al-Shebab

  • Somalie : Un officier de la CIA tué en Somalie

    Imprimer

    Un officier de la CIA a été tué au combat en Somalie ces derniers jours, selon des responsables américains.

    L'officier était un membre de la division paramilitaire de la CIA, le Centre d'activités spéciales, et un ancien membre de l'équipe d'élite SEAL 6 de la marine.

    L'identité de l'officier est restée secrète et les circonstances de sa mort sont peu claires. On ne sait pas si l'officier a été tué lors d'un raid antiterroriste ou s'il a été victime d'une attaque ennemie. La C.I.A. a refusé de communiquer à ce sujet.

    Cette mort ajoutera une nouvelle étoile aux 135 déjà présentes sur le mur du hall de la C.I.A., à la mémoire des membres tués en opération.

    Par rapport à l'armée américaine, les décès d'officiers de la CIA au combat sont relativement rares. Néanmoins, le travail paramilitaire est la tâche la plus dangereuse de l'agence, et les membres du Centre des Activités Spéciales mènent des missions aussi risquées que celles de la Delta Force ou de la SEAL Team 6.

    La mort de l'officier paramilitaire de la CIA survient au moment où un projet de décret circule au Pentagone, en vertu duquel la quasi-totalité des plus de 700 forces militaires américaines en Somalie qui mènent des missions de formation et de lutte contre le terrorisme quitteraient le pays au moment où le président Trump quittera ses fonctions en janvier.

    Al Shabab, le groupe terroriste affilié à Qaida et basé en Somalie, reste une menace redoutable et a revendiqué cette semaine la responsabilité du meurtre d'un groupe de soldats somaliens entraînés par les Américains. Aucun Américain n'a été tué lors de cette attaque, a déclaré un responsable militaire.

    Au sein de la C.I.A., la Somalie a longtemps été considérée comme une zone de guerre particulièrement dangereuse. De hauts responsables des services de renseignement ont débattu de la question de savoir si les opérations antiterroristes qui y sont menées valent la peine de risquer la vie des Américains. Certains membres de l'agence pensent qu'al Shabab est au pire une menace régionale pour l'Afrique et les intérêts américains dans cette région, mais pas au-delà.

    Mais d'autres experts de la lutte contre le terrorisme estiment que si l'on n'y prend garde, al Shabab pourrait devenir une menace mondiale du même type que l'État islamique et Al-Qaïda. Al Shabab, la branche la plus active d'Al-Qaïda, a émis de nouvelles menaces contre les Américains en Afrique de l'Est et aux États-Unis cette année. Des membres du groupe ont été arrêtés alors qu'ils prenaient des leçons de vol aux Philippines, et d'autres ont cherché à se procurer des missiles surface-air.

    Les inquiétudes concernant les ambitions croissantes d'al Shabab ont provoqué une vague de frappes de drones américains contre les membres d'al-Shabab en Somalie au cours des deux dernières années.

    Les opérations secrètes de la CIA en Somalie sont plus difficiles à suivre mais ont probablement été intensifiées en même temps que les attaques de drones, l'agence cherchant à obtenir des informations supplémentaires sur les personnes à cibler pour ces attaques.

    Le plan d'administration Trump en cours de discussion ne s'appliquerait pas aux troupes américaines stationnées au Kenya et à Djibouti, pays voisins où sont basés les drones américains qui effectuent des frappes aériennes en Somalie. Ils continueraient à mener des opérations antiterroristes contre al Shabab, selon des responsables.

    Le secrétaire d'Etat à la défense par intérim, Christopher C. Miller, a annoncé la semaine dernière des plans pour réduire les niveaux de troupes en Afghanistan et en Irak à 2.500 d'ici janvier, mais les responsables du Pentagone ont déclaré cette semaine qu'ils travaillaient encore sur les détails du retrait en Somalie.

    Les critiques ont déclaré que le plan de M. Trump de quitter la Somalie arrive à un moment délicat pour la nation de la Corne de l'Afrique, à un moment où dun conflit a également éclaté en Éthiopie, pays voisin dont l'armée participe à la lutte contre al Shabab.

    La sécurité à l'intérieur de la Somalie est de plus en plus désastreuse malgré les frappes de drones américains et les offensives au sol soutenues par les États-Unis contre les combattants al Shabab, selon un rapport publié mercredi par les inspecteurs généraux du ministère de la défense et du département d'État et l'Agence américaine pour le développement international.

