al-Mishri Khaled

  • Libye: L'Algérie est prête à jouer un rôle plus important dans la crise libyenne

    Imprimer

    Le ministre algérien des Affaires étrangères , Sabri Boukadoum, s'est rendu à Tripoli le 27 janvier pour une rencontre avec son homologue de Tripoli, Mohamed Sayala, et le Premier ministre du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj. Au centre des discussions, le rôle de l'Algérie dans la crise libyenne.

    La visite fait partie d'une tournée plus large, qui a vu le ministre algérien se rendre également en Angola, en Afrique du Sud et au Kenya. Lors de la rencontre bilatérale avec al-Sarraj, toujours Premier ministre du gouvernement libyen d'accord national (GNA) et chef du Conseil présidentiel libyen, Boukadoum a réitéré le soutien de son pays à la trajectoire politique libyenne vers les élections législatives et présidentielles prévues le 24 décembre 2021 et a déclaré que l'Algérie était prête à jouer un plus grand rôle dans les pourparlers visant à résoudre la crise libyenne et à apporter une plus grande stabilité au pays d'Afrique du Nord.

    Des déclarations similaires sont également intervenues au cours de conversations avec son homologue de Tripoli, Sayala. Le ministre algérien, lors des réunions qui ont également vu la présence d'autres responsables et représentants libyens, dont le chef du Haut Conseil d'Etat, Khaled al-Mishri, a ensuite déclaré que l'Algérie comptait "sur l'unité de la population libyenne" pour faire face avec l'ingérence d'acteurs extérieurs, mais qui, en tout cas, ne laissera pas la Libye seule. Au contraire, Alger est prête à soutenir la Libye, sur la base d'expériences similaires vécues par l'Algérie elle-même et à la lumière des bonnes relations établies avec toutes les parties libyennes impliquées dans la crise.

    Dans le même temps, les derniers développements sur la scène libyenne et les moyens de renforcer les liens de coopération bilatérale entre la Libye et l'Algérie dans des domaines définis comme "vitaux" ont été examinés. Par ailleurs, Alger s'est dit prête à rouvrir son ambassade à Tripoli, après une fermeture qui a duré sept ans, pour des raisons de sécurité. Al-Sarraj, pour sa part, a salué la visite du ministre algérien et les intentions du pays voisin, avec lequel il partage une frontière d'environ 1000 kilomètres.

    Dans ce contexte, le président de la Chambre des représentants de Tripoli, Hammouda Siyala, a remercié l'Algérie pour le rôle qu'elle continue de jouer en Libye, sur la base des relations de bon voisinage qui lient les deux pays, tout en soulignant la nécessité de tenir des élections capables de rétablir un rôle décisionnel pour le peuple libyen. A cet égard, Boukadoum a souligné que l'Algérie est favorable à une solution à la crise "intra-libyenne ", sans l'ingérence des parties extérieures, et a souligné la nécessité de parvenir à un accord politique précisément par le biais d'un dialogue intra-libyen., Capable de favoriser l'unification des institutions libyennes légitimes et, par conséquent, la garantie de l'unité du peuple libyen et de sa souveraineté sur les territoires libyens.

    L'Algérie, avec la Tunisie, a promu à plusieurs reprises une solution politique à la crise libyenne. À cet égard, une conversation téléphonique entre le  Premier ministre de Tripoli, al-Sarraj, et le chef de l'Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune , remonte au 30 septembre, dans laquelle la nécessité de mettre fin à toute forme d '"ingérence extérieure négative" dans les affaires internes libyennes et de favoriser un dialogue entre les différentes composantes libyennes, qui pourrait conduire à des élections législatives et présidentielles dans les plus brefs délais. De plus, c'est le président Tebboune lui-même qui a annoncé le  20 juillet 2020, le lancement d'une nouvelle initiative en collaboration avec la Tunisie, visant à tenter de résoudre le conflit libyen par la médiation de pays africains neutres. Selon la perspective algéro-tunisienne, la résolution de la guerre en Libye devait passer exclusivement par le dialogue. En ce sens, le président d'Alger avait souligné que l'avantage des deux pays porteurs de l'initiative était d'être à égale distance des parties en conflit.

