al-Fateh al-Mubin (groupe rebelle)

  • Syrie : Incidents sécuritaires du lundi 8 août 2022

    Imprimer

    Rif Dimashq
    Après avoir arrêté deux transfuges du régime, des éléments armés attaquent des bâtiments gouvernementaux à Rif Dimashq
    Des éléments armés ont attaqué le bâtiment de la municipalité et le bureau de poste de la ville de Kafr Hor dans la région de Qatna dans le Rif Dimashq, après qu'un groupe d'hommes armés locaux ait tendu une embuscade à deux transfuges du régime, dont l'un de la ville de Kafr Hor et l'autre de la Ghouta orientale.

    Les assaillants ont exigé la libération immédiate des détenus, alors que la ville connaît des tensions sécuritaires depuis le matin du 8 août.

    Le 5 août, des membres d'un nouveau poste de contrôle du régime (Artoz) à Rif Dimashq avaient arrêté un groupe de passeurs et les avaient emmenés dans les centres de sécurité. Il s'agissait de trois contrebandiers, qui avaient des armes en leur possession.

    Des sources locales ont confirmé que les contrebandiers arrêtés travaillaient pour une faction locale à Soueida et possédaient un magasin vendant des armes de chasse, et non des armes de guerre dans la région de Salkhad, selon des sources locales.

    Région de Daraa : Arrestation d'un membre de l'Etat islamique
    Les forces de sécurité du régime stationnées aux points de contrôle entre Da'il et Tafas dans la province de Daraa ont arrêté un homme qu'elles accusent d'avoir rejoint la faction Khalid bin Al-Walid qui a prêté  allégeance" à l'Etat islamique.

    Ouest de Raqqah : l'Etat islamique tue une femme membre des Asayish, les services de la sécurité intérieure kurdes
    Une femme membre des Forces kurdes de sécurité intérieure (Asayish) a été tuée lors d'une attaque par des éléments armés soupçonnés d'appartenir à l'Etat islamique.  La femme a été tuée à un poste de contrôle des Forces Asayish dans la ville de Tabqa, dans l'ouest de la province de Raqqah.

    L'observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a documenté 112 opérations menées par l'Etat islamique, y compris des attaques armées et des explosions, dans les zones sous le contrôle des Forces Démocratiques Syriennes (kurdes) depuis début 2022. Selon les statistiques de l'OSDH, ces opérations ont fait 89 morts : 34 civils et 55 membres des FDS, les Asayish et autres formations militaires opérant dans les zones sous le contrôle de l'administration autonome.

    Ces attaques n'incluent pas l'attaque de la prison de Ghuwayran, qui a laissé de lourdes pertes.

    Est d'Edleb : Trois djihadistes ouzbeks tués dans une attaque suicide contre des positions du régime dans l'est d'Edleb
    Trois djihadistes ouzbeks ont mené une opération suicide contre des positions du régime sur la ligne de front de Jobas dans l'est de la province d'Edleb. Il y aurait des victimes parmi les forces du régime mais on ignore leur nombre à ce stade. Les trois assaillants ont été tués.

    Plus tôt dans la journée, des sources de l'OSDH ont rapporté que les factions de la salle des opérations "Al-Fath Al-Mubin" ont procédé à des bombardements intensifs depuis les premières heures de lundi matin 8 août, ciblant les positions du régime dans l'ouest et le nord-ouest de la province de Hama. Ce bombardement a été réalisé en réponse à la mort de trois djihadistes lors de l'attaque à la roquette d'hier par les forces du régime contre des positions à Jourin, Al-Bahsa, Al-Mashari', Al-Hakourah, Al-Amqiyah et Al-Manarah. 

    Dimanche 7 août, les forces du régime ont lancé une attaque avec un missile guidé contre un véhicule militaire transportant trois miliciens d'Ansar Al-Turkestan sur la ligne de front d'Al-Hakourah dans la plaine d'al-Ghab, tuant les trois jihadistes. Les forces du régime ont également tiré au mortier sur la ligne de front d'Al-Hakoura et dans d'autres zones de la plaine d'al-Ghab.

     

  • Syrie : Bombardement meurtrier de l'armée de l'air russe et tirs de représailles des factions Al-Fath Al-Mubin contre les forces du régime dans la "zone de désescalade"

    Imprimer

    L'OSDH a rapporté que les factions Al-Fath Al-Mubin ont tiré des roquettes et des obus d'artillerie sur des secteurs contrôlés par le régime, ciblant des positions à Salma, les environs de Salanfah dans la province de Lattaquié, Jurin, Al-Bahsah, Foro et Al-Barakah à l'ouest de la province de Hama et le sud d'Edleb, Saraqeb, à l'est de la province d'Idlib et d'autres positions à l'ouest de la province d'Alep. 

    les forces du régime ont répondu en tirant des roquettes sur les secteurs environnants d'Al-Sarmaniyah et la périphérie de Kansafrah et Kafr Oweid dans le sud de la province d'Idlib.

