al-Bab

  • Syrie : Des miliciens pro-turcs tués et blessés dans un nouvel attentat à Afrin

    Imprimer

    Vendredi 6 novembre, un nouvel attentat a visé des militants pro-turcs dans la zone d'Afrin occupée par la Turquie dans la province d'Alep.

    Des hommes armés non identifiés ont ouvert le feu sur un véhicule de la brigade Sultan Murad alors qu'il passait sur une route dans le district de Ma'batli. Un militant a été tué et deux autres ont été blessés dans l'attaque, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    La brigade Sultan Murad est une faction clé de l'Armée Nationale Syrienne, qui règne sur les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    L'embuscade à Ma'batli a très probablement été tendue par l'un des groupes de guérilla kurdes actifs dans la région, comme les Forces de libération d'Afrin ou la Salle d'opérations de la Colère des olives.

    Un état de chaos règne dans les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie. Des attaques y ont lieu régulièrement.

    L'Etat islamique également actif dans la région
    Il y a deux jours, un haut commandant d'une milice soutenue par la Turquie a été assassiné dans la ville d'al-Bab, dans la province d'Alep. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de cet attentat dans une déclaration publiée par son agence de presse Amaq le 6 novembre.

    Le même jour, un attentat à la bombe a frappé un poste de contrôle dans la partie occupée par les Turcs dans la province de Raqqa. Un militant a été tué et plusieurs autres ont été blessés.

  • Syrie : Un attentat à la voiture piégée fait 22 morts, en majorité des civils

    Imprimer

    Au moins 22 personnes, dont treize civils, ont été tuées mardi dans un attentat au camion piégé dans la rue La Corniche, dans la ville d'al-Bab, sous contrôle turc, dans le nord de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'explosion survenue près d'une gare routière a également fait au moins 75 blessés, dont certains sont dans un état grave, a ajouté l'OSDH, prévenant que le bilan risquait de s'alourdir. La Turquie et ses mandataires syriens contrôlent plusieurs poches du territoire syrien depuis 2016, à la suite de trois offensives militaires.

    "Nous condamnons dans les termes les plus forts ces attaques aveugles contre des civils", a tweeté après l'attentat Mark Cutts, coordinateur humanitaire régional adjoint de l'ONU pour la Syrie.

    L'attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat mais des incidents sécuritaires similaires ont déjà eu lieu dans cette ville depuis sa reprise par les troupes turques au groupe Etat islamique (EI) en 2017.

    Située à environ 40 kilomètres au nord-est d'Alep, al-Bab était l'un des principaux bastions du "califat" instauré par l'Etat islamique avant sa chute à la faveur d'une ultime offensive par les forces kurdes soutenues par les Etats-Unis en mars 2019.

    Jeudi dernier, les forces de l'ordre ont annoncé l'arrestation de six membres de l'Etat islamique dans la ville d'Azaz, au nord d'Alep.

  • Syrie : Une forte explosion a retenti près d'un poste contrôle à al-Bab, localité occupée par la Turquie - Des victimes

    Imprimer

    Samedi 3 octobre, une forte explosion a secoué la ville d'al-Bab, occupée par les Turcs, au nord de la province syrienne d'Alep.

    Selon plusieurs sources, une voiture piégée a explosé à côté d'un poste de contrôle de la police libre, un organisme d'application de la loi soutenu par la Turquie. Le point de contrôle ciblé est situé près d'un marché local, à l'une des portes d'al-Bab.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a précisé que trois policiers avaient été tués par l'explosion. Sept autres personnes ont été blessées.

    C'est le premier attentat meurtrier dans les zones occupées par les Turcs dans le nord d'Alep ce mois-ci. Au cours des derniers mois, des dizaines de civils et de militants ont été tués dans des attaques similaires.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de ce nouveau bombardement. Néanmoins, les forces kurdes et les cellules de l'Etat islamique restent les deux principales suspectes.

    Ce nouvel attentat témoigne une fois de plus de l'état de non-droit qui règne dans les zones occupées par la Turquie au nord et au nord-est d'Alep, où même la "police" ne peut se protéger.

    Lien permanent Catégories : al-Bab, Armée turque en Syrie, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne et les combattants locaux ont repoussé une attaque des forces turques près de Manbij

    Imprimer

    Samedi 3 octobre, de lourds affrontements ont éclaté au d'Alep lorsque des combattants syriens pro-turcs ont lancé une attaque sur des positions militaires près de la ville de Daghilyash, dans la périphérie de la ville d'al-Bab.

    Les positions attaquées étaient occupées par des soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et des combattants du Conseil Militaire de Manbij, la branche locale des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), composées en majorité de Kurdes

    Les forces turques ont bombardé les positions avant de tenter d'avancer vers les zones tenues par les FDS à l'ouest de Daghilyash.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que les miliciens pro-turcs avaient réussi à infiltrer quelques positions avant d'être repoussés par l'AAS et les combattants locaux.

