Libye: les forces du Gouvernement d'Accord National en alerte face à de possibles attaques à l'ouest (09/10/2020)

Le gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de Gouvernement d'Accord National (GNA), a mobilisé son armée dans la nuit du 8 au 9 octobre, en prévision d'une attaque des forces adverses, l'Armée nationale libyenne ( ANL), dirigées par le général Khalifa Haftar.

L'organe de presse al-Arabiya a rapporté, sur la base d'une déclaration de l'opération militaire baptisée "Volcan de Rage", affiliée au GNA, que le vendredi 9 octobre, l'armée de Tripoli a été mise en état d'alerte pour faire face à une attaque éventuelle. Les instructions sont venues du ministre de la Défense de Tripoli, Salah Eddine al-Namrush, qui a reçu des informations sur une probable offensive de l'ANL dans des villes de l'ouest de la Libye. Al-Namrush, de retour la veille, le 8 octobre, d'une visite en Turquie, a adressé un télégramme urgent au commandant des régions militaires et à la salle d'opérations conjointes de la région occidentale,

Ce sont des lieux repris par les unités pro-GNA aux forces commandées par le maréchal Khalifa Haftar, grâce au soutien d'Ankara entre les mois de mai et juin derniers. La localité de Tarhuna a été l'un des derniers bastions de l'ANL, dans l'ouest libyen, à avoir été conquis le 5 juin , ouvrant la voie à la sécurisation de la capitale Tripoli menacée par l'ANL. La ville de Gharyan, située à 100 km au sud-ouest de Tripoli, a été, ces dernières années, un centre opérationnel d'une importance significative pour l'ANL, ainsi que le quartier général opérationnel des opérations militaires menées par les forces de Haftar, au sud de la capitale. Cette localité a été reconquise par les forces pro-GNA le27 juin, portant un coup dur à l'ANL.

Suite à l'avancée progressive des forces pro-GNA, à partir du 21 août dernier, les fronts de bataille libyens, tant à l'Est qu'à l'Ouest, ont connu une phase de trêve relative. Un arrêt des combats a été en effet annoncé par le Premier ministre et chef du Conseil présidentiel de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président du Parlement de Tobrouk, Aguila Saleh, dans le but d'éviter une escalade violente dans la ville occidentale de Syrte et de Jufra, où une "bataille imminente" était attendue entre les deux forces rivales, elle-même soutenue par des acteurs extérieurs, notamment la Turquie et l'Égypte.

Le cessez-le-feu a donné un nouvel élan à une large mobilisation internationale qui a vu divers acteurs, régionaux et non régionaux, se livrer à des séances de dialogue, dans le but ultime de parvenir à une résolution politique du conflit libyen. Dans ce contexte, le Conseil présidentiel du GNA , le 8 octobre, a souligné l'importance de la reprise du processus politique, économique et sécuritaire dans le pays, selon les résultats de la conférence de Berlin tenue le 19 janvier, avec l'objectif de parvenir à une résolution politique. Ces considérations sont intervenues lors d'une réunion au cours de laquelle les derniers développements politiques et militaires ont été examinés, ainsi que les «positions régionales et internationales» dans le contexte de la crise libyenne.

La Libye vit dans une situation de grave instabilité depuis le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. En octobre de la même année, le pays d'Afrique du Nord a alors assisté à la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi, mais n'a jamais réussi à réaliser une transition démocratique depuis. Il y a deux côtés qui se sont longtemps affrontés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, le Parlement exilé à Tobrouk, soutenu militairement par le général Khalifa Haftar.

12:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |