al-Askari Abu Ali (Hezbollah irakien)

  • Irak : Des factions pro-iraniennes ont acheminé des missiles à Bagdad pour frapper l'ambassade américaine

    Imprimer

    Le journal londonien Asharq Al-Awsat, citant des sources irakiennes, a révélé que des milices pro-iraniennes avaient introduit en secret des missiles dans la capitale, Bagdad, dans le but de bombarder l'ambassade américaine à l'occasion du premier anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, le chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran. 

    La source a déclaré: "Des informations ont été détectées sur un groupe armé transportant des missiles (Grad) vers le quartier Al-Maamel, à l'est de la capitale, afin de cibler la (Zone verte) le soir du Nouvel An". La source a ajouté que "des directives de sécurité ont été émises pour surveiller et inspecter les zones susceptibles d'être atteint par les missiles, ainsi que pour suivre tout mouvement suspect".
     
    Le journal a déclaré que le Premier ministre Mustafa al-Kazimi avait exhorté Téhéran à freiner les milices qui lui sont fidèles.
     
    Et, de son côté, e général de division Yahya Rasoul a déclaré, dans une interview accordée à Al-Arabiya TV, que la situation sécuritaire restait sous contrôle à Bagdad et que nos forces faisaient leur devoir de la meilleure façon.
     
    Il a également souligné qu'il était du devoir des forces irakiennes de sécuriser les missions diplomatiques, notant qu'il y avait beaucoup de tentatives d'intimidation dans le pays.
     
    "Nous respectons la souveraineté des pays voisins, et les pays doivent respecter notre souveraineté", a-t-il déclaré.
     
    Pour le Commandement des opérations conjointes  la situation sécuritaire est sûre dans la capitale et 'il n'y a pas de menace, ajoutant qu'il continue de poursuivre les lanceurs de roquettes qui menacent la sécurité de la région.
     
    Concernant les tirs de roquettes précédents, il a confirmé que certains des auteurs de ces attaques étaient en cours d'arrestation.
     
    Une source judiciaire a révélé que la justice irakienne avait émis 4 mandats d'arrêt contre des personnalités militantes et civiles liées à des groupes ayant tiré des roquettes sur des bâtiments diplomatiques et militaires à Bagdad et dans d'autres gouvernorats.
     
    Une source sécuritaire a déclaré que "les personnes impliquées sont 3 chefs des Brigades du Hezbollah irakien et une personnalité civile", qui est liée à Abu Ali Al-Askari.
     
    Face à la tension persistante entre le gouvernement Al-Kazemi et les milices du Hezbollah irakien et de Asaib Ahl al-Haq, le Premier Ministre irakien a dépêché un envoyé spécial en Iran pour mettre fin aux menaces proférées contre lui par des milices pro-iraniennes et a transmis le message que le gouvernement irakien était à bout de patience face aux actions de ces milices.
     
    L'envoyé d'Al-Kazemi, Abu Jihad Al-Hashemi, a livré le message aux Iraniens, confirmant que le gouvernement irakien manquait de patience face aux récentes actions des milices et que l'Iran serait le premier à perdre en cas d'affrontements armé.
  • Irak : Les brigades du Hezbollah irakien menacent le premier ministre Al-Kazemi: "Ne testez pas notre patience"

    Imprimer

    Les Brigades du Hezbollah irakien (Kataëb Hezbollah) ont menacé samedi 26 décembre le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi, l'appelant à "ne pas tester" leur patience.
     
    Asaib Ahl al-Haq et Kataib Hezbollah sont deux factions puissantes sous l'égide des Forces de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi), et elles entretiennent des liens étroits avec l'Iran.
     
    Le responsable de la sécurité des Brigades du Hezbollah, "Abu Ali Al-Askari", a déclaré dans un tweet : "La région bouillonne aujourd'hui dans une marmite chaude, et la possibilité d'une guerre totale existe, qui appelle à la retenue pour gaspiller l'opportunité sur l'ennemi (se référant à l'Amérique), et Son parti initiateur. "
     
    Il a ajouté: "Peut-être que les bombardements de ces derniers jours ne servent que l'intérêt de notre ennemi insensé, Trump, et cela ne doit pas être répété."
     
    Il poursuit "Notre alliance avec les frères des factions de la résistance, qu'elles soient locales ou étrangères, est une alliance solide, et tout ce qui les touche nous touche, et nous nous engageons à les défendre dans les cadres définis et établis entre nous."
     
    Il a conseillé à Al-Kazemi de "ne pas tester la patience de la résistance  aujourd'hui", menaçant Al-Kazemi en disant: "Ni "Etellaat" (les services de renseignement iraniens), ni la CIA américaine, ni les soumissionnaires ne le protégeront dans l'intérêt de la patrie."
     
    L’Irak se trouve plongée dans une atmosphère de fortes tensions depuis le bombardement de la Zone verte, où se trouve l’ambassade américaine, mercredi. Cela coïncide avec l’approche du premier anniversaire de l’assassinat par les Etats-Unis  du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, accompagné du chef adjoint du commandant du Hashed al-Chaabi, Abu Mahdi al-Muhandis.
     
    Les services de sécurité irakiens ont arrêté plusieurs personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque, dont un dirigeant de premier plan de la faction «Asa'ib Ahl al-Haq», qui a déployé ses hommes armés vendredi soir dans les rues de Bagdad pour faire pression pour sa libération.
     
    Cependant, le ministère irakien de l'Intérieur a refusé de le libérer, et Al-Kazemi a menacé dans un tweet que le gouvernement était prêt pour une confrontation «décisive» si nécessaire.
     
    Mercredi, le président américain Trump a averti l'Iran, dans le contexte de l'attaque au missile contre l'ambassade, des risques si un Américain était tué..
     
    Washington accuse les factions irakiennes armées liées à l'Iran d'être derrière les attaques, qui visent son ambassade et ses bases militaires en Irak.
     
    Des factions chiites armées, notamment les brigades du Hezbollah irakien et Asa'ib Ahl al-Haq, liées à l’Iran, ont menacé de cibler les forces américaines en Irak si elles ne se retiraient pas conformément à la décision du Parlement de mettre fin à sa présence militaire dans le pays.
     
    Le Parlement a voté à la majorité, en janvier dernier, pour mettre fin à la présence militaire étrangère dans le pays, à la suite de l'assassinat de Soleimani et de Muhandis lors d'une frappe aérienne américaine près de l'aéroport international de Bagdad.

    al-Askari.jpegDimanche 27 décembre - Derniers développements
    Al-Arabiya affirme que les forces de l'ordre irakiennes ont émis un mandat d'arrêt contre Abu Ali al-Askari (photo), chef du Hezbollah irakien.