Al Bara

  • Syrie : Des frappes russes et syriennes détruisent plusieurs positions rebelles dans la région du grand Edleb

    Imprimer

    Mercredi 24 février 2021, une série de frappes russes et syriennes a touché plusieurs cibles dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont pilonné plusieurs positions des rebelles syriens  à la périphérie de la ville d'al-Bara, dans le sud de la province d'Edleb.

    Il s'agit de la quatrième vague de frappes aériennes russes depuis le début de 2021 dans cette région tenue par la rébellion dominée par les groupes islamistes radicaux. Aucune perte humaine n'a été signalée par les sources de l'opposition. Le 13 février, l'OSDH avait déclaré qu'un avion russe avait exécuté des frappes aériennes à l'aide de missiles, visant le périmètre de la prison centrale d'Edleb, à l'ouest de la ville d'Edleb tandis qu'un drone survoleait la zone. Aucune victime n'avait été signalée à l'époque.

    De leur côté,  les forces du régime ont poursuivi leurs attaques à la roquette depuis mercredi matin sur plusieurs endroits de la «zone de désescalade», ciblant, avec plus de 200 grenades propulsées par roquettes, les zones de Deir Sunboul, Al-Fatira, Safohn, Bénin, Ruwaiha, Al-Baraa, Kansafra, Flifel, Shenan et Bzapour, al-Ziyara et Qulaydin à Sahl Al-Ghab, au nord-ouest de Hama, tuant un enseignant et en blessant d'autres à Bzapour.

    Le service Internet s'est également arrêté dans de vastes zones à Jabal al-Zawiya et dans d'autres zones rurales du nord d'Edleb, après que les forces du régime aient ciblé directement la tour principale fournissant Internet à Bzapour. 

    De leur côté, les rebelles et les factions jihadistes ont bombardé les positions des forces du régime dans le sud de la province d'Edleb et dans le nord-ouest rural de Hama.

  • Syrie : L'armée arabe syrienne (AAS) pilonne les positions des rebelles au sud de la province d'Edleb

    Imprimer

    L'artillerie de l'AAS a pilonné les villes de Kansafra, al-Bara, Fatterah, Sufuhon et Fleifel. L'armée utilise des obusiers lourds et des lance-roquettes. Aucune perte n'a encore été signalée à la suite de ces frappes.
    L'AAS a débuté ses tirs d'artillerie sur le sud de la province d'Edleb après l'attentat suicide du 14 juillet. L'attaque avait visé une patrouille mixte russo-turque sur l'autoroute M4. Au moins trois membres des services russes avaient été blessés.
    L'attaque de la patrouille n'est pas le seul incident à avoir lieu dans le Grand Edleb au cours des dernières 24 heures. Les rebelles ont également bombardé une localité au nord de Lattaquié.
    La Russie et la Turquie ont conclu un accord pour stabiliser le Grand Edleb le 5 mars. Cependant, les rebelles ne respectent pas vraiment l'accord. Certains groupes affiliés à Al-Qaïda tentent même de le saboter.
    Il y a un risque que l'accord de s'effondre, ce qui engendrerait une nouvelle confrontation militaire dans le Grand Edleb.


    Une offensive imminente des forces du régime contre la province rebelle d'Edleb avec le soutien de la Russie
    Plusieurs signes font présager l'imminence d'une attaque de grande envergure dans la province d'Edleb. Tout d'abord, on a constaté que le 5ème corps, sous commandement russe, a quitté la province de Deir ez-Zor pour celle de Raqqa. Ces troupes, qui étaient stationnées dans le secteur d'al-Mayadin, dans la province de Deir ez-Zor, ont pratiquement achevé leur mouvement. 
    La 4ème division, l'une des meilleures divisions du régime, a transmis ses check points à d'autres forces. Les unités du régime qui étaient basées dans la ville de Deir ez-Zor ont également pris la direction de la province de Raqqa.
    La Russie n'a laissé que les éléments de ses forces de sécurité et quelques troupes dans la province de Deir ez-Zor mais le gros des troupes russes ont quitté leurs campements pour gagner les provinces d'Edleb et de Raqqa.
    Il est probable que le vide laissé par les forces du régime et l'armée russe dans la province orientale de Deir ez-Zor soit comblé par les éléments pro-iraniens, nombreux dans la région.