    Un certain nombre de militants, probablement de la soi-disant Armée Nationale Syrienne (ANS), ont été blessés lors de l'attaque manquée. Aucune perte n'a été signalée parmi le personnel de l'AAS ou les combattants locaux.

  • Syrie : Un policier chargé d'enquêter sur les attentats dans la ville d'al-Bab, contrôlée par les Turcs, assassiné par Daech

    Imprimer

    Un officier de police, qui enquêtait sur la récente vague d'attentats à la bombe dans la ville d'al-Bab, occupée par les Turcs, au nord de la province d'Alep, a été assassiné.

    L'officier, le 1er lieutenant Abdullah Sheikhani, était apparemment en train de démarrer son 4x4, un Hyundai Santa Fe, le 15 août à midi dans le centre ville d'al-Bab lorsqu'un engin explosif improvisé placé sous le véhicule, a explosé. Sheikhani est mort de ses blessures.

    L'Etat islamique a revendiqué l'assassinat dans une courte déclaration partagée par son agence de presse, Amaq. Le groupe a déclaré que Sheikhani était un "apostat".

    Selon Enab Baladi, une agence de presse syrienne pro-opposition, Sheikhani était à la tête de l'"unité des preuves" de la police syrienne libre, un organisme d'application de la loi soutenu par la Turquie.

    "Sheikhani enquêtait sur les attentats à la voiture piégée et sur les Engins Explosifs Improvisés (IED) dans la ville [d'al-Bab]", a déclaré à Enab Baladi Haitham al-Shehabi, un conseiller de la police.

    Au cours des derniers mois, une série d'attentats à la bombe a secoué al-Bab, faisant des victimes parmi les civils et les rebelles syriens soutenus par la Turquie. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de certaines de ces attaques, tandis que d'autres ont été imputées aux forces kurdes.

    L'assassinat du 1er lieutenant Sheikhani démontre l'influence toujours croissante de Daech dans les zones occupées par les Turcs dans le nord d'Alep.



     

    Lien permanent Catégories : al-Bab, ÉTAT ISLAMIQUE, SYRIE 0 commentaire
  • Syrie : Daech revendique la responsabilité d'une nouvelle attaque contre l'armée turque dans la province d'Alep

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué une nouvelle attaque contre les forces armées turques dans la province d'Alep.
    Le groupe terroriste a déclaré que ses membres ont fait exploser , le 25 juillet au matin, un engin explosif improvisé (IED au passage d'un véhicule militaire turc sur la route entre al-Bab et al-Rai. Le véhicule aurait été endommagé.
    Des sources de l'opposition, dont l'Observatoire syrien des droits de l'homme, ont confirmé qu'un IED avait explosé sur la route d'al-Bab-al-Rai dans la matinée. Quatre personnes, parmi lesquels des rebelles soutenus par la Turquie, auraient été blessées. Les sources n'ont pas mentionné de pertes turques.
    Il s'agit de la deuxième attaque de ce type perpétrée par le groupe islamiste radical cette année. Le 23 juin, les jihadistes de Daech avaient attaqué un véhicule de l'armée turque près de la ville d'al-Bab.
    Les cellules de Daech ont également assassiné trois personnes liées à des groupes rebelles soutenus par la Turquie entre le 23 juin et le 17 juillet.
    Le groupe islamiste radical a repris ses attaques dans la région après une attaque par un drone américain qui a tué Fayz al-Akal, un éminent dirigeant du groupe, près de la ville d'al-Bab. Les forces turques n'ont pas réagi pour l'instant.

  • Syrie : L'armée de l'air russe aurait mené un raid aérien sur la ville d'al-Bab contrôlée par l'armée turque

    Imprimer

    Un civil a été tué et plus de dix autres blessés, parmi lesquels des enfants et des femmes, lors d'une frappe aérienne qui a visé plusieurs endroits dans la ville d'al-Bab, à l'est d'Alep.
    Selon l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH), un avion russe aurait mené une frappe sur la ville d'Al-Bab contrôlée par la Turquie. Un bâtiment situé près de la mosquée Al-Iman, à l'ouest d'Al-Bab, a reçu plusieurs roquettes.
    Les sirènes d'alarme ont été entendues depuis des postes turcs près d'al-Bab, coïncidant avec le vol de l'avion
    C'est la deuxième fois que la ville d'al-Bab est visée par des frappes aériennes russes depuis février 2020. Un bombardement précédent avait déjà visé une mosquée près du marché dal-Hal à al-Bab, mettant le feu à la mosquée et causant des dégâts matériels.