Al-Jawba (50 km au sud de Marib)

  • Yémen : Les rebelles chiites chassés d'un secteur clé près de Ma'rib

    Imprimer

    (légende de la carte ci-dessus : Points rouges : position des forces gouvernementales et points verts, positions des rebelles chiites houthis)

    Les rebelles houthis du Yémen ont été chassés de la localité de Harib, au sud de la ville de Ma'rib, dans le nord du pays, par la "Brigade des géants", a annoncé mardi 25 janvier 2022 cette force soutenue par les Emirats arabes unis. La chaîne de télévision al-Hadath a publié une vidéo montrant des scènes de liesse populaire après la victoire des Brigades des Géants.

    Les rebelles ont perdu un secteur au sud de Ma'rib. Cette province est le dernier fief du pouvoir dans le Nord. Elle est située dans une région riche en pétrole et dont les rebelles tentent de s'emparer depuis des mois. Les combats dans le secteur ont fait "des centaines de morts et de blessés dans les deux camps". 



    Après s'être retirés de Harib, les rebelles Houthis ont fait sauter Aqabat Mal'a, une route montagneuse qui relie Harib au district d'al-Jawba, ceci pour empêcher les Brigades des Géants et d'autres forces pro-gouvernementales de poursuivre leur offensive terrestre vers Ma'rib et al-Jawba.



    A l'issue d'affrontements qui ont duré plus de deux semaines, les forces pro-gouvernementales ont repris, le 10 janvier, la province voisine de Chabwa (centre). La "Brigade des géants", formée de militaires de l'ancienne armée yéménite et de volontaires et soutenue par les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite, ont été en pointe de l'offensive pour reprendre la province de Chabwa.

    Les houthis, qui contrôlent la capitale Sanaa et de vastes régions dans le pays, n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat. "Nous remercions la coalition arabe pour leur soutien à nos opérations à Chabwa, qui ont été couronnées de succès", a ajouté la brigade.

    Ce développement survient au lendemain de nouvelles attaques des insurgés yéménites, appuyés par l'Iran, contre les Emirats arabes unis, marquant une escalade dans la guerre au Yémen, qui dure depuis plus de sept ans. Les houthis ont également tiré des missiles contre l'Arabie saoudite, qui dirige depuis 2015 la coalition militaire apportant son soutien aux forces gouvernementales yéménites, et dont les Emirats sont également membres.

    L'ONU tente en vain depuis plusieurs années de mettre fin à ce conflit dévastateur qui a fait, selon elle, 377.000 morts et poussé une population de 30 millions d'habitants au bord d'une famine à grande échelle.

    Forces spéciales américaines
    Le journal Al-Akhbar affirme que des membres des forces spéciales américaines seraient désormais entrés directement sur le champ de bataille. une conséquence des tirs de missiles balistiques par les rebelles chiites houthis contre leur allié émirati ?

    FJU0eYSXoAQCf9I.jpeg

    Menace de représailles
    Le 17 janvier, les insurgés ont mené une attaque meurtrière aux Emirats, la première à faire des morts sur le sol émirati. L'attaque, condamnée à l'étranger, a été suivie par une série de frappes aériennes de la coalition et par des offensives au sol des forces gouvernementales yéménites. 

    Les rebelles au Yémen ont de nouveau tiré, lundi 24 janvier 2022, coup sur coup des missiles balistiques contre les Emirats arabes unis qui les ont interceptés et l'Arabie saoudite où deux personnes ont été blessées. Les Emirats arabes unis, qui ont retiré la plupart de leurs troupes du Yémen en 2019 mais continuent de soutenir et entraîné les forces pro-gouvernementales, ont promis une "réponse forte" à ces dernières attaques.

     

  • Yémen : La "Coalition" effectue 60 raids à Marib et Al-Bayda... et met en garde contre l'utilisation des routes

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a publié samedi 15 janvier 2022 un communiqué avertissant les Yéménites de ne pas utiliser les routes venant de Marib et Al-Bayda vers Harib, Ain, Bayhan et Usaylan, à partir de ce samedi après-midi jusqu'à nouvel ordre. 

    La coalition a déclaré que ces zones et routes sont surveillées par l'aviation 24 heures sur 24 et que tout mouvement sur celles-ci sera pris pour cible, conseillant aux Yéménites de ne pas s'en approcher pour des raisons de sécurité.

    Des sources ont indiqué que les forces de l'armée nationale et les "brigades des géants" ont complètement assiégé les miliciens houthis dans le sud du gouvernorat de Ma'rib, et qu'elles sont sur le point d'achever la libération du district de Harib et du village d'al-Jawbah, à 50km au sud de Maarib.

    Les avions de combat de la coalition ont appuyé les combattants au sol, ciblant plusieurs camions des houthis qui étaient en route pour acheminer des renforts vers Harib.

    Les forces de l'Armée nationale et de la Résistance ont également pris le contrôle de la plupart des parties de Jabal al-Sharqi, chassant les nombreux éléments houthis qui étaient stationnés sur la montagne. Ceux-ci sont pris au siège sur un axe sablonneux, où des affrontements ont lieu à la périphérie d'Al-Balaq.

    Auparavant, l'armée yéménite avait annoncé la poursuite de l'avancée de ses forces sur les fronts de Marib, et qu'elle était en mesure d'imposer un siège sur le front sud de la province, et de fermer complètement les ports.

    Les tirs des forces gouvernementales ont forcé la milice Houthi à se retirer de « Al-Lajma », « Al-Akd Al-Ramli » et « Al-Naq'a ». On assiste à un effondrement de la résistance des milices chiites qui subissent de leurs lourdes pertes en hommes et matériel.

    Pour sa part, le porte-parole officiel des forces armées yéménites, le général de brigade Abdo Majali, a déclaré que la libération du quartier de Harib à Marib pourrait être annoncée dans les prochaines heures.

     

  • Yémen : les rebelles chiites Houthis encerclés au sud de Maarib

    Imprimer

    Après avoir libéré tous les secteurs occupés par les milices rebelles dans la province de Chabwa, situé au sud-est de la capitale Sanaa, l'armée nationale yéménite entend bloquer les Houthis sur les fronts sud de Maarib, dernier bastion encore largement contrôlé par les forces pro-gouvernementales. Selon nos informations, les dirigeants houthis auraient recherché la médiation des tribus pour trouver une sortie honorable de leurs forces.

    L'information est tombée au lendemain de la libération de toute la région de Chabwa , qui s'est terminée par la conquête du district d'Aïn le 10 janvier 2022. L'armée yéménite, aidée par la coalition dirigée par les Saoudiens et des groupes de résistance locaux,  remportée ainsi une victoire significative, suite à son offensive lancée le 27 décembre 2021. Des centaines de soldats des forces conjointes yéménites, dont les "Brigades des Géants", avaient été transférées des zones contrôlées par le gouvernement à Taez et Hodeidah vers la province de Chabwah, pour soutenir les troupes gouvernementales dans la lutte contre le groupe rebelle chiite.

    Après une dizaine de jours d'intenses combats, les "Brigades des Géants" ont annoncé la fin de la troisième phase de l'opération et la libération des 17 districts de Chabwa, le troisième plus grand gouvernorat yéménite, jugé stratégique en raison de sa position géographique. De plus, cette région abrite des gisements et des raffineries de pétrole et abrite deux ports utilisés pour l'exportation de gaz et de pétrole. 

    Actuellement, rapporte al-Arabiya, l'armée avance vers la localité de « Aqabat Malla'a », dans la province de Maarib. Le chef d'état-major général, le général de division Saghir bin Aziz, a souligné que les opérations sur le terrain se déroulaient selon les plans esquissés, et que, chaque jour, les troupes yéménites, grâce à leur valeur et leur efficacité, poursuivaient leur progression. 

    De leur côté, les Houthis se sont retirés dans le gouvernorat du centre-sud d'al-Bayda. Le 2 juillet 2021, l'armée yéménite avait lancé une opération pour reprendre le contrôle du gouvernorat d'al-Bayda'. Cependant, malgré les progrès réalisés dans la première phase, les forces pro-gouvernementales avaient été par la suite mises en échec.

    L'importance de la région d'al-Bayda tient avant tout à sa position stratégique, étant donné qu'elle est située au sud-est de la capitale Sanaa, toujours sous le contrôle des rebelles houthis. En outre, Al-Bayda est située au centre de huit gouvernorats, Maarib, Chabwa, Abyan, Lahj, Al-Dhale, Ibb, Dhamar et Sanaa. Cinq de ces gouvernorats ont déjà été libérés par l'armée yéménite et pour conquérir les trois autres, les forces pro-gouvernementales doivent d'abord à occuper al-Bayda, avant de poursuivre vers Sanaa et Dhamar. 

    Parallèlement,  al-Qaïda garde toujours les yeux rivés sur cette région, qui a vu les deux belligérants échanger des accusations de complicité avec l'organisation djihadiste.

