Province d'al-Anbar

  • Irak : L'armée de l'air irakienne et les forces de sécurité tuent un commandant de l'Etat islamique et arrêtent quatre autres membres

    Imprimer

    Mercredi 8 juin 2022, les forces gouvernementales irakiennes ont neutralisé une cellule dangereuse de l'Etat islamique près de la ville clé de Rutba dans la province occidentale sunnite d'al-Anbar.

    La cache de la cellule islamique a été ciblée par des avions de combat F-16 de l'armée de l'air irakienne selon les informations fournies par l'Agence de renseignement et d'enquête de la police fédérale irakienne. À la suite des frappes aériennes, le commandant de la cellule a été tué. Vidéo. Vidéo 2

    Après les frappes aériennes, une force d'élite du Service de lutte contre le terrorisme a été déposée par hélicoptères militaires irakiens Mi-17 près de la cache et a mené une opération de ratissage. La force a arrêté quatre terroristes, dont un qui a été blessé lors des frappes aériennes.

    Entre février et mars 2022, les jihadistes de l'Etat islamique ont mené une série d' attaques contre des militaires et des civils près de Rutba. La plupart des attaques ont eu lieu le long d'une autoroute stratégique qui relie la capitale irakienne, Bagdad, à la capitale jordanienne, Amman, et à la capitale syrienne, Damas.

    Les forces militaires et de sécurité irakiennes ont intensifié leurs opérations conjointes de lutte contre le terrorisme au cours des dernières semaines. L'une de leurs opérations les plus récentes a visé un "dépôt mobile de munitions" de l'Etat islamique dans la province d'al-Anbar. Quatre terroristes ont été tués au cours de l'opération.

    Les opérations récentes mettent en lumière les capacités et l'expérience des forces militaires et de sécurité irakiennes, qui sont désormais capables d'opérer seules sans aucun soutien de la coalition dirigée par les États-Unis ou des unités de mobilisation populaire soutenues par l'Iran.

  • Irak : Arrestation de trois membres importants de l'Etat islamique

    Imprimer

    Les autorités irakiennes ont annoncé, dimanche 8 mai 2022, avoir arrêté à Bagdad, "trois terroristes de premier plan dans les rangs de l'Etat islamique", impliqués dans des attentats en Irak et en Syrie.

    La Cellule des médias de sécurité de la défense a déclaré dans un communiqué : « L'Agence fédérale de renseignement et d'enquêtes du ministère de l'Intérieur a pu arrêter trois terroristes de premier plan dans les rangs de l'Etat islamique.

    Elle a expliqué que "les terroristes sont Abu Shahd, Abu Sarah et Abu Yaqoub (sans mentionner leurs noms complets)", notant que "les trois étaient actifs à Bagdad".

    Elle a indiqué qu'ils ont avoué avoir mené des opérations terroristes dans le gouvernorat d'Anbar (ouest), dirigé des groupes  terroristes et participé à plusieurs opérations contre les forces de sécurité et les citoyens avant et après les opérations de libération (2014 -2017), ainsi qu'avoir participé aux opérations dans le gouvernorat syrien de Raqqa. 

    La cellule a déclaré que les autorités irakiennes avaient découvert où ils se trouvaient sur la base d'informations fournies par des membres de l'organisation qui avaient été arrêtés précédemment.

    Depuis plus d'un an, la fréquence des attaques de l'Etat islamique a augmenté, notamment dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "triangle de la mort".

    L'Etat islamique est toujours actif dans certaines provinces du nord, de l'est et de l'ouest. Le gouvernement irakien peine à contenir les attaques de l'organisation islamique malgré les opérations sécuritaires et militaires dans le nord, l'ouest et l'est du pays.

    Depuis le début de cette année, les forces irakiennes ont intensifié les opérations de ratissage et les raids à la poursuite des restes de l'Etat islamique, qui a été vaincu en 2017.

  • Irak : Un drone abattu près d'une base américaine

    Imprimer

    Le commandement des forces armées irakiennes a annoncé la neutralisation d'un véhicule aérien sans pilote près de la base aérienne d'Ain al-Assad, située dans la province sunnite d'Anbar. L'armée américaine est stationnée sur cette base.

    Il n'est pas clair d'après le rapport si ce drone transportait des explosifs ou s'il s'agissait d'un drone de reconnaissance, note Reuters .

    L'incident n'a fait aucune victime.

    8UQPlz81.jpeg

  • Irak : Les caches d'armes de l'Etat islamique éliminées

    Imprimer

    Au cours d'une opération menée par l'armée et la police irakiennes dans les provinces d'Anbar et de Ninive, des caches d'armes appartenant au groupe terroriste État islamique ont été découvertes.

    Quatre ceintures suicide, 20 engins explosifs improvisés, sept lance-grenades antichars portatifs, quatre roquettes antichars, des dizaines de mètres de corde Fickford et d'autres munitions ont été saisies.

    Selon la police, le succès de l'opération est dû à des renseignements précis. Les munitions ont été détruites par les sapeurs arrivés sur les lieux. 
    FOXe50CXIAIB3qw.jpeg

    FOXe5z_WYAYTxNN.jpegFOXe50eXwAYDdyq.jpeg

  • Irak : Des membres de l'Etat islamique, dont un dirigeant, tués lors d'un raid des F-16 irakiens

    Imprimer

    Trois membres de l'Etat islamique ont été tués par des frappes aériennes dans la province d'Anbar, sa annoncé la Cellule des médias de sécurité en Irak.

