Ansar Ullah

  • Yémen : La Coalition sunnite et l'armée yéménite lancent une opération militaire d'envergure contre les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    Jeudi 20 janvier 2022, d'importants dispositifs militaires de l'armée yéménite et des forces de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sont en préparation pour avancer vers le district d'Al-Juba, au sud de Marib.

    À l'aube du jeudi 20 janvier, la coalition a annoncé qu'elle avait lancé une opération militaire à grande échelle contre le groupe « Ansar Ullah » (Houthis), dans plusieurs gouvernorats yéménites.

    L'information fait suite à la révélation de la coalition, publié dans un communiqué de l'agence de presse officielle saoudienne (SPA), qu'elle viserait désormais les "chefs terroristes" responsables de cibler des civils, ajoutant qu'ils ne seront plus à l'abri désormais.

    La coalition a ajouté que cette dernière opération répond à la menace et au principe de nécessité militaire pour protéger les civils des attaques.

    Actuellement, environ trois millions de personnes vivent dans la ville de Marib, dont environ un million ont fui d'autres régions du Yémen.

    Il y a quelques jours, l'armée gouvernementale a annoncé que l'artillerie et l'aviation avait détruit 80% du total des armes et équipements des rebelles chiites à Marib.

    Les forces gouvernementales yéménites, avec le soutien de la coalition, ont lancé des opérations militaires simultanées il y a plus d'une semaine dans le but de regagner toutes les zones des provinces de Marib et d'Al-Bayda, aprèsla libération complète du gouvernorat de Chabwah.

    Les forces armées et les "brigades des géants", assistées par les forces de la résistance populaire, ont réalisé des progrès remarquables dans le sud de Marib comme à al-Bayda, suite aux combats acharnés contre les Houthis.

    Rappelons que les rebelles chiites ont lancé à partir de février 2021, une vaste offensive contre la province de Marib, riche en pétrole et en gaz, malgré tous les appels au calme internationaux et onusiens sur les dangers qui menacent la vie de milliers de personnes déplacées.

     

     

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites Houthis ciblent des infrastructures de communication dans le sud du royaume

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a confirmé que le groupe yéménite « Ansarullah » avait lancé, samedi 8 janvier 2022,  des drones piégés, contre l'infrastructure de communication civile dans le sud du Royaume.

    La coalition a déclaré : « Les milices houthies ont tenté pour la troisième fois de cibler les communications civiles avec des drones piégés. »

    La coalition a indiqué qu'en réponse aux attaques des Houthis, elle a mené plusieurs frappes, qui ont conduit à la destruction de 6 sites de stockage et de lancement de drones à Hajjah.

    Opérations à Shabwa et Marib
    Jeudi dernier, la coalition arabe a annoncé avoir mis 390 militants du groupe yéménite « Ansarullah » hors de combat et détruit du matériel du groupe lors des opérations de ses forces dans les gouvernorats pétroliers de Shabwa et Maarib, au sud et au nord-est. 

    La coalition a déclaré avoir « mené 35 opérations  contre la milice houthie à Shabwa, qui ont entraîné la destruction de 25 véhicules militaires et la mort de 240 éléments terroristes en 24 heures ». Elle a ajouté que « 28 opérations de ciblage ont été menées contre la milice houthie à Maarib où 19 véhicules militaires ont été détruits et 150 terroristes ont été tués." dans les dernières 24 heures.

    La coalition arabe soutient, avec des opérations aériennes intensives, l'armée yéménite affiliée au gouvernement internationalement reconnu, dans ses combats contre le groupe Houthi pour regagner des zones que le groupe contrôlait récemment dans les gouvernorats riches en pétrole de Shabwa et Maarib.

    L'Arabie saoudite dirige, depuis le 26 mars 2015, une coalition militaire de pays arabes, en soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu, dans sa quête pour restaurer la capitale, Sanaa, et de vastes zones du Yémen, qui ont été saisies par le groupe Houthi fin 2014.

    Ansar Allah mène régulièrement des attaques à l'aide de drones, de missiles balistiques et de bateaux piégés, ciblant les forces saoudiennes et yéménites à l'intérieur du Yémen et des territoires du Royaume.

     

     

  • Yémen : l'ambassadeur d'Iran dirigeait les opérations militaires à Marib, affirme al-Maliki, porte-parole de la coalition sunnite

    Imprimer

    malki.jpegLe général de brigade Turki Al-Maliki (photo), porte-parole officiel de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, a lancé une attaque brutale contre l'Iran et son rôle dans la région, accusant l'ambassadeur iranien, Hassan Erlo, d'être à la tête des opérations militaires et de la planification dans la bataille de Marib (Yémen). L'ambassadeur est depuis décédé, sans doute de la Covid19.