    L'une des régions les plus préoccupantes au niveau international est Maarib, qui abrite plus de deux millions de personnes déplacées, soit 7,5% de la population totale du Yémen. Depuis la première semaine de février 2021, les rebelles ont lancé une violente offensive, toujours en cours, visant à conquérir cette région riche en ressources pétrolières et qui permettrait au groupe chiite d'achever ses plans d'expansion dans le nord du Yémen. Au cours des derniers mois de l'année dernière, les forces dirigées par Riyad ont affirmé avoir mis hors de combat plus de 27 000 miliciens houthis dans les bombardements et les combats dans la province de Maarib. Le groupe chiite, pour sa part, a reconnu que 14 700 de ses hommes avaient été tués dans les batailles de Maarib  de juin à novembre 2021. Au total, depuis février 2021, on estime que 30 000 combattants houthis ont perdu la vie sur les fronts de Ma'rib, al-Jawf et Chabwa, principalement au cours de raids menés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Bataille de Harib (province de Maarib)
    0MM7MuLW.jpeg

    Depuis mardi matin 11 janvier 2022, de violents combats ont lieu entre les forces armées et les "Brigades des Géants" d'une part, et les milices houthies d'autre part, à la périphérie de la ville de Harib, au sud-est du gouvernorat de Maarib.

    Les forces armées gouvernementales et les Brigades des Géants nt effectué un mouvement tournant pour encercler les positions des Houthis dans la ville de Harib.

    Les forces armées et les Brigades des Géants seraient sur le point de couper les lignes de ravitaillement de la milice houthie entre les districts "Al-Jawba" et "Hrib", qui est la principale ligne de ravitaillement.

    Dans le même temps, les avions de la coalition arabe ont lancé plusieurs raids ciblant des renforts et des véhicules de la milice houthie sur les fronts au sud de Maarib et de la ville de Harib. Les avions ont réussi à détruire un certain nombre de véhicules des rebelles chiites.

     

  • Yémen : La coalition dit avoir infligé d'importantes pertes aux rebelles

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé mardi avoir tué 110 rebelles houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids aériens principalement dans la province de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays ravagé par la guerre. La coalition, qui appuie militairement le pouvoir au Yémen depuis 2015, indique presque quotidiennement depuis un mois infliger d'importantes pertes aux rebelles houthis. Mais ces derniers affirment tout de même avancer vers la capitale provinciale éponyme. Les bilans de la coalition ne peuvent être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

    La prise de la ville de Ma'rib, principal objectif de l'offensive des rebelles lancée en février mais qui s'est intensifiée ces deux derniers mois, serait un désastre pour le gouvernement yéménite et son allié saoudien.

    "Vingt-deux véhicules militaires et un dépôt d'armes ont été détruits, et 110" insurgés tués dans des raids aériens visant des secteurs dans la province de Ma'rib, et d'autres dans la province voisine de Jawf, a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    L'aviation de la coalition, qui aide les forces gouvernementales au sol à Ma'rib, cherche à empêcher les houthis de s'approcher de la ville de Ma'rib.

    Les Houthis ont abattu un drone américain à Marib
    Le groupe Ansar Allah, le bras armé des rebelles chiites Houthis, a abattu mardi 9 novembre 2021 un drone américain dans le gouvernorat de Ma'rib.

    Yahya Sari, porte-parole des houthis, a déclaré dans un communiqué que les défenses aériennes houthies « ont réussi à abattre un avion espion armé de fabrication américaine, alors qu'il menait des actes hostiles dans l'espace aérien de la région de Jawbah. , au sud de Marib."

    Le porte-parole a expliqué que l'avion était un "Scan Eagle", notant que les vidéos de l'épave de l'avion seront diffusées ultérieurement.

    Selon le porte-parole, il s'agit du cinquième avion du même type que son groupe a abattu cette année.

    Activité diplomatique
    Les nouvelles violences surviennent au lendemain de visites séparées au Yémen de l'envoyé spécial de l'ONU Hans Grundberg et de l'émissaire américain Tim Lenderking. En visite à Taëz (sud-ouest), ville sous contrôle gouvernemental mais assiégée depuis 2015 par les houthis, l'émissaire de l'ONU a affirmé que la lutte pour la paix était "ardue", appelant les parties en conflit au "dialogue". Tim Lenderking, qui effectuait sa première visite au Yémen avec un déplacement à Aden (sud), siège provisoire du gouvernement, a plaidé pour un arrêt des combats.

  • Yémen : 138 rebelles tués dans de nouveaux raids de la coalition sunnite

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a indiqué dimanche 7 novembre 2021 avoir tué 138 rebelles houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids autour de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays ravagé par la guerre.

