al-Dahla

  • Syrie : L'un de chefs les plus en vue de la tribu Bakara tué par les Forces Démocratiques Syriennes soutenues par les forces américaines

    Imprimer

    Les forces américaines ont tué l'un des cheikhs du clan Al-Bourahma, l'une des tribus arabes les plus importantes de la tribu Bakara, lors d'une opération dans l'est de la Syrie. 

    Le cheikh Ibrahim Khalil Al-Ammar a été tué lors d'une opération menée par les forces américaines à l'aube du mardi 22 février 2022, dans la ville d'Al-Dahla dans la campagne de Deir Ezzor. , Syrie orientale.

    L'agence a indiqué que plus de 12 voitures blindées appartenant aux Forces démocratiques syriennes (FDS) ont participé au raid contre la maison de Cheikh Al-Ammar, avec le soutien de l'aviation de la coalition internationale dirigée par Washington.

    Elle a ajouté que le frère du cheikh, un commerçant travaillant dans le commerce du blé et de l'orge, a également été arrêté, ajoutant que la ville d'Al-Dahla est aujourd'hui en ébullition.

    La mort de Cheikh al-Ammar a été suivie d'affrontements entre les membres des tribus arabes d'un côté et les forces américaines et des « FDS » de l'autre. Ces affrontements ont fait des morts et provoqué l'incendie du quartier général de milice.

    Par ailleurs, des hommes armés non identifiés ont assassiné le cheikh Ali Salman Alois, le maire de la ville d'Al-Dahla dans le nord de la province de Deir ez-Zor, qui est sous le contrôle de l'armée américaine et des forces des FDS. Il était l'un des notables de la Tribu al-Bakara.

    Le cheikh Ibrahim Al-Ammar est le deuxième cheikh du clan Al-Bohama-Al-Bakara tué dans la ville d'Al-Dahla après le cheikh Ali Al-Wais, qui a été tué à la mi-2002. À l'époque, le cheikh Nawaf Ragheb Al-Bashir, le cheikh de la tribu Al-Bakara, avait déclaré que le cheikh Ali Salman Al-Owais avait été assassiné alors qu'il se rendait pour accomplir la prière de l'Aïd al-Adha dans la mosquée de la ville. « Les gens l'ont retrouvé gisant sur le sol. Le meurtre a été perpétré avec une arme munie d'un silencieux, car aucun bruit de coup de feu n'a été entendu".

    Plusieurs membres de clans fidèles à l'État syrien, notamment Matashhar Al-Hafal et Atliush Al-Shatat, deux des "anciens"  de la tribu  avaient également été tués à l'époque.

     

     

     

  • Syrie : Encore un chef de tribu assassiné dans le sud-est syrien

    Imprimer

    Cheikh Ali Alwis.jpgLe 31 juillet, le cheikh Ali Alwis (photo), un éminent chef de la tribu Al Baggara, dans le nord-est de la Syrie, a été assassiné dans la province de Deir Ezzor, dans le sud-est du pays.
    Selon l'agence Hawar News, Alwis a été tué par des assaillants non identifiés alors qu'il se rendait de sa maison dans la ville d'al-Dahla à la mosquée locale pour assister à la prière de l'Aïd al-Adha. Les assaillants ont tiré sur le cheikh avec un pistolet équipé d'un silencieux.
    En plus d'être un leader éminent d'Al Baggara, l'une des plus grandes tribus arabes de la région, Alwis était le maire de la ville d'al-Dahla.
    Jusqu'à présent, aucun groupe n'a revendiqué l'assassinat d'Alwis. L'Etat islamique, dont les cellules sont actives dans le sud-est de la province de Deir Ezzor, reste le principal suspect.
    La veille, les terroristes de Daech avaient tué le cheikh Suleiman al-Kassar, leader et porte-parole de la tribu Al Uqaydat. L'attaque a également eu lieu dans la province de Deir Ezzor, au sud-est du pays.
    Ce sont les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition de rebelles en majorité kurdes, alliées des Etats-Unis, qui contrôlent le sud-est de Deir Ezzor. Elles ont récemment mené une série d'opérations de ratissage pour éliminer les cellules terroristes dans la région. Cependant, l'influence de l'Etat islamique dans cette région reste forte. La tension entre le groupe dirigé par les Kurdes et la population arabe locale pourrait en être la cause.