    Al-Maliki a estimé lors d'une conférence de presse, dimanche 26 décembre 2021, que le groupe Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites houthis, n'a pas à faire partie de la solution politique au Yémen, et que le groupe menace 3 millions de Yéménites, en tentant de contrôler la ville de Marib.

    Al-Maliki a déclaré que le groupe Ansar Ullah avait tiré 430 missiles balistiques et 851 ont drones vers  le royaume.

    Il a souligné que "les victimes des attaques des Houthis contre des civils dans le royaume ont entraîné la mort de 118 personnes, dont 59 Saoudiens, et d'autres de différentes nationalités, dont le Yémen, l'Inde, l'Égypte et la Syrie".

    Al-Maliki a indiqué que "les forces de la coalition ont détruit 100 bateaux piégés appartenant aux Houthis. Il a ajouté que le groupe rebelle yéménite avait posé 247 mines marines".

    Al-Maliki a déclaré : « Le régime iranien parraine des armes dans la région et procède à la destruction et à la dévastation », ajoutant que « la milice houthie a adopté l'idéologie sectaire de l'Iran ».

     

  • Yémen : La coalition saoudienne frappe des cibles dans la capitale yéménite

    Imprimer

    Dans la nuit du jeudi 23 au vendredi 24 décembre 2021, les forces aériennes de la coalition arabe, dirigée par l'Arabie saoudite, ont attaqué des cibles dans la capitale yéménite, Sanaa. L'attaque a été menée après l'expiration de l'ultimatum sur le retrait des armes du territoire du stade Al-Tawra, rapporte la chaîne de télévision Al-Ikhbariya.

    Selon les renseignements saoudiens, les Houthis ont déplacé des armes du stade vers un camp de ravitaillement dans le centre de Sanaa. C'est ce camp qui est devenu la cible des frappes aériennes. Au total, neuf cibles ont été attaquées.

    Si les armes n'avaient pas été déplacées, l'armée de l'air de la coalition aurait attaqué le stade Al Tawra.

    Le chef de Ansar Allah, le bras armé des Houthis, Muhammad Ali al-Husi, avait précédemment affirmé qu'il n'y avait pas d'armes au stade al-Tawra. Il a appelé l'ONU à mener une inspection. Il a comparé les attaques de la coalition saoudienne aux frappes de la L'armée israélienne dans la bande de Gaza.

    Les analystes militaires notent que récemment la coalition saoudienne a en effet adopté la tactique de Tsahal : d'abord, l'ennemi est averti d'une cible contre une installation (dépôt d'armes, quartier général militaire, etc.) située au milieu d'habitations abritant des civils, puis, après une pause, une frappe est menée. Cette tactique a pour but de réduire les pertes civiles.

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis capturent une montagne clé près de la ville de Marib malgré les bombardements intenses de la coalition

    Imprimer

    Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites houthis ont capturé la montagne Bulq al-Sharqi qui surplombe la périphérie sud de la ville de Ma'rib aux mains des forces loyalistes soutenues par les Saoudiens, a rapporté la télévision al-Mayadin basée à Beyrouth le 8 décembre, citant une source militaire yéménite.

    La montagne était le dernier obstacle géographique entre les Houthis et la ville de Marib. La montagne est située à moins de 20 kilomètres au sud du centre-ville.

    La source d'Al-Mayadin a affirmé que la résistance des forces loyalistes soutenues par les Saoudiens à la périphérie de la ville de Marib est actuellement en train de s'effondrer.

    Au cours des dernières semaines, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a intensifié ses frappes aériennes contre les forces houthis à Ma'rib dans le but d'arrêter la progression du groupe rebelle dans la province de Marib. Des centaines de combattants houthis auraient été tués lors de ces frappes aériennes.

    Entre le 7 et le 8 décembre, les avions de guerre de la coalition ont effectué 16 frappes aériennes sur les lignes de front de Ma'rib. La coalition a affirmé que les frappes aériennes avaient tué 95 combattants houthis et détruit 11 véhicules militaires, dont un système de défense aérienne.

    Si les récentes frappes aériennes de la coalition ont ralenti l'avancée des Houthis, elles n'ont finalement pas réussi à mettre un terme à l'offensive du groupe.

    Les Houthis seraient actuellement en train de négocier avec les commandants supérieurs des forces loyalistes à Ma'rib pour entrer dans la ville sans combattre. La coalition dirigée par les Saoudiens ne permettra probablement pas que cela se produise. Une bataille féroce pourrait éclater à l'intérieur de la ville avant la fin de l'année.