    "Malgré de nombreuses années de lutte contre le terrorisme de la Somalie, des États-Unis, et de la communauté internationale, la menace terroriste en Afrique de l'Est n'est pas dégradée", conclut l'évaluation. "Al Shabab conserve sa liberté de mouvement dans de nombreuses régions du sud de la Somalie et a démontré sa capacité et son intention d'attaquer à l'extérieur du pays, notamment en ciblant les intérêts américains".

    La branche paramilitaire de la C.I.A. a supporté le poids des pertes de l'agence depuis les attaques du 11 septembre 2001, selon d'anciens responsables. Les officiers des équipes paramilitaires de la CIA mènent des raids et des opérations contre l'islamisme radical dans des endroits hostiles, des missions bien plus dangereuses que le type de collecte de renseignements qui constitue l'épine dorsale de l'agence.

    Beaucoup d'entre eux ont été tués en Afghanistan, où au moins 20 membres de l'agence sont mortes depuis le début de la guerre dans ce pays. On ignore si l'agence a eu d'autres pertes en Somalie ces dernières années.

  • Somalie : Cinq policiers tués lors d’une explosion près de Mogadiscio et 7 membres d'une même famille tués dans le sud-ouest

    Imprimer

    La police somalienne a annoncé, mercredi 26 novembre, que 5 agents de police ont été tués tandis que d’autres ont été blessés lors de l’explosion d’une bombe ciblant leur véhicule près de la capitale Mogadiscio.

    L’explosion d'une bombe posée en bord de route est survenue près du village d’Elasha Biyaha à 16 km au sud-ouest de Mogadiscio. Elle visait les policiers sur le chemin amenant au village d’Elasha Biyaha.

    Le mouvement jihadiste Al-Shebab est soupçonné d'être responsable de l’attentat.

    Les routes menant de Mogadiscio à Afgooye ont été bloquées pour poursuivre les assaillants.

    7 membres d'une même familles tués dans une attaque d'Al Shabab
    Sept membres d'une même famille ont été tuées suite à une attaque perpétrée par le mouvement islamiste Al-Shabab, à Wajed, au sud-ouest du pays.

    S'exprimant aux médias locaux, Taher Ahmed Ali, responsable sécuritaire de la ville de Wajed, dans la province de Bakool (sud-ouest), a déclaré que des hommes armés du mouvement Al-Shabab ont visé la maison d'un soldat de l'armée somalienne, tard dans la nuit.

    "Le soldat somalien se trouvait avec sa famille à la maison au moment de l'attaque. Elle a été criblée de balles", a-t-il dit.

    D'après la même source, les victimes ont été toutes tuées dont, le soldat et 6 membres de sa famille, qui parmi lesquels, trois enfants de moins de cinq ans.
    Les autorités de sécurité de la ville ont lancé une opération de ratissage pour traquer les auteurs de l'attaque.

    La Somalie mène, depuis des années, une guerre contre le mouvement islamiste Al Shabab, formé en 2004, affilié à Al Qaida.

    Les opérations sécuritaires se sont multipliées ces derniers temps, dans une tentative du gouvernement de chasser les miliciens des villages et des villes du sud du pays.

  • Somalie : Trois hauts dirigeants du groupe jihadiste Al-Shabaab capturés

    Imprimer

    Mard 17 novembrei, les autorités somaliennes ont annoncé l'arrestation de 3 hauts dirigeants du mouvement jihadiste Al-Shabaab, dans le sud du pays.

    L'agence de presse officielle SUNA a rapporté qu'une division commando de l'armée somalienne avait capturé 3 hauts dirigeants du mouvement "Al-Shabab" de Hieran, Middle Shabelle et Lower Shabelle, dans le sud du pays.

    Et cette opération est intervenue après que ces éléments aient mené des opérations (qui n'étaient pas précisées) dans le sud et le centre de la Somalie, selon la même source.

    L'agence officielle n'a pas annoncé les noms des personnes arrêtées ni la nature de leurs fonctions au sein du mouvement islamiste.

    Il y a deux semaines, les autorités somaliennes ont annoncé le meurtre de 11 combattants Al-Shabab lors d'une opération de sécurité dans la ville de «Sabalali» dans la région du Bas Shabelle.

    Depuis des années, la Somalie mène une guerre contre Al-Shabaab, qui a été créée au début de 2004, et c'est un mouvement armé affilié à l'idéologie d'Al-Qaïda, et a exécuté de nombreuses opérations qui ont fait des centaines de morts.

    Les opérations de sécurité menées par les forces gouvernementales se sont intensifiées récemment, dans le but de vaincre les militants d'Al-Shabab dans les villages et villes du sud.

