Al Tuffah

  • Gaza : Décès d'un jeune palestinien blessé par l'armée israélienne

    Imprimer

    E92-P3uWQAMBN2J.jpegUn jeune Palestinien blessé la semaine dernière par des tirs de l'armée israélienne lors de heurts à Gaza est décédé des suites de ses blessures, a indiqué samedi le ministère palestinien de la Santé.

    Omar Hassan Abu Al-Nile (photo), 12 ans, "a succombé à ses blessures", a rapporté le ministère dans un communiqué. Il avait été touché par des tirs de l'armée israélienne lors de heurts en marge d'une manifestation près de la barrière de séparation entre la bande de Gaza et l'Etat hébreu, a indiqué l'agence officielle palestinienne Wafa. Une centaine de personnes ont assisté aux funérailles du garçon dans l'après-midi dans le quartier d'Al-Tofah, dans l'est de la ville de Gaza, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Dans la soirée, des heurts ont éclaté entre l'armée israélienne et des Palestiniens répondant à l'appel de plusieurs factions gazaouies pour protester notamment contre le blocus imposé depuis près de 15 ans par Israël sur l'enclave palestinienne.

    L'armée israélienne a eu recours à des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes tandis que des manifestants brûlaient des pneus, selon un journaliste de l'AFP.

    Selon le ministère gazaoui de la Santé, onze Palestiniens ont été blessés lors de ces affrontements samedi soir, dont trois par des tirs à balles réelles.

    De leur côté, les pompiers israéliens ont rapporté que des ballons incendiaires lancés depuis Gaza avaient déclenché des feux de brousse en Israël. 

    Une quarantaine de personnes avaient été blessées samedi dernier par des tirs israéliens, selon les autorités gazaouies, parmi lesquelles Omar Hassan Abu Al-Nile et un homme de 32 ans décédé mercredi. Un membre des forces de sécurité israéliennes, touché par des tirs, est lui toujours dans un état critique.

    L'Etat hébreu a mené ensuite des raids aériens contre "quatre sites de fabrication d'armes et de stockage" du Hamas, mouvement islamiste au pouvoir à Gaza. D'autres frappes, qui n'ont pas fait de victime, ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, en représailles à des lancers de ballons incendiaires qui avaient causé des feux de brousse côté israélien. De nouveaux affrontements, moins violents, ont aussi eu lieu mercredi à la frontière entre Gaza et Israël.

    Pendant plus d'un an, à partir de mars 2018, des rassemblements hebdomadaires avaient eu lieu près de la barrière frontalière pour réclamer la fin du blocus et "le droit au retour" des Palestiniens poussés à l'exil lors de la création d'Israël en 1948. Environ 350 Palestiniens avaient à l'époque été tués par des tirs de soldats israéliens.

  • Gaza/Israël : Deux roquettes tirées depuis Gaza sur Israël - Riposte israélienne

    Imprimer

    Les sirènes d'alarme ont retenti dimanche 25 décembre à 20H03 à Ashkelon et dans les zones entourant la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas. Les sirènes annonçaient le tir de deux roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël. Toutes les deux ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien, a indiqué vendredi l'armée israélienne qui a frappé en représailles des installations du mouvement islamiste Hamas.
     
    Les urgences médicales israéliennes ont elles indiqué que plusieurs personnes sous le choc avaient été accueillies par leurs services. Trois personnes ont été blessées alors qu'elles se rendaient vers un abri anti-bombes. Elle ont été prise en charge aux urgences de l'hôpital Barzilai d'Ashkelon. Une autre femme a consulté un médecin pour une crise de panique. Aucun dommage matériel n'a été constaté.
     
    L'armée a indiqué avoir frappé trois installations du Hamas dans la bande de Gaza, dont un site de fabrication de roquettes, une infrastructure souterraine et un poste militaire. "Le Hamas va subir les conséquences de tout acte de terreur en provenance de Gaza", a dit l'armée sur Twitter.
     
    L'agence de presse Safa , basée à Gaza, a confirmé que des avions de Tsahal ont tiré cinq roquettes sur une cible à l'est du quartier At-Tuffa (à l'est de la ville de Gaza), causant des blessures légères à un homme et un enfant. Les victimes ont été hospitalisées. La frappe aérienne aurait coupé l'électricité dans un certain nombre de quartiers de Gaza et endommagé l'hôpital pour enfants Ad-Durra, le centre de réadaptation pour personnes handicapées du ministère du Développement social, le stade du club At-Tuffa, ainsi que les maisons et les biens des citoyens de la région. 
     
    L'armée de l'air israélienne a ensuite attaqué un point de contrôle à l'est de Dir al-Balah, au centre de la bande, rapporte Safa. Un avion de guerre sans pilote et un avion de chasse ont ensuite attaqué une cible à l'est du camp d'al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza. Aucune perte de chasseur n'a été signalée.
     
    Le dernier tir de roquette depuis Gaza vers le territoire israélien remonte à plus d'un mois. 
     
    Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et Israël se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014). Malgré une trêve ces derniers mois, les deux camps s'affrontent sporadiquement avec des tirs de roquettes depuis Gaza et des représailles de l'armée israélienne.