al-Anbar

  • Irak : Des dizaines de soldats irakiens tués et blessés lors d'une attaque de Daech au véhicule kamikaze contre un convoi de l'armée dans la provinde d'Anbar

    Imprimer

    Le 12 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont ciblé un convoi de l'armée irakienne dans la province occidentale d'al-Anbar à l'aide d'un engin explosif improvisé transporté par véhicule (VBIED).

    L'agence de presse du groupe terroriste, Amaq, a déclaré que l'attaque avait eu lieu à al-Sakar, à l'ouest de la ville de Ramadi. Le VBIED, qui était garé sur le bord de la route, a explosé au passage du convoi qui transportait des troupes pour une opération de ratissage dans la région.

    Selon Amaq, 20 membres des services irakiens, dont au moins deux officiers, ont été tués ou blessés lors de l'attaque. Huit véhicules militaires ont également été détruits.

    Irak : Des dizaines de soldats irakiens tués et blessés lors d'une attaque de Daech au véhicule kamikaze contre un convoi de l'armée dans la provinde d'Anbar
    Le 12 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont ciblé un convoi de l'armée irakienne dans la province occidentale d'al-Anbar à l'aide d'un engin explosif improvisé transporté par véhicule (VBIED).

    L'agence de presse du groupe terroriste, Amaq, a déclaré que l'attaque avait eu lieu à al-Sakar, à l'ouest de la ville de Ramadi. Le VBIED, qui était garé sur le bord de la route, a explosé au passage du convoi qui transportait des troupes pour une opération de ratissage dans la région.

    Selon Amaq, 20 membres des services irakiens, dont au moins deux officiers, ont été tués ou blessés lors de l'attaque. Huit véhicules militaires ont également été détruits.

    L'etat islamique a également visé un véhicule de l'armée irakienne à l'ouest de la ville de Rutba, dans l'ouest de l'Irak, avec un engin explosif improvisé. Un officier et trois soldats auraient été tués dans l'attaque.

    Les jihadistes de l'Etat islamique sont très actifs à al-Anbar, dont le désert est connu pour être le bastion historique du groupe terroriste en Irak.

    Les opérations répétées des forces gouvernementales irakiennes dans la province d'al-Anbar ont infligé quelques pertes aux restes de Daech dans la région. Cependant, elles n'ont pas réussi à mettre fin à la présence du groupe dans ce secteur.

    Voir la vidéo de l'attaque (Etat islamique)

  • Irak : L'Etat islamique tend une embuscade aux troupes irakiennes près de la frontière avec l'Arabie saoudite

    Imprimer

    Les jihadistes de Daech ont tendu une embuscade aux troupes irakiennes à proximité du poste frontière d'Arar avec l'Arabie Saoudite, qui devrait rouvrir prochainement.

    Le poste frontière d'Arar, qui est situé au sud de la province occidentale d'al-Anbar, est la principale porte d'entrée entre l'Irak et le Royaume.

    L'embuscade, qui visait une unité de gardes-frontières irakiens, a eu lieu le 2 septembre. Selon une déclaration de l'agence de presse de l'Etat islamique, Amaq, sept militaires irakiens ont été tués et au moins cinq autres blessés, dont un major nommé "Ali al-Malki".

    Les jihadistes ont également détruit trois véhicules militaires et saisi plusieurs armes avant de se replier dans le désert d'al-Anbar.

    L'attaque a eu lieu alors que l'on rapportait qu'un accord proche avait été conclu avec l'Arabie Saoudite pour ouvrir le point de passage d'Arar, qui a été fermé la plupart du temps depuis la guerre du Golfe en 1990. Les responsables irakiens et saoudiens se sont rencontrés pour discuter de la question le 4 septembre et ont convenu de prendre des mesures plus rapides pour rouvrir le point de passage.

    L'Etat islamique qui est très actif dans toute la province d'Al-Anbar, s'inquiète apparemment d'un éventuel rapprochement entre l'Irak et l'Arabie Saoudite.

  • Irak : Un officier supérieur tué dans une embuscade de l'Etat islamique

    Imprimer

    Général Ahmed al-Lami.jpegUn officier supérieur de l'armée irakienne et plusieurs membres de son unité ont été tués dans une embuscade de l'Etat islamique dans la province sunnite d'al-Anbar
    La cellule des médias de sécurité du gouvernement irakien a annoncé la mort du commandant de la 29e brigade de l'armée irakienne, le général de brigade Ahmed Abdul Wahid al-Lami (photo), lors d'une attaque de l'Etat islamique.
    Le communiqué ajoute qu'"un officier ayant le grade de premier lieutenant a également été tué lors d'une autre attaque terroriste , mardi soir dans la zone d'Al-Akba du district de Hit".
    La cellule médiatique a également indiqué que deux militaires avaient été blessés au cours de l'attaque.

  • Frontlive-Chrono du jeudi 16 janvier - site consacré aux évènements du Moyen Orient, d'Afrique du Nord et du Sahel

    Imprimer

    Irak : Le Kataëb Hezbollah menace d’expulser militairement les Américains du pays

    Le groupe chiite pro-iranien « Kataëb Hezbollah », membre de la coalition de milices chiites « Al Hashd al Chaabi », a déclaré que si les troupes américaines ne quittaient pas pacifiquement le territoire irakien, une campagne de résistance armée allait être lancée contre elles. Dans la déclaration du Kataëb hezbollah, citée par l’agence Tasnim, les forces américaines sont…

    Norvège: Une Norvégienne soupçonnée d’appartenir à Daech doit arriver en Norvège avec ses deux enfants et devrait être arrêtée à son arrivée