  • Somalie : L'armée somalienne tue Hassan Sufyan Qorey, un important commandant shebab

    Imprimer

    L'armée somalienne a tué Hassan Sufyan Qorey, un important commandant et six combattants du groupe jihadiste Al-Shabab, affilié à al-Qaïda. L'incident a eu lieu à 50 km de Buale, capitale régionale de Middle Juba, entièrement contrôlée par le groupe jihadiste.

    Hassan Sufyan Qorey, selon les sources, était chargé des attaques terroristes dans le territoire contrôlé par le gouvernement et les zones frontalières.

  • Somalie : Un ministre survit à une tentative d'assassinat au centre de Mogadiscio

    Imprimer

    Un ministre somalien a survécu à une tentative d'assassinat. Une explosion a pris sa voiture pour cible dans le centre de Mogadiscio.

    Une source au ministère somalien du Travail et des Affaires sociales a déclaré que le ministre "Daran Ahmed Farah" avait survécu à la tentative d'assassinat.

    La source a expliqué à l'Agence de presse officielle somalienne "qu'une bombe a été placée en bord de rue et a visé une voiture qui transportait le ministre au moment où elle passait à l'intersection numéro 4".

    Elle a ajouté que l'explosion a blessé deux personnes qui accompagnaient le ministre notant qu'elles ont été transportées à l'hôpital.

    La source n'a pas précisé la nature des blessures.

    Pour l'instant, aucune partie n'a revendiqué l'attentat à la bombe, tandis que le Mouvement des Shebabs, qui revendique souvent de tels attentats, est pointé du doigt.

  • Ethiopie : Risque d'un conflit qui pourrait prendre une dimension de grande ampleur au carrefour de l'Afrique et du Moyen Orient

    Imprimer

    Moins de 24 heures après avoir envoyé des troupes pour lutter contre le gouvernement local du Tigray, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a déclaré que l'armée avait réussi à contenir "une attaque des rebelles" dans la région du nord.

    Selon les affirmations du Premier ministre, cela était nécessaire pour arrêter un soulèvement du Front populaire de libération du Tigray (Tigray People's Liberation Front, TPLF) qui faisait craindre une guerre civile.

    Le gouvernement a également placé la région du Tigray, qui borde l'Erythrée, en état d'urgence pour six mois suite à ce qu'il a déclaré être une attaque du TPLF, contre une base de l'armée. Le TPLF contrôle le gouvernement local, suite aux élections.

    "L'armée a non seulement repoussé les attaques, mais a réussi à contrôler des endroits importants et clés", a déclaré le premier ministre, dans un discours prononcé le 4 novembre au soir.

    Le TPLF ne reconnaît pas spécifiquement l'autorité d'Ahmed Abiy, comme il l'a démontré à plusieurs reprises.

    L'attaque du TPLF constitue le dernier défi lancé à Abiy par le parti qui a organisé des élections locales au mépris de l'interdiction du gouvernement fédéral en septembre.
    "Le TPLF a choisi de faire la guerre", a déclaré le premier ministre éthiopien. "La dernière ligne rouge a été franchie avec les attaques de ce matin et le gouvernement fédéral est donc contraint à un affrontement militaire."

    Le diffuseur régional Tigray TV a rapporté que le commandement nord de l'armée éthiopienne, qui avait son quartier général sur la base attaquée, avait fait défection pour rejoindre les rebelles du Tigray, une affirmation que le bureau du premier ministre a démentie.

    Conséquences en Somalie
    La Somalie, qui est un allié du TPLF et de la région du Tigray, a rapporté que les troupes éthiopiennes se retiraient du pays.

    Des centaines de soldats ont quitté leurs bases dans la ville frontalière de Dolow à Gedo, et ont traversé la frontière pour retourner en Ethiopie, afin de participer à l'opération contre le TPLF.

    Des centaines de soldats éthiopiens se sont retirés d'autres bases en Somalie, afin de rentrer chez eux. Cela pourrait potentiellement compliquer la guerre contre le mouvement jihadiste Shabaab, affiliés à Al-Qaida.

    Une déclaration des Nations unies a indiqué que le secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, a exprimé "l'inquiétude que suscitent les affrontements armés dans la région du Tigray en Ethiopie et appelle à des mesures immédiates pour désamorcer les tensions et assurer une résolution pacifique du conflit".

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis étaient "profondément préoccupés" par ce nouveau conflit.

    "Nous sommes attristés par les pertes tragiques en vies humaines et nous demandons une action immédiate pour rétablir la paix et apaiser les tensions", a déclaré Pompeo dans un communiqué. "La protection de la sûreté et de la sécurité des civils est essentielle".