    À ce jour, la Libye semble s'être engagée sur la voie de la transition démocratique souhaitée, sous l'égide des Nations Unies et de la Mission d'appui de la MANUL. Tout cela a été favorisé par l'accord de cessez-le-feu conclu le 23 octobre 2020 à Genève, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, en présence de délégués des deux parties belligérantes, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne  (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar. A court terme, il sera nécessaire de déterminer les membres des nouveaux organes exécutifs temporaires, le gouvernement unitaire et le conseil présidentiel, qui dirigeront la Libye jusqu'aux élections de décembre, ainsi que les «positions souveraines». 

  • Libye : Colère de la Turquie après la saisie d'un navire turc par les forces de Haftar

    Imprimer

    La Turquie a "fermement" dénoncé, mardi 8 décembre, la saisie d'un navire commercial par les forces du maréchal Khalifa Haftar en Libye, les sommant de libérer les membres de son équipage sous peine de "graves conséquences".

    L'"Armée nationale libyenne" (ANL) de M. Haftar, homme fort de l'Est libyen qui combat le gouvernement de Tripoli soutenu par Ankara, a annoncé lundi soir avoir intercepté dimanche un navire battant pavillon jamaïcain appartenant à un armateur turc. Selon l'ANL, le navire commercial, baptisé Mabrooka, était entré dans une "zone d'opérations militaires" dans la région de Ras Al-Hilal. Il a été remorqué au port et une enquête a été ouverte. Son équipage est composé de 17 personnes, dont neuf marins turcs.

    Le ministère turc des Affaires étrangères a "fermement condamné cette mesure". "Le navire doit être autorisé à poursuivre sa route sans tarder", a-t-il ajouté dans un communiqué. "Nous rappelons une fois de plus que si les intérêts turcs en Libye sont pris pour cible, il y aura de graves conséquences et les auteurs de (ces atteintes) seront considérés comme des cibles légitimes", a-t-il mis en garde. Selon les autorités turques, le navire transporte du matériel humanitaire et a été intercepté par des vedettes.

    Par ailleurs, l'ambassadeur de Turquie en Libye a  informé le 7 décembre Fathi Bashagha, le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national (GNA), de l'énervement du président turc Recep Tayyip Erdogan à propos de la visite de Bashaga en Égypte et en France.

    L’ambassadeur de Turquie a également informé le chef du Conseil suprême du gouvernement d’accord national, Khaled al-Mishri, de l’inconfort du président turc face au rapprochement entre le Conseil suprême et la Chambre des représentants (HoR) basée à Tobrouk, ajoutant qu'Ankara considérait  tout rapprochement entre al-Mishri et Aqila Saleh, le président du Parlement (HoR),  à moins que ce dernier n’accepte l’accord entre la Turquie et le gouvernement. d'accord national.

    Rappelons que Fathi Bashagha a rencontré des hauts fonctionnaires égyptiens au cours de la première semaine de novembre lors d'une visite au Caire.

     

  • Libye/Turquie : La Turquie est en colère contre Sarraj, président du Gouvernement de Tripoli

    Imprimer

    Des sources médiatiques libyennes ont rapporté qu'Ankara était en colère contre le président du Gouvernement d'Accord National (GNA), Fayez Al-Sarraj, dans le contexte de la déclaration qu'il a publiée concernant le cessez-le-feu en conjonction avec le Président du Parlement (HoR), Aguila Saleh, un accord applaudi par les Nations Unies, dla Mission d'appui des Nations Unies en Libye, la communauté internationale et les pays soutenant toute résolution de la crise libyenne.

    À un moment où la Turquie n'a pas encore officiellement commenté la déclaration de déclarer un cessez-le-feu, mais les sources ont confirmé que l'accord de cessez-le-feu avait été conclu entre Sarraj et Saleh après une forte pression allemande sur Al-Sarraj.

    Les sources ont révélé que le responsable du renseignements- turc, Hakan Fidan et le ministre turc de la Défense avaient eu des contacts séparés avec le président du Conseil suprême d'État, Khaled al-Mishri, et le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national, Fathi Bashagha suite à la déclaration publiée par Al-Sarraj.

    Les sources ont confirmé qu'Al-Mashri et Bashagha étaient ceux qui avaient pris l'initiative du contact avec les deux responsables turcs, affirmant leur position inébranlable concernant l'importance de l'alliance stratégique avec le gouvernement turc, exprimant leur manque absolu de confiance envers le maréchal Khalifa Haftar et ses partisans, y compris le président du Parlement, Aqila Saleh. Les sources ont révélé que la situation sur le terrain serait évaluée. À la lumière de l'annonce de "Al-Sarraj" lors de la session de sécurité nationale au milieu de cette semaine.