al-Fateh al-Mubin (groupe rebelle)

  • Syrie : Une faction d'al-Qaïda exhibe des obus de mortiers de fabrication turque qu'elle utilise contre l'armée syrienne

    Imprimer

    Lundi 19 juillet 2021, le groupe islamiste radical Ansar al-Islam, affilié à al-Qaïda, a publié des photos de mortiers de fabrication turque qu'il a utilisé pour tirer sur des positions de l'armée arabe syrienne (AAS) dans le nord-ouest de la province de Hama.

    Les mortiers de 81 mm, fabriqués par la société turque MKEK, ont probablement été fournis au groupe jihadiste par l'armée turque qui maintient une forte présence dans la région ndu Grand Edleb.

    Aucune perte humaine ou matérielle n'a été signalée à la suite du bombardement d'Ansar al-Islam. Pourtant, l'attaque représente une violation flagrante du cessez-le-feu dans le Grand Edleb, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020.

    Ansar al-Islam, initialement basé dans la région du Kurdistan irakien, a s'est implanté dans le sud de la Syrie en 2014. La branche syrienne a été établie par trois factions [la brigade Oussama ben Zaid, la brigade Al Ezz ben Abdul Salam et le bataillon al-Adiyat]. Le groupe s'est implanté en 2015 dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Aujourd'hui, Ansar al-Islam fait partie de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin , dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham (HTS). Plusieurs factions soutenues par la Turquie sont également membres de cette salle d'opération.

    Les photos publiées par Ansar al-Islam sont une preuve supplémentaire du soutien militaire de la Turquie aux groupes responsables de violations du cessez-le-feu dans le Grand Edleb. Un jour plus tôt, des roquettes de 122 mm de fabrication turque avaient été utilisées lors d'une attaque contre la ville d'Alep.

     

     

  • Syrie : Les rebelles tirent un missile antiaérien sur un avion russe AEW&C

    Imprimer

    Mercredi 2 juin, des rebelles du nord-ouest de la région syrienne du Grand Edleb ont tiré un missile sur un avion de reconnaissance russe en mission dans la région.

    Le missile a raté l'avion, qui a été identifié par certaines sources comme un avion d'alerte précoce et de contrôle aéroporté Beriev A-50 (AEW&C). Au moins un A-50 est déployé sur la base aérienne de Hmeimim sur la côte syrienne. L'avion effectue quotidiennement des sorties de reconnaissance au-dessus du Grand Edleb.

    Une source de l'armée arabe syrienne, présente sur l'une des lignes de front du Grand Edleb, a confirmé qu'un missile antiaérien avait été lancé depuis la région. Cependant, la source a déclaré que la cible était un drone. Selon lui, le missile a raté sa cible.

    Certains militants de la rébellion ont déclaré que le missile avait été tiré par des militants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda.

    Les factions du Grand Edleb, y compris HTS, sont connues pour être en possession de plusieurs systèmes de défense aérienne portables (MANPAD).

    Des systèmes plus anciens, comme le 9K32 Strela-2 de fabrication soviétique, ont été pillés dans les stocks militaires syriens au cours des premières années de la guerre. Des systèmes plus avancés, comme les MANPAD FN-6 fabriqués en Chine, ont été fournis par le Qatar et la Turquie.
    Beriev A-50 (russe).jpeg

  • Syrie : Escalade des violences dans la région du grand Edleb

    Imprimer

    Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'Al-Qaïda, et ses alliés continuent de violer le cessez-le-feu dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb. Le cessez-le-feu avait été négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an.

    Mardi 13 avril, des combattants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, contrôlée parHTS, ont attaqué les troupes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville d'al-Hakorh dans le nord-ouest de Hama. Un véhicule a été détruit avec un missile guidé antichar.

    Selon des sources de l'opposition, trois officiers ont été tués dans l'attaque. L'une des victimes présumées a été identifiée comme étant le lieutenant Sumar As'ad Murshid.

    Mercredi 14 avril, des combattants d'al-Fateh al-Mubin ont bombardé un certain nombre de positions de l'AAS sur le mont al-Akrad, dans le nord de la province de Lattaquié. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé dans un rapport que deux soldats de l'AAS avaient été tués par les bombardements. L'information reste à vérifier.

    L'AAS a répondu à ces violations en bombardant les positions des rebelles islamistes dans le Grand Edleb, principalement sur le mont al-Zawiya, dans le sud d'Edleb. Une réponse plus sérieuse des forces aérospatiales russes devrait avoir lieu prochainement.

    Plus d'un an après l'accord russo-turc, signé le 5 mars 2020, le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Le principal facteur de déstabilisation dans la région est la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, qui est indirectement soutenue par Ankara.

  • Syrie : L'armée syrienne élimine cinq jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS) par une frappe de missiles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Samedi 27 mars 2021, l'armée arabe syrienne (AAS) a éliminé cinq militants du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-shams (HYS) et en a blessé quatre autres dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    L'armée a ciblé les militants avec un missile guidé antichar (ATGM) alors qu'ils se déplaçaient en groupe entre les villages de Jawbas et Mjdlya dans le sud de la province d'Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les militants tués combattaient tous dans les rangs de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie. Le groupe jihadiste contrôle de facto le Grand Edleb.

    Quelques heures avant l'attaque meurtrière, la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par le HTS, a affirmé qu'un groupe entier de soldats de l'AAS avait été éliminé par un tir d'ATGM dans la partie occidentale de la province d'Alep. Les sources pro-gouvernementales n'ont rapporté aucune perte.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubein, qui a été créée il y a environ deux ans, comprend plusieurs groupes d'al-Qaïda ainsi que des factions soutenues par la Turquie.

