Ankara

  • Turquie : Deux membres du PKK, dont un recherché sur Liste Orange, neutralisés à Diyarbakir

    Imprimer

    Les forces de sécurité turques ont neutralisé deux membres du PKK dans la province de Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie.

    D'après les informations partagées par le ministère de l'Intérieur, il s'agit de Necati Utku Kiraz, au nom de code "Azat Kendal", et d'un autre combattant dont on on connait seulement le nom de code "Mazlum".
    Necati Utku Kiraz.jpeg

    Kiraz était inscrit sur la "Liste Orange" des membres du PKK les plus recherchés de Turquie. Une notice rouge à son encontre avait été émise par Interpol.

    Il serait notamment impliqué dans l'attentat à la bombe de 2016 contre un arrêt de bus de Güvenpark, en plein centre de la capitale Ankara, qui avait coûté la vie à 36 civils et qui avait fait 349 blessés.

    Le ministre de l'Intérieur, Suleyman Soylu, s'est félicité sur Twitter, de la neutralisation de Kiraz et a félicité les forces de sécurité.

  • Turquie: Quatorze suspects de Daech interceptés dans la capitale Ankara

    Imprimer

    Les équipes du service des renseignements et de la lutte contre le terrorisme de la police d'Ankara ont intercepté 14 individus d'origine étrangère en lien avec l'organisation terroriste Daech et les zones de conflit.

    Les équipes avaient été informées de la présence de 21 suspects de Daech dans la capitale turque, Ankara. Des opérations simultanées ont été lancées lundi matin à l'aube permettant d'intercepter 14 d'entre eux.

    Après avoir subi un contrôle de santé, les suspects ont été remis à la direction de la sécurité.

    Les travaux se poursuivent pour intercepter d'autres suspects.

  • Turquie : Arrestation de suspects en liens avec l'Etat islamique à la suite d'informations sur des attaques pour le Nouvel An

    Imprimer
    La police a mené des campagnes d'arrestation de jihadistes présumés au cours des deux dernières années à chaque fin décembre depuis qu'un homme armé a tué 39 personnes dans une discothèque d'Istanbul le soir du Nouvel An 2017. L'attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique.
     
    Cette année encore,  la police a arrêté, jeudi 31 décembre à Istambul, 35 ressortissants étrangers soupçonnés d'avoir des liens avec l'Etat islamique.
     
    Les forces de sécurité turques ont effectué des descentes simultanées sur 34 résidences dans 14 quartiers de la ville, sur la base d'informations faisant état  d'éventuelles attaques terroristes au moment des célébrations du Nouvel An.
     
    15 autres personnes ont été arrêtées à Ankara dans le cadre d'une autre enquête sur Daech.
     
    La Turquie a imposé un couvre-feu général et total de neuf heures lu soir du 31 décembre à cinq heures du matin le 4 janvier, ceci dans le cadre de la lutte contre l'épidémie du virus Covid 19.

     

  • Turquie : Arrestation de sept membres de l'Etat islamique "préparant des attentats"

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté mardi sept membres présumés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui préparaient des attentats, ont annoncé le procureur de la République d'Ankara et les médias locaux. Interpellés à Ankara, les suspects préparaient des attentats pour le 29 octobre, fête nationale de Turquie, et le 10 novembre, date de commémoration de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République turque, a précisé la chaîne d'information NTV.

    Deux des individus arrêtés ont participé à des affrontements armés en Syrie et l'un d'eux ferait partie des "bourreaux" de l'EI, selon NTV. Le bureau du procureur d'Ankara a fait état de l'arrestation de sept individus soupçonnés d'appartenir à l'EI dans le cadre de deux enquêtes séparées dans la capitale turque, sans fournir de précisions. La nationalité des personnes arrêtées n'a pas été communiquée. Dans les années qui ont suivi le début du conflit en Syrie, en 2011, la Turquie, frontalière, a été l'un des principaux points de transit des jihadistes cherchant à rejoindre ce pays en guerre.

    Depuis la chute du "califat" autoproclamé de l'EI en mars 2019, nombre d'entre eux ont fait le chemin inverse et rejoint la Turquie. Longtemps accusée de "laisser faire, laisser passer", Ankara annonce désormais régulièrement l'arrestation de membres présumés de l'EI qui se trouvent sur son territoire.

    La Turquie a été frappée en 2015 et 2016 par de nombreux attentats meurtriers attribués ou revendiqués par le groupe Etat islamique, dont le dernier en date a fait 39 morts, principalement des étrangers, dans une discothèque d'Istanbul la nuit du Nouvel An 2017.