    L'OSDH a également rapporté que des lance-roquettes de factions opérant sous la bannière de la salle des opérations « Al-Fath Al-Mubin » ont tiré sur des positions du régime dans le camp de Jurin, dans la partie occidentale de la province de Hama. Cette attaque à la roquette serait en réponse au bombardement mené par des avions de chasse russes dans la région de Jisr Al-Shughour, à l'ouest d'Idlib ce vendredi matin. Les frappes aériennes russes ont fait sept morts, dont quatre frères et sœurs, tandis que 11 autres, dont huit enfants, ont été blessés. L'armée de l'air russe a mené quatre frappes aériennes qui ont visé la périphérie du village d'Al-Yaqoubiyah et une maison dans le village d'Al-Jadidah, dans la région de Jisr Al-Shughour, dans l'ouest d'Idlib, aux petites heures du vendredi matin.

    Selon l'OSDH la plupart des morts et des personnes enfouies sous les décombres sont des familles déplacées de Sahl Al-Ghab (plaine d'al-Ghab) dans la Province de Hama.

     

  • Syrie : Une faction d'al-Qaïda exhibe des obus de mortiers de fabrication turque qu'elle utilise contre l'armée syrienne

    Imprimer

    Lundi 19 juillet 2021, le groupe islamiste radical Ansar al-Islam, affilié à al-Qaïda, a publié des photos de mortiers de fabrication turque qu'il a utilisé pour tirer sur des positions de l'armée arabe syrienne (AAS) dans le nord-ouest de la province de Hama.

    Les mortiers de 81 mm, fabriqués par la société turque MKEK, ont probablement été fournis au groupe jihadiste par l'armée turque qui maintient une forte présence dans la région ndu Grand Edleb.

    Aucune perte humaine ou matérielle n'a été signalée à la suite du bombardement d'Ansar al-Islam. Pourtant, l'attaque représente une violation flagrante du cessez-le-feu dans le Grand Edleb, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020.

    Ansar al-Islam, initialement basé dans la région du Kurdistan irakien, a s'est implanté dans le sud de la Syrie en 2014. La branche syrienne a été établie par trois factions [la brigade Oussama ben Zaid, la brigade Al Ezz ben Abdul Salam et le bataillon al-Adiyat]. Le groupe s'est implanté en 2015 dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Aujourd'hui, Ansar al-Islam fait partie de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin , dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham (HTS). Plusieurs factions soutenues par la Turquie sont également membres de cette salle d'opération.

    Les photos publiées par Ansar al-Islam sont une preuve supplémentaire du soutien militaire de la Turquie aux groupes responsables de violations du cessez-le-feu dans le Grand Edleb. Un jour plus tôt, des roquettes de 122 mm de fabrication turque avaient été utilisées lors d'une attaque contre la ville d'Alep.

     

     

  • Syrie : Les rebelles tirent un missile antiaérien sur un avion russe AEW&C

    Imprimer

    Mercredi 2 juin, des rebelles du nord-ouest de la région syrienne du Grand Edleb ont tiré un missile sur un avion de reconnaissance russe en mission dans la région.

    Le missile a raté l'avion, qui a été identifié par certaines sources comme un avion d'alerte précoce et de contrôle aéroporté Beriev A-50 (AEW&C). Au moins un A-50 est déployé sur la base aérienne de Hmeimim sur la côte syrienne. L'avion effectue quotidiennement des sorties de reconnaissance au-dessus du Grand Edleb.

    Une source de l'armée arabe syrienne, présente sur l'une des lignes de front du Grand Edleb, a confirmé qu'un missile antiaérien avait été lancé depuis la région. Cependant, la source a déclaré que la cible était un drone. Selon lui, le missile a raté sa cible.

    Certains militants de la rébellion ont déclaré que le missile avait été tiré par des militants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda.

    Les factions du Grand Edleb, y compris HTS, sont connues pour être en possession de plusieurs systèmes de défense aérienne portables (MANPAD).

