Al-Awda Ahmed

  • Syrie : Le président Vladimir Poutine apprécie peu la présence iranienne dans le sud de la Syrie

    Imprimer

    Jeudi 27 août, l'analyste militaire israélien Yoni Ben Menachem a déclaré que le président russe Vladimir Poutine n'était pas satisfait de la présence militaire de l'Iran en Syrie et des efforts iraniens pour contrôler les ressources naturelles de ce pays.

    Selon l'article de Menahem, Poutine considère l'activité iranienne, qui vise, entre autres, à ouvrir un nouveau front contre Israël sur les hauteurs du Golan syrien, comme une menace majeure pour la stabilité que la Russie travaille à établir en Syrie.

    La Russie cherche à récolter les fruits de son investissement en Syrie , et notamment en participant à la reconstruction du pays, affirme Menahem.

    Le sud de la Syrie est considéré comme l'un des fronts qui inquiète le président Poutine, en particulier le Golan, dans lequel le Hezbollah, avec l'aide militaire de la Syrie et de l'Iran, a mis en place une infrastructure opérationnelle et de renseignement pour attaquer Israël.

    Cette zone pourrait conduire à un affrontement militaire majeur avec Israël.

    C'est pour résoudre ce problème que "Moscou a mis en place une force militaire qui lui est fidèle dans le sud de la Syrie", explique Yoni Ben Menachem.

    Il a ajouté: "Il y a quelques jours, un cours de formation militaire s'est achevé avec la participation de plusieurs centaines de combattants de la 8e brigade dans la ville de Busra al-Sham dans la région de Daraa au sud de la Syrie."

    Il a souligné que "ceux qui ont participé au stage ont scandé des slogans contre le régime de Bachar al-Assad, et ont brandi une banderole sur laquelle on pouvait lire : la Syrie appartient à son peuple".

    La huitième brigade est dirigée par Ahmed al-Awda, un haut commandant du cinquième corps d'assaut, qui a annoncé la création de «l'armée unie», ou encore «l'armée de Houran».

    Ahmed al-Awda est né à Busra al-Sham, province de Daraa. Il a d'abord combattu dans les rangs du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham (anciennement Jabhat al-Nusra, la fiiale d'al-Qaïda en Syrie), mais il a ensuite fait défection.

    En 2013, la force militaire mise en place par Al-Awda était soutenue par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Jordanie et une partie des États du Golfe.

    En 2017, «il s'est rapproché des Russes, et en 2018 il a rejoint le Cinquième Corps qui est directement placé sous le commandement de l'armée russe. Il a alors été nommé commandant de la région sud», écrit Menachem.

    Le 23 juillet, Ahmed al-Awda a annoncé que l'armée de Houran "deviendrait une seule unité militaire qui sera assez forte, non seulement pour défendre le Houran, mais aussi pour défendre toutes les parties de la Syrie".

    Selon des sources syriennes, al-Awda «tente depuis longtemps de recruter les jeunes hommes de la région qui refusent de rejoindre l’armée de Bachar al-Assad et se rebellent contre son régime», ajoute Menachem.

    Il a expliqué que "l'armée unifiée" que les Russes sont en train de mettre en place sera constituée "de rebelles contre le régime syrien, qui ont intérêt à maintenir le calme et la stabilité dans le Golan syrien sans affrontements avec Israël".

    Il y a un dialogue politique et militaire entre Israël et la Russie, et les deux pays veulent maintenir le calme dans le sud de la Syrie et ne pas provoquer d'escalade militaire.

    Si l '«armée de Houran» voyait effectivement le jour, elle pourrait constituer une force qui serait utilisée pour contrecarrer les intentions de l'Iran et du Hezbollah d'ouvrir un nouveau front contre Israël depuis le plateau du Golan, selon des estimations stratégiques à Tel Aviv.

    Néanmoins, l'analyste militaire israélien Yoni Ben Menachem soutient dans son article qu'Israël ne devrait pas interférer par le biais de ses unités de renseignement dans ce qui se passe dans la région.

    "Il devrait laisser les Russes faire le travail", a-t-il ajouté. L'objectif des Russes est de parvenir au calme et à la stabilité dans la région, et cela constitue également un intérêt israélien », selon Ben Menachem.