Al-Qaïda : Des informations font état de la mort de Zawahiri, successeur de Ben Laden (14/11/2020)

Des journalistes, des militants et des politiciens ont diffusé sur les réseaux sociaux des informations affirmant que le dirigeant égyptien d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, âgé de 68 ans, était décédé.

L'écrivain et journaliste syrien résidant aux États-Unis, Hassan Hassan, a déclaré que, selon les informations circulant parmi les groupes armés liés à Al-Qaïda, le chef de l'organisation jihadiste, Ayman Al-Zawahiri, serait décédé il y a un mois dans sa cache non spécifiée.

L'écrivain syrien a expliqué sur son compte Twitter que les informations sur la mort d'Al-Zawahiri n'ont pas étéconfirmées ou annoncées par l'organisation, mais une source du groupe syrien Horas ad-Din, étroitement lié à Al-Qaïda, a confirmé l'information.

Al-Zawahiri souffrait d'une maladie grave, mais on ignorer la gravité de ses problèmes de santé.

Un responsable de la sécurité internationale avait déclaré en août 2019 qu'il y avait des informations indiquant que le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, souffrait d'une maladie cardiaque.

Selon le responsable, la possibilité qu'Al-Zawahiri, soit "gravement malade", voire décédé, augmente l'incertitude quant à l'avenir d'Al-Qaïda et quelle pourrait être sa future direction.

Ayman Muhammad Rabi al-Zawahiri (né le 19 juin 1951) est le chef d'Al-Qaïda. Il a succédé à Oussama ben Laden après avoir été le deuxième dirigeant en importance de l'organisation militaire d'Al-Qaïda que la plupart des pays du monde classent comme une organisation terroriste.

Le gouvernement américain a promis une récompense de 25 millions de dollars à quiconque fournirait des informations menant à son arrestation.

Il a travaillé comme chirurgien (spécialisé en chirurgie générale) et a aidé à fonder le groupe du Jihad égyptien, et certains experts estiment qu'il est un élément clé des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Le nom d’Al-Zawahiri était en deuxième position, après Ben Laden, sur une liste de 22 noms des terroristes les plus recherchés aux États-Unis après 2001. 

Al-Zawahiri, né dans la capitale égyptienne, Le Caire, est issu d'une famille de la classe moyenne qui comprend de nombreux médecins et érudits religieux. Son grand-père Rabi al-Zawahiri a assumé le poste de cheikh de la mosquée Al-Azhar, son père, le professeur Muhammad al-Shafi`i al-Zawahiri, était l'un des dermatologues égyptiens les plus célèbres. Quant à son grand-père maternel, il s’agit d’Abd al-Wahhab Azzam, un homme de lettres en Égypte avant la révolution de 1952, et l’oncle de sa mère est Abd al-Rahman Azzam, le premier secrétaire général de la Ligue arabe. L’une des personnes les plus proches de lui est son oncle Mahmoud al-Zawahiri, médecin spécialiste des maladies dans le monde. Ayman Al-Zawahiri a longtemps vécu dans le village de Rizeigat Bahary, dans le gouvernorat de Louxor, où il a pu diffuser ses idées d’obédience salafiste.

Al-Zawahiri s'est impliqué très jeune dans les activités des mouvements politiques islamiques alors qu'il était encore à l'école. Il a été arrêté à l'âge de quinze ans pour avoir rejoint les Frères musulmans interdits. Les Frères musulmans sont l'un des groupes islamiques les plus anciens et les plus importants d'Égypte. L'activité politique d'Al-Zawahiri ne l'a pas empêché d'étudier la médecine à l'Université du Caire, dont il a obtenu son diplôme en 1974 et obtenu une maîtrise en chirurgie quatre ans plus tard.

Au début, Al-Zawahiri a commencé à suivre les traditions familiales, en établissant une clinique médicale dans une banlieue du Caire, mais il a rapidement été attiré par les groupes islamistes qui réclamaient le renversement du gouvernement égyptien. Il a rejoint le Groupe du Jihad islamique égyptien dès sa création en 1973. En 1981, il a été arrêté parmi les personnes accusées d'avoir assassiné le président égyptien de l'époque, Anouar Sadate. Sadate avait mis en colère des militants islamistes en signant un accord de paix avec Israël et en arrêtant des centaines de ses détracteurs dans le cadre d'une répression sécuritaire.

Au cours de l'une des sessions du tribunal, Al-Zawahiri a comparu en tant que porte-parole des accusés, en raison de sa maîtrise de la langue anglaise, et a été filmé en train de dire au tribunal: "Nous sommes des musulmans qui croyons en notre religion et cherchons à établir un État islamique et une société islamique." Bien qu'il ait été acquitté dans l'affaire de l'assassinat de Sadate, il a été reconnu coupable de possession illégale d'armes et condamné à trois ans de prison au cours desquels il a été régulièrement torturé par les autorités pendant son incarcération en Égypte, une expérience qui l’aurait rendu encore plus extrémiste. Après sa libération, il part pour l'Arabie saoudite

Al-Zawahiri a pris la direction de l'organisation à la suite de l’élimination de Ben Laden par les forces américaines le 2 mai 2011. On l'appelait souvent le bras droit d'Oussama Ben Laden et le principal idéologue d'Al-Qaïda. Certains experts soulignent que l'organisation du Jihad égyptien a pris le contrôle d'Al-Qaïda lorsqu'elle a uni ses forces à la fin des années 90 du siècle dernier. Al-Zawahiri a été vu pour la dernière fois dans la ville orientale de Khost en octobre 2001, lorsque les États-Unis ont lancé une campagne militaire pour renverser le gouvernement taliban. Depuis lors, il avait réussi à échapper aux poursuites en se cachant dans les zones montagneuses le long de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, avec l'aide de membres de tribus islamistes.

00:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |