al-Kazimi (premier ministre)

  • Irak : Deux dirigeants de l'Etat islamique tués lors d'une opération sécuritaire dans l'est du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé mercredi 25 août 2021 que deux dirigeants de l'Etat islamique avaient été tués lors d'une frappe aérienne dans la province orientale de Diyala.

     Le porte-parole du commandant en chef des forces armées, le général de division Yahya Rasoul, a déclaré dans un communiqué que des avions de l'armée de l'air irakienne avaient lancé une frappe aérienne dans le gouvernorat de Diyala (est) qui a entraîné la mort de deux dirigeants de l'Etat islamique, sans mentionner leurs noms. et leurs positions dans l'organisation.

    Le communiqué ajoute que les forces du Service du contre-terrorisme (l'élite de l'armée) ont arrêté 4 membres de "l'Etat islamique" à Tarmiyah, Abu Ghraib, le quartier d'Al-Furat et le district d'Al-Radwaniyah, dans la capitale, Bagdad.

    Il a également signalé que les forces de sécurité avaient arrêté 3 autres membres de l'organisation dans les gouvernorats d'Anbar (ouest), Ninive et Kirkouk (nord).

    Le 23 août, le Premier ministre Mustafa Al-Kazimi avait annoncé le lancement d'une opération de sécurité , en coopération avec la population du district de Tarmiyah (au nord de Bagdad), pour éliminer les cellules dormantes de l'Etat islamique dans la région.

    Ces derniers mois, la fréquence des attaques des militants de l'Etat islamique a augmenté, notamment dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "triangle de la mort".

  • Irak : Raid aérien turc - Bagdad accuse la Turquie d'avoir bombardé une clinique

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a démenti, samedi soir 21 août 2021, que la cible du raid aérien turc qui a fait huit morts mardi dans le nord-ouest de l'Irak était une clinique, affirmant qu'il s'agissait d'une base du groupe rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    "Contrairement aux allégations de l'organisation terroriste, la cible frappée n'était pas un hôpital ou un centre médical, mais un des lieux d'hébergement de cette organisation", a affirmé M. Erdogan lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, selon un communiqué de la présidence turque.

    M. Erdogan a aussi estimé que l'encerclement du PKK le poussait à adopter "ce genre de mensonges" et que la Turquie agissait avec "une haute sensibilité" lors de ce type d'opérations. Le raid aérien mené mardi par la Turquie contre une clinique du Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, où était soigné un membre du PKK, a fait huit morts. Selon les autorités locales, quatre employés de la clinique et quatre combattants ont été tués.

    Les combattants faisaient partie de la 80ème brigade du Hachd al-Chaabi, une coalition de milices chiites irakiennes pro-iraniennes. La 80ème brigade est considérée comme proche du PKK et composée de Yezidis, une minorité qui avait été persécutée par le groupe Etat islamique à partir de 2014.

    Les forces turques mènent fréquemment des opérations contre les bases arrières du PKK dans le nord de l'Irak. Les raids turcs suscitent des tensions avec le gouvernement de Bagdad, mais le président turc répète régulièrement que son pays entend "s'occuper" du PKK dans ces régions si l'Irak n'est "pas en mesure de le faire".

    Dans un communiqué diffusé mercredi, le conseil irakien de sécurité nationale a "condamné les actions militaires unilatérales" et "rejeté l'utilisation des terres irakiennes pour régler des comptes", sans toutefois citer la Turquie.

  • Irak : toujours des menaces contre la coalition anti-Etat islamique

    Imprimer

    Un convoi de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis a été touché par un engin explosif dans la nuit du 16 au 17 août alors qu'il circulait dans le gouvernorat de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak. Il s'agit du deuxième épisode de ce type en moins de 24 heures.

    La nouvelle a été rapportée mardi 17 août par le quotidien al-Araby al-Jadeed , sur la base d'informations fournies par des sources locales. Ce dernier a rapporté que le convoi de la coalition, destiné à fournir un soutien logistique, a été attaqué alors qu'il passait sur l'autoroute internationale près de la ville de Nassiriya, au centre du gouvernorat de Dhi Qar. Selon ce qui a été précisé, la bombe a touché un véhicule du convoi, sans faire de victimes. Le 16 août, un autre convoi avait été pris pour cible alors qu'il se rendait dans la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de la capitale Bagdad. Encore une fois, aucune victime n'a été enregistrée.