    La cellule a précisé dans un communiqué que "des avions F-16 de l'armée de l'air irakienne avait effectué, une frappe aérienne visant un détachement de gangs terroristes de l'Etat islamique dans le gouvernorat d'Anbar dans la région de Shuaib Al-Daye'a dans le secteur d'al -Jazeera qui a provoqué l'élimination d'un membre des gangs terroristes de l'Etat islamique."

    Elle a souligné que "des avions de combat irakiens F-16 avaient également effectué deux frappes aériennes, qui ont entraîné la mort de deux membres des gangs terroristes de l'Etat islamique au même endroit, où le nombre de morts a atteint 3 membres des gangs terroristes". Des sources ont suggéré qu'un chef était parmi les morts. 

    La cellule a indiqué dans un communiqué que "les forces armées menaient des opérations à la poursuite des restes des gangs terroristes, soutenues par l'effort de renseignement, et sur la base des informations de renseignement reçues du Service national de renseignement irakien et en coordination avec la cellule de ciblage du Commandement des opérations conjointes." C'est grâce à ces renseignements que l'armée de l'air a pu mener ses attaques contre l'Etat islamique.

     

     

  • Irak : Trois attentats visant les forces de la coalition internationale 

    Imprimer

    Trois attaques à l'engin explosif improvisé (IED), dont l'une a été déjouée, ont visé mardi 22 février 2022 des camions transportant du matériel logistique pour les forces de la coalition internationale en Irak.

    Un officier du ministère de l'Intérieur a déclaré qu'"un engin explosif posé par des inconnus avait explosé au passage d'une colonne de camions transportant du matériel de la coalition internationale sur l'autoroute dans la province d'al-Anbar".

    La source  a ajouté que "l'attaque n'avait fait ni victimes ni dégâts", notant que les services de sécurité "se sont déployés sur le site de l'explosion et ont déclenché une campagne de ratissage dans les environs à la recherche des auteurs."

    Il s'agit de la deuxième attaque du genre ce mardi. Une attaque similaire était survenue quelques heures plus tôt dans le gouvernorat de Dhi Qar (sud), qui a endommagé l'un des camions du convoi, selon une source sécuritaire.

    De son côté, la Cellule des médias de sécurité du ministère de la Défense a annoncé, mardi, "le déjouement d'une tentative visant à cibler des colonnes de soutien logistique avec deux engins explosifs dans le gouvernorat de Muthanna, dans le sud de l'Irak".

    La cellule a déclaré dans un communiqué que "Grâce au suivi sur le terrain et à l'intensification des efforts de renseignement, l'Agence fédérale de renseignement et d'enquêtes du ministère de l'Intérieur dans le gouvernorat d'Al-Muthanna a pu contrecarrer une tentative contre des colonnes de soutien logistique avec deux engins explosifs posés sur l'autoroute."

    Elle a ajouté: "L'un d'eux a été démantelé et l'autre a explosé sous le contrôle d'experts anti-explosifs."

    La fréquence de ces attaques et d'autres visant les forces de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a augmenté depuis le début de 2022.

    Ces attentats s'accompagnent de la menace des factions armées irakiennes proches de l'Iran, de cibler les forces étrangères présentes dans le pays, après qu'elles aient remis en cause l'annonce de leur retrait.

    Le 9 décembre 2021, l'Irak et la coalition internationale ont annoncé la fin officielle des missions de combat des forces de la coalition dans le pays, à la suite d'un accord entre Bagdad et Washington le 26 juillet 2021, prévoyant le retrait de toutes les forces de combat américaines d'Irak pour la fin 2021, tout en maintenant des conseillers et formateurs américains pour assister les forces de sécurité irakiennes.

    Depuis 2014, Washington dirige une coalition internationale contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie, qui a pris en charge la tâche de fournir un soutien logistique, de renseignement et aérien aux forces irakiennes dans leurs opérations militaires contre l'organisation jihadiste.

     

  • Irak : Mort du "wali d'al-Anbar" de l'Etat islamique

    Imprimer

    La cellule des médias de sécurité du ministère de l'Intérieur a déclaré qu'"après un suivi minutieux par la direction du renseignement militaire du ministère de la Défense et la cellule de ciblage du commandement des opérations conjointes, les avions de l'armée de l'air irakienne ont déversé leur colère sur un véhicule dans lequel voyageait dans le soi-disant gouverneur d'al-Anbar, le criminel terroriste (Muthanna Khader Kamel Shatran. surnommé Abu Malika) avec l'un de ses collaborateurs."

    La cellule a ajouté dans un communiqué que "la frappe aérienne avait été un succès, envoyant ces deux terroristes en enfer, après les avoir ciblés dans le désert de Rutba".

    L'agence de presse Russia Today a cité Fadel Abu Ragheef, un expert en sécurité proche des services de renseignement irakiens, disant que "l'opération qui a tué un dirigeant de cette ampleur affaiblira l'organisation sur le plan opérationnel et administratif".

    Il a ajouté : "Il y a d'autres dirigeants qui sont suivis par le renseignement militaire, et d'autres frappes seront menées au cours de la période à venir".