    Une femme soupçonnée d’être membre de Daech et ses deux enfants seraient arrivés en Norvège jeudi soir en provenance du camp d’al-Hol, dans le Kurdistan syrien. La mère, somalo-norvégienne, a expliqué qu’elle était revenue en Norvège parce que l’un des enfants serait gravement malade. Le retour de cette femme a provoqué une crise politique en…

  • Irak: En représailles à la mort d’un Américain, l’armée US frappe cinq bases du Hezbollah irakien en Irak et Syrie

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le Pentagone a annoncé que des avions de guerre de l’armée de l’air américaine avaient lancé des raids contre le siège de la milice irakienne du Hezbollah.
    Les forces américaines ont ciblé 5 bases appartenant à la milice irakienne du Hezbollah dans la province irakienne d’al-Anbar et en Syrie.
    Pour sa part, la coalition de milices chiites pro-iraniennes Hashd al-Chaabi a confirmé que « des avions américains avaient effectué des raids sur notre quartier général dans l’ouest d’Anbar ».
    Des avions ont effectué un raid aérien contre le QG du Hezbollah irakien, une faction du Hashd al-Chaabi ( Mobilisation populaire), près de la frontière irako-syrienne, à l’ouest d’Anbar.
    Un chef du Hashd al-Chaabi a confirmé que les 45e et 46e brigades du Hashd avaient été ciblées dans le district d'Al-Qaim, la frontière avec la Syrie dans la province d'Anbar. Selon un premier bilan, il y aurait 25 morts et 50 blessés parmi les membres du Hezbollah. 
    Commandant tué 2019:12:29.jpegParmi les morts, on compte un commandant de la 45e brigade, Abou Ali Hazali (Photo).
    De son côté, l'armée américaine a déclaré l'état d'alerte le plus élevé sur toutes les bases ou sont déployés des soldats américains en Irak.
    En août dernier, des sources ont rapporté que 3 missiles avaient visé des dépôts d'armes envoyées par l'Iran à la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi sur la base de Balad, dans la province de Salahuddin.

     

     

     

     

     

     

    forward_2.gifBreaking news:
    Un journaliste américain a été enlevé à Bagdad, sans doute en représailles à la frappe      américaine

    forward_2.gifBreaking news
    Quatre roquettes visent une base abritant des Américains près de Bagdad.

  • Frontlive-Chrono – Lundi 23 décembre 2019

    Imprimer

    TOUS LES ARTICLES MIS EN LIGNE SUR FRONTLIVE-CHRONO LE LUNDI 23 DECEMBRE SONT EN LECTURE LIBRE
    Cliquer sur "Login" de l'article désiré.

    Trêve de Noël du mardi 24 au jeudi 26 décembre – à moins d’évènements graves


    • Afghanistan: Un militaire américain tué par les talibans – plusieurs autres blessés – Login
    • Algérie: le général Ahmed Gaïd Salah, puissant chef d’état-major de l’armée, est décédé – Login
    • Irak: deux soldats tués par une voiture piégée – Login
    • Syrie: trois combattants étrangers tués dans une attaque attribuée à Israël – Login
    • Syrie : huit morts dans l’explosion d’une voiture piégée dans une zone sous contrôle turc – Login
  • Irak : trois Français condamnés à mort pour appartenance à l’Etat islamique

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

    Trois Français ont été condamnés à mort dimanche pour appartenance au groupe Etat islamique (EI), a indiqué à l’AFP un magistrat de la cour de Bagdad qui les a jugés, un verdict inédit pour des ressortissants de ce pays.
    Il s’agit de Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou, arrêtés en Syrie par une alliance arabo-kurde anti-EI avant d’être transférés avec neuf autres Français en Irak en février. Selon la loi irakienne, ils ont 30 jours pour faire appel.
    Jusqu’ici, trois Français ont déjà été reconnus coupables d’avoir rejoint l’EI en Irak: Mélina Boughedir, 27 ans, Djamila Boutoutaou, 28 ans, et Lahcène Gueboudj, 58 ans, ont tous été condamnés à la prison à perpétuité, ce qui équivaut à 20 ans de détention en Irak.
    Kévin Gonot, 32 ans, est né à Figeac dans le sud-ouest de la France. Il a été arrêté en Syrie avec son demi-frère Thomas Collange, 31 ans, sa mère et son épouse, une nièce des frères Fabien et Jean-Michel Clain qui ont revendiqué les attentats de novembre 2015 avant d’être tués récemment en Syrie.
    Kévin Gonot affirme que son père, qui avait également rejoint l’EI selon ses « aveux » publiés par la justice irakienne, a été tué à Raqqa, ancienne « capitale » de l’EI en Syrie.
    Entré illégalement en Syrie via la Turquie selon ses dires, il a d’abord rejoint le Front al-Nosra (ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie) avant de prêter allégeance au « calife » de l’EI Abou Bakr al-Baghdadi.
    Celui qui se faisait appeler Abou Sofiane au sein de l’EI a indiqué avoir été blessé au ventre lors de la bataille de Kobané, en Syrie, en 2015.
    Il a assuré au juge avoir ensuite été transféré à Mossoul, la « capitale » de l’EI en Irak de 2014 à 2017 pour y être hospitalisé et non pour y combattre.
    En France, il a déjà été condamné en son absence à neuf ans de prison, selon le Centre d’analyse du terrorisme (CAT) à Paris.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono du dimanche 26 mai 2019

    • Burkina: 3 morts dans une nouvelle attaque contre une église – Abonnés
    • Irak : trois Français condamnés à mort pour appartenance à l’Etat islamique – Lire l’article
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Yémen : les houthis annoncent une attaque au drone contre l’aéroport saoudien de Jizane – Abonnés