    Le  16 août, le quotidien al Araby al-Jadeed, des sites d'information et des plateformes affiliés à des groupes armés irakiens ont diffusé une vidéo documentant l'attaque d'un convoi de la coalition internationale à l'ouest de Bagdad par un groupe militant chiite irakien, connu sous le nom d'Ashab Ahl al- Kahf. C'est ce dernier qui a précisé que la cible touchée était un "convoi militaire américain". La veille, le 15 août, le même groupe avait publié une déclaration menaçant de cibler des cibles américaines en Irak, déclarant : « Nous allons frapper les convois, y mettre le feu et les détruire.

    Depuis le début de 2021, environ 43 attaques ont eu lieu contre des cibles américaines en territoire irakien. La plupart des raids sont effectués via des bombes frappant des convois logistiques, tandis que d'autres attaques ont été menées à  l'aide de missiles. Certaines de ces attaques ont été revendiquées par des factions pro-iraniennes.  Depuis octobre 2019, les bases et structures américaines en Irak font l'objet d'attaques, qui ont conduit Washington à menacer de représailles les milices irakiennes pro-iraniennes que les Etats-Unis rendent responsables. Sont notamment dans le collimateur des Etats-Unis, les Brigades du Hezbollah, soupçonnées d'être responsables de plusieurs attaques. .  Une autre zone irakienne ciblée à plusieurs reprises est la  zone verte, une zone fortifiée située dans la capitale Bagdad, qui abrite des institutions gouvernementales et des ambassades, dont celle des États-Unis. 

    Les tensions entre Washington et Téhéran sur le sol irakien ont souvent fait craindre que l'Irak ne devienne un champ de bataille entre les deux rivaux. Au cours de l'année écoulée, les États-Unis ont amorcé une réduction progressive de leurs troupes en Irak, actuellement au nombre de 2.500. Dans ce contexte, le 26 juillet, le président des États-Unis, Joe Biden, et le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazimi, ont signé un accord visant à clôturer formellement la mission de combat américaine en Irak d'ici fin 2021. Biden a en fait parlé de "changement" de la mission. En particulier, Washington s'est dit prêt à continuer à "former, assister et aider" les forces irakiennes à faire face à la menace terroriste, posée avant tout par l'Etat islamique. Cependant, comme l'a précisé le chef de la Maison Blanche, d'ici la fin de l'année, les troupes américaines ne seront plus engagées dans une "mission de combat", mais elles apporteront une assistance dans le domaine du conseil militaire, de la formation, de la logistique et soutien au renseignement. 

    L'annonce est intervenue en marge du dernier cycle du "dialogue stratégique", initié par le Premier ministre irakien à la suite de sa nomination, le 7 mai 2020, dans le but de définir le rôle des Etats-Unis en Irak et discuter de l'avenir des relations économiques, politiques et sécuritaires entre les deux pays. Le but ultime est de créer une sorte de stabilité dans l'axe Washington-Bagdad et de renforcer les liens entre les deux pays sur la base d'intérêts mutuels.

    Les soldats américains stationnés dans des bases irakiennes sont engagés dans la lutte contre le terrorisme au sein de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis depuis 2014. Outre les campagnes militaires menées en Irak et en Syrie, la coalition vise également à saper l'infrastructure financière et économique de l'Etat islamique, à freiner le flux de combattants étrangers à travers les frontières et à rétablir la stabilité et les services publics essentiels dans les zones libérées de l'emprise du groupe islamiste radical.

    Selon les " Country Reports on Terrorism 2019 ", l'Irak représente un membre clé de la coalition internationale anti-Etat islamique et participe à tous les différents groupes de travail qui s'y rapportent, y compris les combattants terroristes étrangers, le groupe financier de lutte contre Daech, la stabilisation et les communications. . Malgré, l'État islamique continue de représenter une menace sérieuse.

    Vidéo 1
    Vidéo 2

  • Irak : Le Premier ministre annonce l'arrestation des responsables de l'attentat de Bagdad

    Imprimer

    Les responsables de l'attentat ayant fait plus de 30 morts lundi 19 juillet 2021 sur un marché populaire de Bagdad, et revendiqué par l'organisation Etat islamique, ont été arrêtés, a annoncé samedi sur Twitter le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi.

    "Nous avons arrêté tous les membres de la lâche cellule terroriste qui a planifié et perpétré l'attaque sur le marché al-Wahailat" de Sadr City, immense banlieue populaire chiite à l'est de la capitale, "et ils seront présentés aujourd'hui devant un juge", a déclaré M. Kazimi.

