurs ont pris la fuite et leur recherche se poursuit.

Le blogueur israélien "Abu Ali", citant ses propres sources, écrit: l'équipe de tueurs était composée de 12 personnes, selon les services spéciaux iraniens. Ces personnes auraient suivi une formation militaire spéciale en dehors de l'Iran; une cinquantaine de personnes supplémentaires ont fourni un soutien logistique à l'opération; le groupe de tueurs a utilisé une jeep Hyundai Santa Fe, une camionnette Nissan (piégée) et quatre motos; l'électricité dans la zone a été coupée une demi-heure avant la phase active de l'opération; Le cortège de Fakhrizadeh se composait de trois voitures (toutes blindées), le scientifique lui-même conduisait la troisième voiture; les tueurs ont raté la première voiture de sécurité et ont ouvert le feu sur les deuxième et troisième voitures, peu de temps après, une camionnette Nissan piégée a percuté la deuxième voiture du cortège et a explosé; 12 hommes armés ont ouvert le feu sur les premier et troisième véhicules du cortège; le chef du groupe des tueurs a sorti le scientifique blessé de la voiture et a tiré un coup de grâce; les liquidateurs ont quitté le lieu de l'opération (aucun d'entre eux n'a été blessé ou arrêté).

Plus tard, l'agence Fars a publié une nouvelle version de ce qui s'était passé., selon laquelle une arme automatique télécommandée installée sur une camionnette Nissan a pris pour cible le cortège, puis le camionnette a explosé. Selon Fars, Mohsen Fakhrizadeh, ayant entendu l'impact des balles sur la carrosserie de sa voiture, n'a pas compris ce qui se passait. Il a pensé que le bruit était le résultat d'une collision avec un obstacle ou un dysfonctionnement du moteur et est sorti de la voiture pour vérifier. C'est là qu'il est tombé sous une pluie de balles. À ce moment, le garde du corps au volant de la deuxième voiture l'a virée pour bloquer l'accès à la voiture du scientifique et a été tué presque immédiatement. Quelques instants plus tard, la voiture Nissan explosait. L'explosion a été si violente qu'elle a endommagé des arbres et des voitures garées dans un rayon de 500 mètres. Après l'attaque, Fakhrizadeh a été transporté à l'hôpital, où il devait décéder. Fars déclare que l'attaque a duré environ trois minutes. Les assaillants n'ont pas eu à se cacher de la scène, puisqu'ils n'étaient pas sur place, et toute l'opération s'est déroulée «à distance».
Les autorités iraniennes ont déclaré qu'elles étaient sur la piste des tueurs, promettant de divulguer les détails plus tard.

Le journaliste iranien Mohamad Ahvaz a tweeté que les services spéciaux locaux avaient envoyé à tous les hôtels des photos de quatre hommes soupçonnés d'avoir tué le physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh. Les services secrets ont demandé aux propriétaires des hôtels de les héberger et de contacter les services de sécurité si des hommes correspondant aux photos les approchaient.

 

10:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |