Al-Shishani (Tchétchène)

  • Syrie : Le chef jihadiste tchétchène al-Shishani répond au groupe islamiste Hayat Tahrir ash-Sham qui lui demande de quitter le Grand Edleb

    Imprimer

    Le chef islamiste tchétchène Muslim Abu Walid al-Shishani a répondu aux récentes accusations de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS) contre lui et son groupe, Jounoud al-Sham.

    HTS avait demandé à al-Shishani de quitter la région du Grand Idlib avec ses militants, après les avoir accusés d'abriter des « fugitifs ».

    Al-Shishani a répondu aux demandes et aux accusations de HTS dans une déclaration publiée le 2 juillet. Dans la déclaration, l'islamiste tchétchène, qui a combattu aux côtés de HTS pendant de nombreuses années, a semblé être surpris par la demande de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS).

    La déclaration comprenait une photo d'une convocation officielle envoyée à al-Shishani par l'Agence de sécurité générale de HTS. 

    Une réunion a eu lieu entre al-Shishani et le responsable de la sécurité de HTS. Au cours de la réunion, al-Shishani a de nouveau été invité à quitter le Grand Edleb avec ses militants. Lorsqu'il a demandé « pourquoi », le responsable a déclaré : « le pouvoir est aujourd'hui entre les mains de Hay'at et nous ne laisserons personne qui ne nous obéirait pas ou qui n'est pas sous notre commandement ».

    Al-Shishani s'est défendu dans sa déclaration en parlant de la "haute moralité" de ses militants qui ont combattu dans les première et deuxième guerres de Tchétchénie avant de s'installer en Syrie il y a huit ans. Il nie également que l'un de ses militants ait été impliqué dans des actions criminelles.

    "Je ne pense pas que nous méritions un tel traitement. Nous avons donné tellement de notre temps et de notre sang pour vous aider", a déclaré al-Shishani dans la déclaration adressée à HTS.

    Al-Shishani a conclu la déclaration sans préciser s'il avait accepté ou rejeté les demandes de HTS. La semaine dernière, des sources au sein du Grand Edleb ont déclaré que le leader avait rejeté les demandes.

    Le groupe islamiste HTS, l'ancienne filiale d'al-Qaïda en Syrie, a travaillé sans relâche pour renforcer son emprise sur le Grand Edleb ainsi que pour se promouvoir en tant que maître et défenseur légitime de la région. Aujourd'hui, beaucoup dans la région reproche au groupe islamiste son comportement autoritaire.