  • Irak : Les forces américaines n'accompliront plus de missions de combat en Irak à partir de la fin 2021

    Imprimer

    Une délégation irakienne a entamé, jeudi 22 juillet 2021 à Washington, des discussions sur la présence militaire américaine en Irak, avant une rencontre du Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi avec le président Joe Biden lundi à la Maison Blanche.

    La responsable des questions internationales au Pentagone, Mara Karlin, a reçu une délégation menée par le conseiller à la sécurité nationale irakien, Qassem al-Araji, pour discuter de "la coopération militaire à long terme" entre les deux pays, a indiqué le porte-parole du Pentagone, John Kirby, dans un communiqué. Le ministre de la Défense Lloyd Austin s'est joint aux discussions pour "réaffirmer son engagement" à la poursuite de la lutte contre l'Etat islamique, a ajouté le porte-parole. Alors qu'une cinquantaine d'attaques à la roquette ou aux drones piégés ont été perpétrées contre des intérêts américains (ambassade, bases militaires) depuis le début de l'année en Irak. M. Austin a souligné "la nécessité pour les Etats-Unis et la coalition de pouvoir aider l'armée irakienne en toute sécurité". Les discussions se poursuivront vendredi 23 juillet, notamment sur la mission des militaires américains déployés sur le sol irakien, alors que l'Irak est pris en tenailles entre son allié américain et son puissant voisin iranien, qui se livrent à une confrontation régulière sur son sol.

    Al-Kazimi est sous la pression des factions chiites irakiennes pro-iraniennes exigeant le départ de toutes les forces américaines d'Irak. Les deux parties devraient s'entendre sur une déclaration finale visant à soulager la pression sur le Premier ministre irakien, tout en maintenant le soutien américain aux forces de sécurité irakiennes.

    La semaine dernière, M. al-Kazimi à Bagdad avait évoqué le futur "retrait des forces de combat d'Irak" avec l'émissaire de la Maison Blanche Brett McGurk. Mais jeudi, la porte-parole de la présidence américaine, Jen Psaki, a souligné que le gouvernement irakien "souhaite que les Etats-Unis et la coalition continuent d'entrainer et d'aider son armée, d'apporter un soutien logistique (et) de partager son renseignement". 

    "Nous n'avons pas besoin de plus de combattants, mais nous avons besoin d'une coopération en matière de renseignement, d'une assistance à la formation et de forces pour nous aider depuis les airs", a déclaré le ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein au Wall Street Journal.

    Un responsable américain a indiqué que Washington envisageait de modifiant le rôle de certaines forces américaines en Irak, et non en réduisant les effectifs. "Il ne s'agit pas d'un ajustement quantitatif, mais plutôt d'une clarification des fonctions que les forces rempliront conformément à nos priorités stratégiques", a-t-il déclaré.

    la mission des forces américaines en Irak devrait se transformer en mission consultative d'ici la fin de 2021, ce qui devrait signifier la fin de leurs missions de combat en Irak.

     Quelque 3.500 soldats étrangers sont encore sur le territoire irakien parmi lesquels 2.500 Américains, mais la mise en oeuvre de leur retrait pourrait durer des années.

  • Irak : Le commandant des opérations dans la province d'Anbar de la coalition de milices chiites Hashed al-Chaabi arrêté par les forces de sécurité 

    Imprimer

    Mercredi 26 mai, une source de sécurité irakienne a annoncé l'arrestation par une force "spéciale" de Qassem Musleh (photo), commandant des opérations dans la province sunnite d'Anbar du Hashd al-Chaabi,  la coalition de milices chiites et pro-iraniennes. .

    Musleh a été arrêté dans la région de Dora à Bagdad par une force spéciale, qui serait affiliée au bureau du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi".

    Musleh est suspecté d'avoir ordonné l'assassinat au début du mois du coordinateur de manifestations antipouvoir à Kerbala, a affirmé à l'AFP une source sécuritaire. Musleh avait donné l'ordre d'assassiner Ehab al-Ouazni, le 9 mai, et un autre militant, Fahim al-Taïe, en décembre 2019". Ouazni dénonçait depuis plusieurs années les groupes armés et la mainmise de l'Iran sur son pays. Il a été abattu devant son domicile à Kerbala, dans le sud du pays. Ce meurtre avait provoqué une onde de choc en Irak, même si le pays est habitué aux violences pré-électorales. Des législatives anticipées ont été annoncées pour octobre 2021. Depuis le début de la révolte populaire inédite d'octobre 2019, plus de 70 militants ont été victimes d'assassinats ou de tentatives d'assassinat, tandis que des dizaines d'autres ont été enlevés brièvement.