  • Turquie : Nous n'hésiterons pas à contrecarrer le nouveau traité de "Sèvres", déclare Erdogan

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la lutte de son pays se poursuit toujours et que la nation turque n'hésitera jamais à contrecarrer les efforts visant à imposer un nouveau traité de "Sèvres" dans la "nation bleue" (eaux territoriales)

    Dans un message publié à l'occasion du Jour de la Victoire de Dolopinar, que la Turquie célèbre le 30 août, le président turc a ajouté: "Ce n'est pas un hasard si ceux qui cherchent à exclure notre pays de la Méditerranée orientale sont les mêmes qui ont tenté de s'emparer de ses terres il y a un siècle."

    Erdogan a expliqué que «la lutte pour l'indépendance qui a été lancée sous la direction du fondateur Mustafa Kemal Atatürk en 1919 a abouti à une victoire inévitable et durable à travers la bataille de Domlopinar  le 30 août 1922.

    Il a souligné que cette victoire était comme une nouvelle notification au monde que "ces terres sont notre patrie éternelle et une affirmation du retour d'une nation sur la scène de l'histoire après avoir voulu l'enterrer".

    La Turquie commémore l'anniversaire de la victoire cette année dans un contexte de tension croissante avec la Grèce dans le contexte de l'exploration menée par Ankara à la recherche de gisements d'hydrocarbure dans les zones marines de la Méditerranée orientale disputées entre la Grèce et la Turquie.

    Le Traité de Sèvres
    Le traité de Sèvres, conclu le 10 août 1920 à la suite de la Première Guerre mondiale entre les Alliés victorieux et l'Empire ottoman, confirme l'armistice de Moudros. Ce traité, bien que signé par le sultan Mehmed VI, ne sera toutefois jamais ratifié ni appliqué.

    Par le traité de Sèvres, l'Empire ottoman renonçait officiellement et définitivement à ses provinces arabes et africaines. Le traité prévoyait également d'imposer à l'Empire de sévères abandons territoriaux au sein même de l'Anatolie. À l'ouest, la Thrace orientale, sauf Istanbul et ses environs, était cédée à la Grèce. À l'est, l'indépendance d'une grande Arménie était reconnue et une province autonome kurde créée. Les détroits étaient par ailleurs démilitarisés.

    L'Empire ottoman est alors déchiré entre deux gouvernements concurrents : celui du sultan à Istanbul et celui de Mustafa Kemal qui a pris la tête d'un gouvernement émanant d'une Grande Assemblée nationale créée à Ankara le 23 avril 1920. Mustafa Kemal ne reconnaît pas la validité du traité de Sèvres qui réduit drastiquement l'espace territorial de l'Empire1. Ce traité n'est donc jamais ratifié par l'ensemble de ses signataires et, provoquant en Turquie un sursaut nationaliste autour de Mustafa Kemal, aboutit à la chute de l'Empire ottoman, à la proclamation de la République de Turquie, à une guerre victorieuse contre la Grèce grâce à la victoire de Domlopinar le 30 août 1922 et à la négociation d'un second traité plus avantageux pour la Turquie : le traité de Lausanne.

  • https://www.frontlive-chrono.com - vendredi 4 janvier 2019

    Imprimer

    Burkina : 46 morts dans des affrontements intercommunautaires (nouveau bilan)

     

    Gaza : Nouvelle « marche du retour » à Gaza. Incidents dans le secteur sud de la frontière

     

    Liban: 9 opérations terroristes déjouées au Liban en 2018

     

    Somalie : 10 membres d’Al-Shebab éliminés lors d’un raid américain

     

    Turquie : nouvelle vague d’arrestations liées au putsch manqué

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois
     

  • https://www.frontlive-chrono.com - Vendredi 28 décembre 2018

    Imprimer

    Allemagne: Une Allemande de l’EI poursuivie pour la mort d’une fillette de cinq ans

     

    Burkina Faso: Au moins dix gendarmes tués dans une embuscade tendues par des islamistes

     

    Egypte: Trois touristes vietnamiens et leur guide égyptien dans l’explosion d’un IED au passage d’un bus de touristes près des Pyramides de Gizeh

     

    Gaza: Un Palestinien tué par les tirs israéliens

     

    Grande Bretagne: Un homme soupçonné de terrorisme arrêté à l’aéroport de Londres

     

    Libye: La menace djihadiste profite du chaos et des divisions

     

    Nigéria : Boko Haram prend le contrôle de Baga après avoir attaqué deux bases militaires

     

    Somalie: Des raids américains tuent 62 militants Shebab

     

    Syrie: les forces kurdes appellent à l’aide le régime face aux menaces turques

     

    Turquie: Plus de 60 arrestations en lien avec l’EI

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois