al-Bab

  • Syrie : Un soldat turc tué lors d'une attaque des miliciens kurdes dans le nord de la Syrie

    Imprimer

    Jeudi 7 octobre, un militaire turc a été tué dans une attaque contre un poste près du village d'al-Twais dans la partie occupée par les Turcs dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie. 

    Selon des sources de l'opposition syrienne, l'attaque au missile contre le char turc a été menée par les Forces de Libération d'Afrin (Kurdes) qui contrôlent une bande de terre au sud des zones occupées par les Turcs dans le nord de la province d'Alep. L'attaque semble avoir été menée avec missile anti-char Konkurs 9M113 [ou 9K115 (-2) Métis (-M ). L'armée arabe syrienne et la police militaire russe maintiennent des troupes dans la poche détenue par les Kurdes.

    L'agence kurde "Hawar" a rapporté avoir reçu des informations sur la destruction d'un char dans une base de l'armée turque dans le village d'al-Twais dans les environs de la ville d'Al-Bab.

    FBHApZCX0AAldiB.jpeg

    FBHApnJXIAUTQaF.jpeg

    Quelques heures après l'attaque au missile contre la localité d'al-Twais des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué trois frappes aériennes à la périphérie d'al-Twais. Les frappes aériennes n'ont occaionné ni blessés ni pertes matérielles.

    La situation dans le nord de la province d'Alep est instable depuis quelques mois. Un accord de désescalade russo-turc conclu après l'invasion turque d'Afrin en 2018 est régulièrement violé.

    Le mois dernier, un officier turc a été tué et quatre militaires ont été blessés dans le nord de la province d'Alep lors d'un attentat à la bombe dans un tunnel mené par des miliciens Kurdes.

    Les frappes aériennes russes sur al-Twais ont peut-être été un avertissement adressé aux rebelles syriens pro-turcs.

    Le militaire tué a été identifié par le ministère de la Défense nationale de Turquie comme étant le soldat du Corps des Marines Tayfun Özköse.
    FBFs1svXMAAdrpw.jpeg

     

  • Syrie : Les Kurdes ne manquent pas une occasion de frapper les forces pro-turques

    Imprimer

    Lundi 13 septembre, la faction Jabhat al-Akrad (Front kurde) a mené une attaque contre une position de l'Armée syrienne libre (TFSA) soutenue par la Turquie près de la ville d' Al-Bab , dans le gouvernorat d'Alep.

    Les militants de Jabhat al-Akrad, un groupe lié aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS) a ciblé des rebelles syriens soutenus par la Turquie dans le village de Cheikh Nasser à l'aide d'un missile antichar guidé (ATGM) qui semble être un 9M113 Konkurs de fabrication soviétique. Vidéo.
    9M113-Konkurs-768x1418.jpeg

    Selon les sources kurdes, le même jour, un engin explosif a touché un fourgon militaire appartenant aux membres de la division Hamzah, un groupe pro-turc, dans le district de Rajo, aux environs de la ville d'Afrin. L'un des rebelles syriens pro-turcs a été tué et deux autres auraient été blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée.

    En réponse, les forces turques et les factions rebelles syriennes alliées ont tiré, le 14 septembre, des obus de mortier sur le village d'al-Kawekli dans la région d'al-Bab.

    Les attaques ont eu lieu quelques jours après que cinq des principaux groupes rebelles syriens pro-turcs en Syrie, dont la division Hamzah, aient annoncé leur union dans une nouvelle coalition baptisée Front syrien de libération (SFL) le 9 septembre.

    Les forces kurdes veulent profiter de l'occasion donnée par la recrudescence depuis ces dernières semaines des raids de l'armée de l'air russe près des positions de l'armée turque pour cibler les rebelles syriens pro-turcs.   
    Les kurdes pourraient également profiter d'une possible  opération terrestre de l'armée arabe syrienne à venir dans le Grand Edleb.

     

  • Syrie : Plus de 20 blessés dans une attaque à la roquette de grande envergure sur al-Bab, localité du nord de la Syrie contrôlée par la Turquie

    Imprimer

    Syrie : Plus de 20 blessés dans une attaque à la roquette de grande envergure sur al-Bab, localité du nord de la Syrie contrôlée par la Turquie
    Plus de 20 personnes auraient été blessées à la suite d'une attaque à la roquette à grande échelle sur la ville syrienne occupée par la Turquie d'al-Bab dans le nord de la province d'Alep.

    Des dizaines de roquettes sont tombées dans différentes parties du centre-ville entre la nuit du 5 août et le matin du 6 août. De lourdes pertes matérielles ont été signalées. Plusieurs maisons, magasins et véhicules ont été endommagés ou complètement détruits.

    Selon l'organisation de la défense civile , 23 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été blessées à la suite de l'attaque.

    Les roquettes auraient été lancées depuis une ancienne base radar de l'armée arabe syrienne (AAS), connue sous le nom de « Radar al-Sha'alah », dans le nord de la province d'Alep. La base est occupée conjointement par les forces kurdes et l'armée.

    En réponse à l'attaque, des rebelles soutenus par la Turquie ont bombardé des zones tenues par les Kurdes dans le nord de la province d'Alep. Aucune victime ni perte matérielle n'a été signalée.

    Quelques heures avant l'attaque à la roquette, deux civils et un membre des Casques blancs ont été tués lorsque des combattants kurdes ont détruit un chariot élévateur et une ambulance près d'une base turque dans les environs d'al-Bab.

    Les forces turques et les combattants kurdes continueront probablement d'échanger des attaques dans le nord de la province d'Alep. La situation dans la région devient progressivement incontrôlable.

  • Syrie : Des militants kurdes tuent 12 rebelles syriens pro-turcs

    Imprimer

    Jeudi 22 juillet 2021, les "Forces de libération d'Afrin" kurdes dans le nord de la Syrie ont revendiqué une série d'opérations dans et autour de la ville d'Afrin, tuant 12 rebelles syriens pro-turcs.

    Un communiqué des "forces de lbération d'Afrin" a déclaré que « le 16 juillet, les unités du martyr Avesta avaient mené une opération dans le village d'Alamdar dans le district de Rajo. L'opération a entraîné la mort de 3 mercenaires et la blessure d'un mercenaire. Le 18, nos forces ont mené une opération dans le quartier d'Al-Filat, au centre de la ville d'Afrin. Au cours de l'opération, nos forces ont détruit une voiture et deux mercenaires ont été blessés."

    Le communiqué ajoute : « Le 19 juillet, nos forces ont mené une opération dans la ville d'al-Bab contre l'occupation et ses mercenaires, et cette opération a causé des dommages à deux véhicules équipés de mitrailleuses Douchka, en plus de la mort de 7 mercenaires et la blessure de 5 autres. Le même jour, une autre opération a été menée dans le village de Kaljibrin de la ville d'Azaz au cours de laquelle deux mercenaires ont été tués et un autre blessé.

    Les « Forces de libération d'Afrin » ont confirmé que ces opérations avaient entraîné « la mort de 12 mercenaires et blessé 9  autres». Elles ont indiqué qu'"elles aient été menées en représailles aux actions inhumaines de l'occupation turque contre les tombes des martyrs d'Afrin".
    Les rebelles pro-turcs ont en effet détruit les tombes de :
    -14 combattants YPG
    -12 des YPJ
    - 5 membres des forces de l’ordre
    - 3 organisation Cebhet El-Ekrad
    - 1 membre de l’Union d’autodéfense
    - 5 civils
    - Les 31 autres corps sont ceux de civils et de combattants non identifiés.

  • Syrie : Affrontements entre l'armée syrienne et les rebelles pro-turcs au nord d'Alep

    Imprimer

    Jeudi 18 mars, des affrontements ont éclaté entre l'armée arabe syrienne (AAS) et l'Armée Nationale Syrienne soutenue par la Turquie au nord d'Alep.

    Les affrontements ont eu lieu à proximité du village de Tadef au sud de la ville d'al-Bab. Cette partie de la province au nord d'Alep est occupée par les forces turques depuis 2017. Aujourd'hui, les zones occupées par la Turquie autour d'al-Bab sont désignées par les Turcs comme la région du «bouclier de l'Euphrate».

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), des mitrailleuses lourdes ont été utilisées au cours des affrontements, qui ont duré plusieurs heures. L'AAS et les forces pro-turques ont également échangé des tirs d'artillerie.

    "Les forces du régime ont bombardé les zones d'influence des factions (pro-turques) sur l'axe Hazwan dans la région d'al-Bab, au nord d'Alep. Les forces turques ont riposté et bombardé les postes des forces du régime", a déclaré l'OSDH.

    Aucune victime n'a été signalée à la suite des affrontements, qui reflètent la fragilité du cessez-le-feu dans la région située au nord d'Alep.

