al-Zawiya (port pétrolier)

  • Libye : Reprise des exportations de pétrole

    Imprimer

    La National Oil Corporation (NOC), la compagnie pétrolière nationale libyenne, a annoncé la reprise des activités d'exportation des champs libyens suite à la fin d'un blocus qui a duré environ neuf mois. Entre-temps, le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté les parties impliquées dans la crise libyenne à mettre en œuvre l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre.

    La société NOC a déclaré qu'un pétrolier s'est amarré au port de Sidra, l'un des plus grands ports pétroliers du pays et est prêt à charger la première cargaison de pétrole. Le 25 octobre, un autre pétrolier est arrivé à al-Zawiya, un port pétrolier situé à l'ouest de la capitale Tripoli, suite à la révocation de l'état de force majeure du champ d'al-Sharara, qui alimente al-Zawiya. Dans le même temps, a rapporté NOC, les activités de production ont repris dans les champs d'Al-Ghani, Abu-Attifel et Amal, situés dans le centre et l'ouest du pays.

    Depuis le 18 janvier dernier, des groupes alliés à l'Armée Nationale Libyenne (ANL) commandée par le général, Khalifa Haftar, avaient bloqué les activités d'exportation à la fois à al-Sharara et dans d'autres champs, y compris al-Fil, dans le cadre d'un « mouvement de colère du Fezzan», dirigé avant tout contre l'ingérence continue de la Turquie. Cela a fait chuter la production pétrolière libyenne de 1,2 million de barils par jour à seulement 72000 b/j, tout en entraînant des pertes de plus de 8 milliards de dollars en 208 jours, selon les dernières données fournies par la compagnie pétrolière d'État libyenne le 15. Août.

    Malgré une libération partielle le 10 juillet, le lendemain 11 juillet, les forces de Haftar avaient à nouveau ordonné l'arrêt des exportations en raison d'un manque d'accord sur la répartition des revenus pétroliers. Puis, le 18 septembre, Haftar a ordonné la réouverture des champs pétrolifères et des ports et la reprise des activités de production et d'exportation, à la suite d'un accord conclu avec Ahmed Maitiq, chef adjoint du Conseil présidentiel de Tripoli, parmi les protagonistes. Parmi les points convenus figurent la création d'une commission technique pour la gestion et la répartition équitable des revenus du secteur, l'unification du taux de change du dinar libyen, la reprise de plus d'activités bancaires dans l'Est de la Libye,

    Selon Bloomberg , la réouverture des ports et des champs est une réalisation importante pour la Libye, permettant au pays de passer de moins de 100 000 barils produits quotidiennement à environ 700 000, comme l'a révélé à l'agence américaine une source sous couvert d'anonymat. Le champ d'al-Sharara, le plus grand de Libye et d'une capacité d'environ 300 000 barils par jour, a rouvert le 11 octobre. On s'attend à ce qu'en novembre, ce pays d'Afrique du Nord soit en mesure d'exporter au moins 168 000 barils par jour, pour un total de 5,04 millions de barils de pétrole brut. En parallèle, huit pétroliers transporteront environ 630 000 barils en novembre depuis le port de Zawiya, tandis qu'al-Fil, qui a rouvert le 26 octobre, a repris la production de 75 000 barils par jour.

    La reprise des activités d'exportation intervient après que, le 23 octobre, les délégations des deux groupes rivaux, le gouvernement de Tobrouk et le gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de Gouvernement d'accord national (GNA), ont signé un accord de cessez-le-feu, sous l'égide des Nations Unies, dans le cadre du Comité militaire mixte 5 + 5. Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est également félicité du résultat obtenu et a exhorté les acteurs libyens à respecter la trêve et à faire preuve de la même détermination également dans le futur dialogue politique qui se tiendra à Tunis à partir du 9 novembre, dont l'objectif sera parvenir à une solution politique à la crise libyenne.

    Après la réouverture des champs et des voies de communication internes, l'envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams , s'est dite optimiste quant au forum prévu à Tunis, dans lequel on espère que les parties pourront se mettre d'accord sur une date des élections qui doivent se tenir dans les plus brefs délais, quelle que soit l '«autorité exécutive» qui sera désignée. L'objectif ultime sera de mettre un terme à la situation d'instabilité qui caractérise la Libye depuis le 15 février 2011.