    Des systèmes plus anciens, comme le 9K32 Strela-2 de fabrication soviétique, ont été pillés dans les stocks militaires syriens au cours des premières années de la guerre. Des systèmes plus avancés, comme les MANPAD FN-6 fabriqués en Chine, ont été fournis par le Qatar et la Turquie.
    Beriev A-50 (russe).jpeg

  • Syrie : Escalade des violences dans la région du grand Edleb

    Imprimer

    Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'Al-Qaïda, et ses alliés continuent de violer le cessez-le-feu dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb. Le cessez-le-feu avait été négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an.

    Mardi 13 avril, des combattants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, contrôlée parHTS, ont attaqué les troupes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville d'al-Hakorh dans le nord-ouest de Hama. Un véhicule a été détruit avec un missile guidé antichar.

    Selon des sources de l'opposition, trois officiers ont été tués dans l'attaque. L'une des victimes présumées a été identifiée comme étant le lieutenant Sumar As'ad Murshid.

    Mercredi 14 avril, des combattants d'al-Fateh al-Mubin ont bombardé un certain nombre de positions de l'AAS sur le mont al-Akrad, dans le nord de la province de Lattaquié. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé dans un rapport que deux soldats de l'AAS avaient été tués par les bombardements. L'information reste à vérifier.

    L'AAS a répondu à ces violations en bombardant les positions des rebelles islamistes dans le Grand Edleb, principalement sur le mont al-Zawiya, dans le sud d'Edleb. Une réponse plus sérieuse des forces aérospatiales russes devrait avoir lieu prochainement.

    Plus d'un an après l'accord russo-turc, signé le 5 mars 2020, le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Le principal facteur de déstabilisation dans la région est la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, qui est indirectement soutenue par Ankara.

  • Syrie : L'armée syrienne élimine cinq jihadistes de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS) par une frappe de missiles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Samedi 27 mars 2021, l'armée arabe syrienne (AAS) a éliminé cinq militants du groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-shams (HYS) et en a blessé quatre autres dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    L'armée a ciblé les militants avec un missile guidé antichar (ATGM) alors qu'ils se déplaçaient en groupe entre les villages de Jawbas et Mjdlya dans le sud de la province d'Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les militants tués combattaient tous dans les rangs de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie. Le groupe jihadiste contrôle de facto le Grand Edleb.

    Quelques heures avant l'attaque meurtrière, la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par le HTS, a affirmé qu'un groupe entier de soldats de l'AAS avait été éliminé par un tir d'ATGM dans la partie occidentale de la province d'Alep. Les sources pro-gouvernementales n'ont rapporté aucune perte.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubein, qui a été créée il y a environ deux ans, comprend plusieurs groupes d'al-Qaïda ainsi que des factions soutenues par la Turquie.

    La salle des opérations dirigée par HTS est à l'origine des violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Idlib, qui a été négocié par la Russie et la Turquie l'année dernière. Mais Ankaraferme les yeux sur les actions des rebelles.

  • Syrie : Oops ! Un engin piégé explose par erreur au passage d'un convoi militaire turc près de la ville d'Edleb

    Imprimer

    Vendredi 13 mars, un engin piégé (IED) a explosé au passage d'un convoi des forces armées turques dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie. De nombreux groupes affiliés à Al-Qaïda et théoriquement non hostiles aux forces turques sont actifs dans cette région.

    Selon des sources locales, le convoi se déplaçait sur une route dans la banlieue sud-est de la ville d'Edleb lorsqu'un de ses véhicules a été frappé par un engin explosif improvisé. Les forces turques ont rapidement scellé la scène de l'attaque. Les forces turques auraient subi des pertes au cours de l'incident. 

    Le ministère turc de la Défense nationale n'a pas encore commenté l'incident. Le ministère reconnaît généralement tout décès en Syrie dans les 24 heures.

    Actuellement, des milliers de soldats turcs lourdement armés sont déployés dans plus de 60 postes et bases à travers la région rebelle du Grand Edleb. La région est cependant contrôlée par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à al-Qaïda.

    L'incident près de la ville d'Edleb est le plus récent d'une série d'incidents visant à dessin ou par erreur  les troupes turques dans le Grand Edleb. Un certain nombre de groupes nouvellement créés affiliés à Al-Qaïda ont revendiqué la responsabilité de certaines des attaques récentes.

    Les forces turques ont pourtant été déployées dans le Grand Edleb, depuis plus d'un an maintenant, pour protéger les jihadistes de HTS et d'autres groupes affiliés à Al-Qaïda d'une offensive des forces gouvernementales syriennes et de leurs alliés.

    Malgré les attaques croissantes contre les forces turques dans le Grand Idlib, Ankara reste attachée à son soutien aux rebelles et aux islamistes. Récemment, la Turquie a lancé un processus de redéploiement dans la région pour améliorer la sécurité de ses troupes.