    La salle des opérations dirigée par HTS est à l'origine des violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Idlib, qui a été négocié par la Russie et la Turquie l'année dernière. Mais Ankaraferme les yeux sur les actions des rebelles.

  • Syrie : Oops ! Un engin piégé explose par erreur au passage d'un convoi militaire turc près de la ville d'Edleb

    Imprimer

    Vendredi 13 mars, un engin piégé (IED) a explosé au passage d'un convoi des forces armées turques dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie. De nombreux groupes affiliés à Al-Qaïda et théoriquement non hostiles aux forces turques sont actifs dans cette région.

    Selon des sources locales, le convoi se déplaçait sur une route dans la banlieue sud-est de la ville d'Edleb lorsqu'un de ses véhicules a été frappé par un engin explosif improvisé. Les forces turques ont rapidement scellé la scène de l'attaque. Les forces turques auraient subi des pertes au cours de l'incident. 

    Le ministère turc de la Défense nationale n'a pas encore commenté l'incident. Le ministère reconnaît généralement tout décès en Syrie dans les 24 heures.

    Actuellement, des milliers de soldats turcs lourdement armés sont déployés dans plus de 60 postes et bases à travers la région rebelle du Grand Edleb. La région est cependant contrôlée par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda.

    L'incident près de la ville d'Edleb est le plus récent d'une série d'incidents visant à dessin ou par erreur  les troupes turques dans le Grand Edleb. Un certain nombre de groupes nouvellement créés affiliés à Al-Qaïda ont revendiqué la responsabilité de certaines des attaques récentes.

    Les forces turques ont pourtant été déployées dans le Grand Edleb, depuis plus d'un an maintenant, pour protéger les jihadistes de HTS et d'autres groupes affiliés à Al-Qaïda d'une offensive des forces gouvernementales syriennes et de leurs alliés.

    Malgré les attaques croissantes contre les forces turques dans le Grand Idlib, Ankara reste attachée à son soutien aux rebelles et aux islamistes. Récemment, la Turquie a lancé un processus de redéploiement dans la région pour améliorer la sécurité de ses troupes.

  • Syrie : L'armée syrienne frappe le grand Edleb - 2 rebelles tués et 3 autres blessés

    Imprimer

    Dimanche 21 février, deux militants ont été tués et trois autres blessés suite à des tirs d'artillerie par l'Armée arabe syrienne (AAS) dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes ont visé les positions et les fortifications des rebelles à proximité de la ville de Fatterah, dans le sud de la province d'Edleb.

    Les frappes de l'AAS étaient probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu dans le Grand Edleb négocié entre la Russie et la Turquie le 5 mars 2020. Dans l'une des violations les plus récentes, les rebelles ont visé un bulldozer de l'armée près de la ville d'Afes dans le sud d'Edleb à l'aide d'un missile guidé antichar (ATGM).

    Le QG d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hayat Tahrir al-cham, l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie, coordonne les activités des militants dans le Grand Edleb.

    Récemment, l'AAS, appuyée par les Forces aérospatiales russes, ont intensifié leurs opérations contre les violateurs du cessez-le-feu dans le Grand Edleb.

  • Syrie : Une faction d'al-Qaida revendique la mort de 11 militaires syriens et russes lors d'une frappe à la roquette au sud d'Edleb - pas de confirmation

    Imprimer

    Ansar al-Tawhid, affilié à Al-Qaïda, a affirmé dimanche 7 février que des militaires syriens et russes avaient été tués lors d'un tir de roquettes par ses forces sur la ville de Kafr Nubl, tenue par le gouvernement, dans le sud de la province d'Edleb.

    La frappe aurait visé un quartier général conjoint de l'armée arabe syrienne et des forces russes. Plusieurs roquettes lourdes «Burkan» ont été tirées sur le QG.

    photo_2021-02-07_14-01-40-768x432.jpg

    Le Burkan est une fusée artisanale propulsée par quatre boosters Grad 122 mm. Ansar al-Tawhid a déclaré que le quartier général avait été touché. Cependant, ces fusées artisanales sont connues pour leur manque de précision.

    Selon les affirmations du groupe terroriste, le capitaine Daniel Zvariv, un conseiller militaire russe, a été tué dans l'attaque. Deux autres militaires russes, Marat Medvedev et Doridaro Zaven, auraient été blessés.

    Le groupe a poursuivi en affirmant que la frappe avait également coûté la vie à sept soldats syriens du 5e Corps d'assaut pro-russe et trois soldats de la 25 e division. 12 autres soldats auraient été blessés.

    Ces affirmations  n'ont pas encore été confirmées par aucune source crédible.

    Ansar al-Tawhid est un proche allié de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS) lié à al-Qaïda, la principale organisation rebelle du Grand Edleb et membre de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubeen.

    Selon le Centre de réconciliation russe en Syrie, HTS a mené 23 attaques avec de l'artillerie, des mortiers ou des roquettes au cours des dernières 24 heures. 13 des attaques ont touché des positions à Edleb, cinq à Alep, 3 à Hama et 2 à Lattaquié.

    Les attaques répétées de HTS et de ses alliés menacent le cessez-le-feu dans le Grand Idlib, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars de l'année dernière. Ces attaques pourraient bientôt conduire à une nouvelle confrontation militaire dans la région.