  • Yémen : Raids saoudiens sur des positions des forces iraniennes sur la base aérienne d'Al-Daylami

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a déclaré avoir lancé des frappes aériennes sur un camp d'entraînement du groupe "Ansar Allah" le bras armé des rebelles chiites Houthis, entraînant la mort de dizaines de membres du groupe. Mais ce qui est frappant, c'est les raids ont également visé des camps iraniens, selon l'annonce officielle.

    60 Houthis tués
    La coalition a déclaré que les raids avaient entraîné la mort d'au moins 60 éléments houthis et fait des dizaines de blessés. 

    Elle a déclaré, selon l'agence de presse officielle saoudienne SPA, que ses forces avaient mené "des frappes aériennes sur des cibles militaires légitimes à Sanaa, conformément au droit international humanitaire et à ses règles coutumières".

    Raids contre le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI)
    Les médias officiels saoudiens ont déclaré que la coalition arabe avait lancé des frappes aériennes avaient également visé un "site secret des Gardiens de la révolution iraniens", sur la base aérienne d'Al-Daylami et des dépôts de missiles balistiques.

    Depuis mars 2015, l'Arabie saoudite dirige la coalition arabe, qui mène d'intenses opérations militaires au Yémen en soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu fidèle au président Abd Rabbo Mansour Hadi, et qui combat les forces houthies soutenues par l'Iran qui, elles, contrôlent la capitale, Sanaa, depuis 2014.

     

     

     

  • Yémen : La coalition sunnite annonce la mort de plus de 260 rebelles chiites Houthis lors de ses frappes à Marib

    Imprimer

    Dimanche 24 octobre 2021, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé que plus de 260 membres du groupe rebelle chiite yéménite Houthi avaient été tués lors de frappes lancées dans le gouvernorat stratégique de Marib, dans le centre du Yémen.

    L'agence de presse officielle saoudienne a cité la coalition affirmant qu'au cours des dernières 24 heures, elle avait mené 88 opérations pour cibler des véhicules et des éléments houthis dans les districts d'Al-Jawba et d'Al-Kassara à Marib.

    Selon les données de la coalition, les pertes d'« Ansar Allah », le bras armé des Houthis, à la suite de ces opérations se sont élevées à 264 personnes et 36 véhicules militaires.

    Cela n'a pas empêché les Houthis de poursuivre leur progression visant à consolider complètement leur contrôle sur Marib. 

    Il y a une semaine, ils ont annoncé avoir réalisé des progrès tangibles sur le terrain, y compris avoir pris contrôle des districts d'Abdiya et de Harib et de certaines parties des districts de al-Jawba et Jabal Murad.

    Par ailleurs, les Houthis ont révélé, dimanche, les détails de l'opération militaire de grande envergure baptisée "Printemps de la victoire", qu'ils ont lancée dans les gouvernorats de Marib et Shabwa.

    Le porte-parole de l'armée houthie Yahya Sari a déclaré lors d'une conférence de presse : « Les districts d'Usaylan, Bayhan et Ain ont été libérés dans la province de Shabwa, et les districts de Harib et al-Abdiya et des parties des districts de Jabal Murad et al-Jawba dans celle de Marib ont été libérés », notant que « un total du territoire "libéré" lors de l'opération "Printemps de la victoire", est de 3200 kilomètres carrés." .

    Sari a ajouté : « Certaines des zones récemment libérées à Marib sont restées un repaire de gangs takfiri avec le soutien de la coalition d'agression », soulignant que les « forces houthies », immédiatement après la libération de ces zones, ont commencé à normaliser la vie, et le ministère de l'Intérieur (de Sanaa) et les autorités concernées ont pris leurs responsabilités, auprès des autorités locales. ».

    Le porte-parole militaire des houthis de poursuivre : « L'opération "Printemps de la victoire", a tué, blessé et capturé 1.840 membres des rangs de l'agression, dont 550 morts, 1.200 blessés et 90 captifs ", notant que " parmi les morts de l'agression se trouvent des dirigeants de l'Etat islamique et d'Al-Qaïda, qui avaient l'habitude d'utiliser al-Abdiya comme repaire et recevaient le soutien de la coalition d'agression."

    Il a ajouté : "Au cours de l'opération "Printemps de la victoire",, environ 16 véhicules, blindés et transports de troupes ont été endommagés, brûlés et détruits, et 180 armes ont été détruites, et nos forces ont réussi à détruire 5 dépôts d'armes"

    Yahya Sari a poursuivi : « Des dizaines de véhicules blindés et d'engins appartenant aux forces d'agression ont été saisis lors de l'opération "Printemps de la victoire", et les lourdes pertes dans les rangs des mercenaires nous obligent à leur conseiller de cesser de combattre dans les rangs de l'ennemi. ."