    Il est à noter que Qassem Musleh est l'un des principaux dirigeants du Hashd al-Chaabi, la coalition de milices chiites et pro-iraniennes. Il était proche du chef adjoint de l'organisation, Abu Mahdi Al-Muhandis, et du commandant de la force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, ces deux derniers ayant été tués par une frappe américaine.

    Tension entre les milices chiites pro-iraniennes et le premier ministre irakien al-Kazemi
    Il y aurait actuellement des tensions entre les milices chiites et pro-iraniennes regroupées au sein du Hashd al-Chaabi  et le Premier ministre, Mustafa Al-Kazemi.

    Des contacts se poursuivent depuis ce matin entre des leaders du Hashd al-Chaabi et des responsables politiques, appelant Al-Kazemi à libérer Qassem Musleh, le commandant des opérations de la province d'al-Anbar du Hashd al-Chaabi. Mais le Premier ministre refuse d'autoriser sa libération. "

    Al-Kazemi a dit aux médiateurs qui sont intervenus pour libérer Musleh, que l'affaire est liée à la justice irakienne, et non à lui."

    De son côté, une source au sein des Forces du Hashd al-Chaabi a annoncé que «les partisans de Qassem Musleh défileront à Karbala pour exiger sa libération».

    Dans le même contexte, les médias ont rapporté que les autorités sécuritaires avaient fermé la zone verte gouvernementale de Bagdad, en raison de cette tension.

    Le Hachd al-Chaabi a publié un communiqué menaçant, promettant que Qassem Musleh "sera libéré dans les heures à venir".

     

  • Irak : Attaque à la roquette contre un base abritant des Américains - la 3e en 72 heures

    Imprimer

    Deux roquettes ont été tirées, mardi 4 mai 2021, sur une base abritant des Américains, a indiqué l'armée irakienne, la troisième attaque du genre en trois jours, intervenue au moment même où Bagdad recevait une délégation gouvernementale américaine.

    Les deux Katioucha se sont écrasées sur un espace non occupé de la base aérienne d'Aïn al-Assad "sans faire de dégât ni de victime", a précisé l'armée. Dimanche et lundi déjà, des salves de roquettes avaient touché des bases où sont stationnés des Américains à l'aéroport de Bagdad et à Balad, au nord de la capitale. Ces attaques n'ont pas jusqu'ici été revendiquées mais Washington accuse régulièrement les groupes armés irakiens proches de l'Iran  de viser ses troupes et ses diplomates.

    Près d'une trentaine d'attaques, à la bombe ou à la roquette, ont visé des convois logistiques irakiens de la coalition, des bases abritant des soldats américains ou des représentations diplomatiques américaines depuis l'arrivée au pouvoir fin janvier du président américain Joe Biden. Les tirs ont causé la mort de deux sous-traitants étrangers, un sous-traitant irakien et huit civils irakiens.

    Bagdad est pris en étau entre ses deux alliés. D'un côté, l'Iran voisin, dont il dépend pour ses importations et son électricité, qui pousse, à travers ses alliés armés, pour un départ pur et simple des soldats étrangers revenus en Irak pour combattre les jihadistes en 2014. De l'autre, Washington qui n'a pas hésité à mener des raids anti-iraniens sur le sol irakien, qui ont notamment tué le général Qassem Soleimani, et pousse pour réduire l'influence grandissante de l'Iran en Irak.

    Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, plus pro-Washington que son prédécesseur, a une nouvelle fois évoqué mardi le sort des 2.500 soldats américains sur le sol irakien avec Brett McGurk, émissaire de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient.

    Les deux hommes se connaissent bien: le premier, patron du renseignement jusqu'aujourd'hui, et le second, ancien représentant de la coalition antijihadistes emmenée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie, ont longtemps travaillé main dans la main contre l'Etat islamique.

    Aujourd'hui, ils s'attellent à dessiner un calendrier de "retrait des forces combattantes d'Irak", selon un communiqué du bureau de M. Kazimi.

    Pour experts, diplomates occidentaux et responsables irakiens, ce calendrier --principalement à destination d'une opinion publique chiite acquise à la cause de l'Iran face aux Etats-Unis-- devrait s'étaler sur plusieurs années. Avec la possibilité que les "combattants" soient transformés en "formateurs" et restent sous cette étiquette en Irak.
    Bases US en Irak.png