al-Fateh al-Mubin (groupe rebelle)

  • Syrie : L'armée du régime a éliminé un chef de haut rang de la rébellion dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Nowruz al-Hamdo.jpgJeudi 8 octobre, l'armée arabe syrienne (AAS) a éliminé un commandant des rebelles syriens pro-turcs dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Selon des sources de la rébellion, le commandant, Nowruz al-Hamdo (photo), a été tué lors d'une attaque à la roquette à Kansafra, sa ville natale, au sud de la province d'Edleb. Des membres de la famille de Nowruz al-Hamdo auraient été blessés lors de cette attaque.

    Al-Hamdo, qui est connu sous le nom de guerre "Abu Haidara", était un haut commandant militaire de la brigade Souqour al-Jabal (Faucons de la montagne).

    Cette faction fait partie du Front national de libération (FNL), une coalition soutenue par la Turquie et basée dans le Grand Edleb. La coalition est alliée au groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham et à de nombreux autres groupes affiliés à Al-Qaida au sein de la salle de commandement d'Al-Fateh al-Mubin.

    L'élimination d'al-Hamdo est un coup dur pour les factionspro-turques dans le Grand Edleb.

    La situation dans le Grand Edleb est stable actuellement. Toutefois, ceci pourrait changer alors que la Turquie ne respecte pas les engagements pris dans le cadre de l'accord du 5 mars avec la Russie, selon lequel tous les terroristes doivent être éliminés de la région.

     

  • Syrie : Les rebelles retranchés dans la région du Grand Edleb ont pilonné le nord ouest de Hama à l'arme lourde

    Imprimer

    Jeudi 24 septembre, les rebelles retranchés dans la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie, ont bombardé la ville de Jurin, contrôlée par les forces gouvernementames, dans le nord-ouest de la province de Hama. Les rebelles ont tiré des obus artisanaux de gros calibre (IRAM).

    Selon l'Agence de presse arabe syrienne, les IRAM ont atterri à proximité de Jurin, causant de graves dégâts matériels à un certain nombre de maisons civiles. Aucune perte humaine n'a cependant été signalée.

    Des sources de la rébellion ont révélé que l'attaque avait été menée par le groupe al-Fateh al-Mubin. Il s'agit d'une coalition de factions rebelles soutenues par les Turcs et dirigée par l'organisation jihadiste Hayat Tahrir al-Sham, autrefois liée à Al-Qaida.

    Un important camp militaire de l'armée arabe syrienne, où sont stationnées des forces russes , est situé près de Jurin. Le camp était la cible de l'attaque manquée.

    La veille, une série de tirs d'artillerie sur le sud d'Edleb avait coûté la vie à trois militaires syriens.

    Ces violations répétées pourraient forcer les forces gouvernementales à reprendre leurs opérations terrestres dans le Grand Edleb dans un proche avenir. Les forces aérospatiales russes ont déjà repris leurs opérations aériennes.

  • Syrie : Trois militaires syriens tués au cours d'une attaque de grande envergure

    Imprimer

    Jeudi 23 septembre, trois membres (photo) des Forces Tiger, du Régiment de Tarmeh de la 25e division de l'armée arabe syrienne (AAS) ont été tués au cours d'une nouvelle attaque dans la région nord-ouest du Grand Edleb. Au moins deux d'entre eux étaient originaires de Lattaquié, place forte des Alaouites

    Selon des sources de l'opposition, les trois militaires ont été tués près de la ville de Kafr Battikh dans le sud d'Edleb. Le groupe Hay'at Tahrir al-Sham, affilié à Al-Qaida, et ses alliés dans la "salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin" avaient auparavant bombardé des positions de l'AAS dans la région.

    Au cours des dernières semaines, plusieurs membres des services de l'AAS ont été tués ou blessés dans le Grand Edleb. Les rebelles ont même affirmé le 22 septembre qu'ils avaient tué un membre des forces spéciales russes.

    L'AAS et les forces aérospatiales russes répondent à ces violations par des tirs d'artillerie et des frappes aériennes. Cependant, les rebelles continuent de mener des attaques. Cela pourrait bientôt obliger l'armée et ses alliés à reprendre les opérations terrestres dans la région.

     

  • Syrie : L'armée tire des roquettes lourdes sur les positions des rebelles dans le sud d'Edleb

    Imprimer

    Jeudi 27 août, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé des positions rebelles dans au sud-ouest de la province d'Edleb, à l'aide de roquettes lourdes.

    Selon les militants de l'opposition, les roquettes ont frappé des positions dans la périphérie de la ville d'al-Almaouzrah. Le groupe Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), affilié à Al-Qaida, et d'autres groupes jihadistes sont connus pour être déployés près de la ville.

    Les frappes ont probablement été effectuées avec des lance-roquettes lourds BM-27 Uragan ou BM-30 Smerch. Le BM-27 a une portée de 37 km, tandis que le BM-30 peut frapper des cibles à 90 km de distance. Les deux systèmes peuvent lancer une variété de roquettes, dont des roquettes antichars.

    Les tirs de roquettes étaient probablement une réponse aux bombardements effectués la veille par les rebelles sur le nord-est de Hama. Un poste de l'armée dans le sud d'Edleb avait également été visé.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, qui est dirigée par le HTS, est responsable de toutes les attaques récentes contre les troupes de l'AAS dans le Grand Edleb.

    Certaines des factions d'al-Fateh al-Mubin, dont le Front national de libération, reçoivent un soutien militaire direct de la Turquie. Ankara utilise apparemment ces pour maintenir l'armée syrienne à distance, ce qui constitue une violation flagrante de l'accord du 5 mars avec Moscou.

  • Syrie : Les rebelles tirent un missile sur une position de l'armée syrienne dans le grand Edleb et tuent cinq soldats

    Imprimer

    Le 23 août, cinq membres de l'armée arabe syrienne (AAS) auraient été tués lorsque des rebelles ont pris pour cible leur poste près de la ville de Hizarin, dans le sud d'Idlib.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin a revendiqué l'attaque qui a été menée à l'aide d'un missile guidé antichar. La salle des opérations, qui comprend des groupes soutenus par la Turquie et un certain nombre de factions d'Al-Qaida, est dirigée par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham, l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie.

    Alors que des sources de l'opposition ont affirmé que cinq membres de l'armée syrienne ont été tués dans l'attaque, les sources pro-gouvernementales ont rapporté un seul décès, un lieutenant.

    L'attaque est une violation de l'accord du 5 mars entre la Russie et la Turquie. Un cessez-le-feu avait été mis en place dans le Grand Edleb dans le cadre de cet accord.

    L'armée syrienne et ses alliés répondent généralement à de telles violations dans le Grand Edleb par des frappes d'artillerie ou des frappes aériennes après quelques jours, voire quelques heures.

    La Turquie a des milliers de soldats dans le Grand Edleb. Cependant, elle ne fait rien pour mettre fin aux violations répétées des rebelles. En fait, Ankara fournit un soutien militaire aux rebelles, y compris ceux qui sont liés aux salles d'opérations d'al-Fateh al-Mubin.