al-Shheell

  • Syrie : Les troupes françaises opèrent toujours dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    Mercredi 29 décembre, des militants ont partagé des images montrant un hélicoptère militaire français Airbus H225M Caracal survolant la région nord-est de la Syrie.

    L'hélicoptère a été repéré près de la ville d'al-Shill, dans le sud-est de la province de Deir Ezzor. À l'époque, les unités des Forces démocratiques syriennes présentes dans la ville avaient été placées en état d'alerte élevé, peut-être en prévision d'une opération antiterroriste conjointe avec la coalition dirigée par les États-Unis. La France est un membre clé de cette coalition.

    Au moins 18 hélicoptères H225M sont en service dans l'armée de l'air française, qui sont apparemment toujours en opération dans le nord-est de la Syrie.

    Le H225M est un hélicoptère militaire de transport tactique à longue portée capable d'assumer divers rôles de mission, notamment la recherche et le sauvetage au combat, le transport aéromédical, le soutien logistique et les opérations maritimes à bord des navires.

    L'armée française avait plusieurs postes dans le nord-est de la Syrie, principalement au nord-est d'Alep et au nord de Raqqa. Cependant, en octobre 2019, une invasion de la région par la Turquie a forcé les troupes françaises et américaines à quitter ces zones. La police militaire russe et l'armée arabe syrienne ont pris le relais.

    Plus tôt cette année, un hélicoptère français H225M a été repéré alors qu'il transportait du personnel des forces spéciales ou des officiers du renseignement du territoire irakien vers le nord-est de la Syrie.

  • Syrie : Un groupe inconnu menace les forces syriennes, russes, iraniennes et kurdes dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Un groupe inconnu, se baptisant "Rassemblement des rebelles au pays de Deir Ezzor" (GRLD) a menacé de lancer une vague d'attaques contre les forces syriennes, russes, iraniennes et kurdes dans la province orientale.

    Dans une déclaration publiée le 18 août, le groupe a appelé la population locale à se tenir à l'écart des positions et installations militaires à Deir Ezzor.

    Le groupe a également déclaré les zones suivantes "zones militaires" :
    Les villes de Deir Ezzor, Mayadin et Boukamal.
    Les villes d'Abu Hamam, al-Tayyana, al-Asharah, al-Suwar, al-Shheell (Shuhayl), Jadeed Ekedat, al-Hisan, al-Kasrah et al-Shaddadi.
    Les autoroutes al-Khurafi et Abu Khashab.
    Le GRLD, qui est apparu pour la première fois l'année dernière, a revendiqué l'attaque du 18 août contre les troupes russes à Deir Ezzor. Un major-général russe a été tué et deux militaires ont été blessés lors de cette attaque.

    Le groupe s'identifie comme une unité de l'armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie. L'ANS a cependant nié cette affirmation.

    Le ministère syrien accuse les Forces démocratiques syriennes (FDS), majoritairement Kurdes, d'avoir créé le GRLD et d'autres groupes fictifs afin de discréditer l'ANS et de promouvoir ses propres intérêts à Deir Ezzor.

    Le GRLD ressemble en effet à un groupe en sous-main au profit d'autres agendas. Les FDS sont peut-être derrière tout cela. Cependant, il n'y a aucune preuve pour étayer cette accusation.