    Le mois dernier, plusieurs sources pro-gouvernementales et de l'opposition ont rapporté que l'AAS se préparait à lancer une opération terrestre à grande échelle  pour libérer al-Bab. Effectivement, l'armée a récemment déployé d'importants renforts  au sud d'al-Bab.

    Une offensive de l'AAS et de ses alliés contre al-Bab pourrait déclencher de violents affrontements avec l'armée turque. On sait que des centaines de soldats turcs sont déployés dans la banlieue d'al-Bab et dans les régions voisines.4234.jpeg

  • Syrie : l'Armée Arabe Syrienne (régime) pilonne la périphérie de la ville d'al-Bab contrôlée par la Turquie pour la deuxième journée consécutive

    Imprimer

    Dimanche 7 mars 2021, l'armée arabe syrienne (AAS) a bombardé la périphérie de la ville d'Al-Bab, contrôlée  par la Turquie, au nord de la province d'Alep.

    Selon des sources de l'opposition, au moins dix obus de mortier tirés par l'AAS ont atterri dans les villes de Bratah et d'al-Dana près d'al-Bab. Un homme a été tué et un autre a été blessé lors des bombardements. Les sources ont affirmé que les victimes étaient des civils.

    Il s'agit de la deuxième journée de bombardements au mortier effectués par l'AAS visant la périphérie d'al-Bab au cours des dernières 48 heures. La première attaque, qui a eu lieu le 6 mars au matin, n'avait entraîné aucune perte.

    Ces attaques font suite à une frappe de missiles à grande échelle par l'AAS et les forces russes sur les zones occupées par la Turquie dans le nord d'Alep. La frappe visait les trafiquants de pétrole près des villes de Tarhin et d'al-Himran.

    Le mois dernier, plusieurs sources pro-gouvernementales et de l'opposition ont rapporté que l'armée syrienne se préparait à lancer une  opération terrestre à grande échelle pour libérer al-Bab. L'armée a déployé au cours des dernières semaines des  renforts au sud de la ville occupée par la Turquie .

    L'armée turque et ses alliés parmi les formations rebelles syriennes ont occupé la ville d'al-Bab après une bataille avec l'Etat islamique il y a plus de trois ans. L'AAS envsiage de reprendre le contrôle de la ville depuis lors.

    Les récents développements militaires dans le nord d'Alep indiquent que les possibilités d'une attaque terrestre contre al-Bab par l'AAS et ses alliés ont très vraisemblables. 

  • Syrie : Une manifestation anti-turque violemment réprimé par les forces pro-turques dans la ville d'al-Bab

    Imprimer

    Les forces turques ont  violemment réprimé, mercredi 3 mars,  une manifestation anti-turque dans la ville d'al-Bab, dans le nord de la Syrie,. Les manifestants protestaient  contre l'occupation turque, selon le contre-amiral Alexander Karpov, chef adjoint du Centre de réconciliation russe en Syrie.

    "Dans la localité d'al-Bab, environ 150 personnes se sont rendues à un rassemblement appelant au retrait des unités pro-turques et au retour des territoires sous le contrôle de Damas", a déclaré Kaprov dans un communiqué.

    Selon le commandant russe, cinq habitants ont été blessés lorsque la manifestation, a été «violemment réprimée» par des miliciens pro-turcs.

    Kaprov a déclaré que la manifestation avait été déclenchée par la crise humanitaire dans la ville d'al-Bab et dans d'autres zones occupées par la Turquie dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    La déclaration du Centre de réconciliation russe a été rapidement rejetée par l'Armée Nationale Syrienne (ANS),, soutenue par la Turquie. Un porte-parole de l'ANS a affirmé que la déclaration était remplie de «mensonges» et était une «fabrications».

    L'armée turque et ses mandataires ont occupé la ville d'al-Bab après une bataille avec l'Etat islamique il y a plus de trois ans. Depuis, la ville est dans un chaos permanent.

    Le mois dernier, plusieurs sources pro-gouvernementales et d'opposition syriennes avaient affirmé que l'Armée Arabe Syrienne (l'armée du régime) se préparait à lancer une opération à grande échelle pour libérer al-Bab. Auparavant, l'armée avait déployé de gros renforts près de la ville occupée par la Turquie.

    La Russie surveille étroitement al-Bab, tout comme les forces gouvernementales syriennes. Tout mouvement des habitants contre les forces turques encouragera probablement Damas et ses alliés à entreprendre des actions plus actives pour libérer la ville.