al_Juwaili Osama (général)

  • Libye : Des groupes armés rivaux dans le centre et l'ouest de Tripoli

    Imprimer

    Les entrées de la capitale libyenne , Tripoli , ont été le théâtre de mobilisations armées samedi soir 16 et tôt dimanche matin 17 juillet 2022. Vidéo.

    Les réseaux sociaux ont transmis des images et des vidéos de convois équipés d'armes moyennes, apparemment « se déplaçant d'Al-Zawiya (port pétrolier situé à 40 km à l'ouest de Tripoli) et stationnés à la porte du « pont 27 », à l'ouest de la capitale, avec l'intention de ré-installer le président du conseil d'administration de la National Oil Corporation, Mustafa Sanalla, révoqué par le Premier ministre du gouvernement d'union nationale, Abdel Hamid Dbeibah et remplacé par Farhat Omar bin Qadara.

    Le lendemain, depuis Benghazi, il a été annoncé la reprise de la production et de l'exportation de pétrole et la levée de l'état de "force majeure" sur les champs pétrolifères et les ports, dans une décision qui aurait été convenue entre Dbeibah et le commandant en chef de l'Armée Nationale Libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar.

    En revanche, d'autres colonnes soutenant Dbeibah se sont déployées et retranchées à l'entrée ouest de Tripoli dans la zone « Al-Ghiran », avec des mouvements militaires à l'entrée est de la ville à Tajoura, et au sud sur la route de l'aéroport, ainsi que devant le siège de la National Oil Corporation (NOC), au centre de la ville.

    De son côté, Jamal al-Kafali, journaliste et diplomate proche du commandant de la Région militaire de l'Ouest, le général de l'Armée Nationale Libyenne Oussama Jawili, a nié l'existence de tout mouvement des forces de la région (qui soutient le Premier ministre nommé par la Chambre des représentants , Fathi Bashagha).

    Al-Kafali a indiqué sur sa page Facebook que certaines forces militaires avaient été activées dans la région et que des ordres avaient été donnés de ne pas quitter les casernes. Des proches de Jawili ont  confirmé que "l'Armée Nationale Libyenne n'interférera pas dans tout conflit lié à la société pétrolière ou à toute autre institution".

    Dans le même contexte, Ahmed al-Ruwati, un homme politique proche de Bashagha, a nié un quelconque lien de ses forces à ces mouvements. Il a réfuté la présence de Bashagha à Tripoli, et a confirmé sur sa page Facebook que Bashagha se trouvait toujours  à Syrte, "où se trouve le siège de son gouvernement", expliquant que tout le monde connaît les raisons du mouvement militaire dans la capitale et ses environs. Il est lié "contrebandiers de carburant".

    Et dans ce qui peut être considéré comme une confirmation de cela, des informations ont circulé sur l'affiliation de ces forces à l'un des plus célèbres contrebandiers appartenant à la ville d'Al-Zawiya, Muhammad Kashlaf, connu sous le nom d'"Al-Qasab".

    Alors qu'aucun coup de feu n'a été entendu aux alentours et qu'aucun commentaire officiel n'a été émis, des nouvelles ont circulé sur le début du retrait des forces venant de l'ouest après la montée en puissance de la contre-mobilisation en soutien au gouvernement de Dbeibah à Tripoli.

    Ces événements surviennent à un moment où le gouvernement de Dbeibah envisage de convertir la subvention au carburant en une forme monétaire versée directement aux Libyens via le système national de numérotation, au lieu de la subvention aux produits de base, dont les dépenses l'année dernière ont dépassé 20 milliards de dinars. Au cours des cinq premiers mois de cette année, la subvention aux produits de base s'est élevée à 6,8 milliards de dinars, selon les données de la Banque centrale de Libye.