    La coalition, qui appuie le gouvernement depuis 2015, affirme presque quotidiennement depuis près d'un mois infliger d'importantes pertes aux rebelles, ce qui n'empêche pas ces derniers d'avancer vers Ma'rib, chef-lieu de la province riche en pétrole du même nom. Les bilans de la coalition ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

    "Dix-sept véhicules militaires ont été détruits et 138" insurgés ont été tués dans des raids aériens visant deux régions autour de Ma'rib, al-Jawbah (au sud de la ville) et al-Kassara (au nord), a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.
    FDOHk_iWUAc1Lat.jpeg

    Depuis le déclenchement en 2014 de la guerre, les houthis, proches de l'Iran, ont progressivement pris le contrôle d'une large partie du nord du Yémen, à l'exception de Ma'rib. La perte de cette province stratégique serait un désastre pour le gouvernement et son allié saoudien. En sept ans, la guerre a plongé le Yémen dans l'un des pires drames humanitaires au monde selon l'ONU, avec plus des deux tiers de la population dépendant de l'aide internationale. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées selon des organisations internationales.

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis capturent un camp militaire clé au sud de Marib et ciblent le palais présidentiel de la ville avec un missile balistique

    Imprimer

    Les rebelles chiites Houthis continuent d'avancer vers la ville de Ma'rib, dans le centre du Yémen, malgré la résistance acharnée de la coalition dirigée par les Saoudiens et de ses alliés.

    Le 4 novembre, les houthis ont capturé le camp militaire d'Umm Reesh (photo ci-dessus), situé à environ 35 kilomètres au sud de Marib, aux mains des forces soutenues par les Saoudiens. Le camp était la base d'accueil de la 115 e brigade d'infanterie pro-saoudienne des forces armées yéménites.

    Umm Reesh était le dernier camp militaire des forces soutenues par les Saoudiens dans le sud de Ma'rib. Le camp a été évacué à la suite d'une large attaque des Houthis.

    Quelques heures après la chute du camp d'Umm Reesh, un missile balistique a frappé le Palais Républicain au cœur de la ville de Ma'rib. L'attaque a été attribuée aux Houthis. Aucune victime n'a été signalée. La veille, une attaque similaire avait visé des tours de communication à l'ouest de la ville sous contrôle saoudien.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a intensifié ses frappes aériennes contre les forces houthies à Ma'rib au cours des dernières semaines. Cependant, il n'a pas réussi à arrêter ou même à ralentir la progression des guérilleros chiites.

    La semaine dernière, les Houthis et leurs alliés ont capturé les districts d'  al-Jawbah et de Jabal Murad dans la région de Ma'rib.

    À leur rythme actuel, les Houthis pourraient atteindre la périphérie sud de la ville de Ma'rib d'ici quelques semaines. Les forces soutenues par les Saoudiens, qui combattent les Houthis depuis plus de huit mois maintenant, semblent être au bord de l'effondrement.

  • Yémen : 29 personnes tuées et blessées par un bombardement des rebelles chiites houthis d'un centre religieux à Marib

    Imprimer

    Le ministre yéménite de l'Information, de la Culture et du Tourisme, Muammar Al-Eryani, a déclaré que les Houthis avaient visé, avec un missile balistique, un centre de mémorisation du Coran et une résidence interne dans la campagne de Marib, faisant 29 morts et blessés.

    Le ministre de l'Information, dans une série de tweets, a déclaré que la milice houthie avait bombardé un centre religieux qui comprend des dizaines d'étudiants en mémorisation du Coran et des sciences religieuses dans le district d'Al-Jawbah, au sud du gouvernorat .

    Il a ajouté que la milice houthie avait visé, avec un missile balistique, le complexe « Dar Al-Hadith », qui comprend une mosquée, un centre de mémorisation du Coran et une résidence interne dans le secteur de « Al-Amoud » à Al-Jawbah dans le sud de la province de Marib, qui a fait des dizaines d'étudiants morts et blessés. Les équipes de secours sont intervenues pour venir en aide aux victimes sous les décombres du bâtiment touché par le missile.

    Al-Eryani a ajouté : « Ce massacre horrible intervient après une série de meurtres systématiques de civils commis par la milice terroriste Houthi au cours des derniers jours dans les gouvernorats de Ma'rib et de Taiz, qui ont coûté la vie à des femmes et des enfants innocents, et le bombardement délibéré de centres de population tels que des maisons, des mosquées et des instituts, à la lumière d'un silence international injuste. » 

    L'attaque survient quelques jours après une attaque similaire contre la maison d'un chef de tribu dans la même ville, qui avait fait 13 morts et de nombreux blessés.

    Les rapports gouvernementaux indiquent que plus de 300 civils ont été tués ou blessés dans une série d'attaques lancées par la milice chiite houthie depuis début octobre 2021 sur la localité d'al-Jawbah, au sud de Marib.

    Les attaques des Houthis ont incité plus de 10 000 familles à fuir leurs maisons au sud de Marib, poussant les familles à s'installer dans des dizaines de camps.