    L'International Crisis Group, quant à lui, a déclaré que l'Ethiopie était confrontée à "de graves défis politiques".

    "Cette guerre est le pire résultat possible des tensions qui couvent", a-t-il déclaré.

    Depuis le 4 novembre, l'Éthiopie est au bord d'une guerre, depuis que le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a ordonné aux militaires d'affronter le gouvernement régional du Tigray qu'il accuse d'avoir mené une attaque meurtrière contre une base militaire, déclarant que "la dernière ligne rouge avait été franchie" après des mois de tensions.

    Le Front populaire de libération du Tigray (Tigray People's Liberation Front, TPLF) a, pendant un certain temps, été dominant au sein du gouvernement éthiopien, jusqu'à ce qu'Abiy prenne le pouvoir en 2018 et annonce des réformes politiques radicales qui lui ont valu le prix Nobel en 2019.

    Un rapport de l'Institut américain pour la paix a déclaré que la fragmentation de l'Éthiopie "conduirait probablement à un conflit inter-ethnique et inte-confessionnel de grande ampleur ... et à une crise humanitaire et sécuritaire au carrefour de l'Afrique et du Moyen-Orient. Le conflit pourrait atteindre une échelle qui éclipserait les conflits existants au Sud Soudan, au Soudan, en Somalie et au Yémen". Sans compter que l'Egypte pourrait profiter de l'instabilité pour porter atteinte au Grand barrage de la Renaissance, objet d'un conflit entre les deux pays.

  • Somalie: attaque contre le chef de l'immigration, 2 morts et 3 blessés

    Imprimer

    Mohamed Aden Koofi.jpegAu moins 2 personnes ont été tuées , et 3 autres blessées, par une explosion dans la capitale, Mogadiscio, qui a frappé le chef du service d'immigration et de naturalisation, Mohamed Aden Kofi (photo ci-contre), dans la capitale, Mogadiscio.

    Les gardes de sécurité de Kofi ont été blessés lors de l'attaque, qui a eu lieu près de l'intersection animée KM4. Mohamed Aden Kofi est sorti indemne de l'attentat. 2 personnes présentes sur les lieux ont été tuées par l'explosion.

    Pour le moment, aucun groupe terroriste n'a revendiqué l'attaque, mais l'organisation somalienne al-Shabaab, affiliée à al-Qaida, mène souvent des offensives de ce type, contre des cibles civiles ou militaires. L'objectif du groupe est de semer l'insécurité et de saper le gouvernement central de la Somalie, soutenu par les soldats de la paix des Nations Unies et de l'Union africaine, pour renverser l'État, prendre le pouvoir et imposer sa propre vision de la loi islamique, la charia.

    Les militants jihadistes al-Shabaab ont été expulsés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine composée d'environ 20 000 hommes, et malgré l'augmentation des les frappes aériennes des États-Unis, les jihadistes se sont révélés incroyablement résistants. Après leur retrait en 1994, les troupes américaines ont repris leurs opérations en Somalie en janvier 2007. Selon les dernières informations divulguées par la Maison Blanche, cependant, l'administration du président Donald Trump prévoit de retirer les soldats américains encore présents en Somalie . Les États-Unis ont 650 à 800 soldats dans le pays, opérant sous le commandement de l'AFRICOM, pour aider le pays à combattre la menace d'al-Shabaab. Le retrait des troupes, selon le site Bloomberg News, devrait permettre à Trump "de tenir l'engagement promis lors de la campagne électorale de ramener chez eux les soldats travaillant à l'étranger". Ceci, malgré le danger posé par les militants islamistes somaliens, liés à al-Qaïda, qui n'est toujours pas maîtrisé.

    Dans le rapport national 2019 sur le terrorisme , publié par le gouvernement américain, l'Afrique de l'Est a été répertoriée comme un refuge sûr pour al-Shabaab, qui exerce un contrôle de facto sur de grandes parties du territoire du centre-sud de la Somalie, où il perçoit également des impôts et a soumis les dirigeants locaux. Selon le rapport de 2019, à partir de ces endroits, les terroristes organisent, planifient et mènent des attaques, agissant sans être dérangés, même au détriment du Kenya voisin. Selon le document, en 2019, les attaques d'al-Shabaab se sont multipliées et se concentrent sur les objectifs liés au gouvernement, essayant de tuer des membres et des dirigeants d'institutions, de saper leur crédibilité et leur efficacité. En février 2017, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré l'état de guerre contre le groupe islamiste.