Akkar (région)

  • Liban : Arrestation d'un jihadiste de l'Etat islamique qui préparait un attentat dans le Akkar (Nord)

    Imprimer

    Les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont annoncé, mardi 2 novembre 2021, avoir arrêté dans le Akkar (Liban-Nord) un Libanais appartenant au groupe terroriste Etat islamique (Daech), qui comptait commettre un attentat contre un site religieux de la région. 

    Le jihadiste, âgé de 17 ans, a avoué, lors de l'enquête, avoir rejoint l'Etat islamique et rassemblé du matériel pour préparer des engins explosifs. Il a ajouté qu'il était entré en contact avec un ressortissant syrien membre de l'Etat islamique et qui ne vit pas au Liban, précisant qu'il comptait commettre un attentat contre un site religieux du Akkar, en utilisant un scooter. 

    Les FSI, qui ont saisi des grenades dans un entrepôt proche du domicile du jihadiste, et l'armée libanaise effectuent régulièrement des perquisitions pour arrêter des terroristes et démanteler des cellules islamistes dormantes.

  • France : Huit jihadistes de Daech en route vers la France via le Liban et la Grèce: source à GCT

    Imprimer

    Un employé du port de Tripoli (Liban), s'exprimant sous couvert d'anonymat, a déclaré au Greek City Times que huit combattants de l'Etat islamique étaient en route vers la France après avoir quitté la ville du nord du Liban mercredi matin 31 mars 2021.

    Ces combattants de l'Etat islamique sont passés par Tripoli, le principal port du Liban après la destruction du port de Beyrouth lors de l'explosion de 2020e, à 2h30 du matin, mercredi, selon l'employé du port.

    Il a ajouté qu'ils étaient partis «peu de temps après».

    La source a déclaré au Greek City Times que le groupe était resté, pendant «quatre ou cinq jours» avant leur départ, dans la localité de Berqayel, une communauté musulmane sunnite  à 12 kilomètres au sud d'Akkar et à 25 kilomètres au nord-est de Tripoli.

    Selon la source, le groupe de jihadistes de l'Etat islamique, dont au moins trois ont la nationalité française, a payé des passeurs pour être transportés par mer en Grèce afin de poursuivre leur voyage vers la France.

    On ne sait pas actuellemnt où se trouve l'embarcation ni s'il a tenté de s'arrêter à Chypre ou en Turquie.

     

  • Liban : Affrontements entre l'armée libanaise et des terroristes à Wadi Khaled

    Imprimer

    Des affrontements ont eu lieu samedi 26 septembre entre l'armée libanaise et un groupe syrien armé à Wadi Khaled, rapporte la LBCI.
    Certaines informations mentionnent que l'opération a commencé lorsqu'une unité de la Branche de renseignement des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) est tombée sur un groupe armé syro-libanais, ce qui a provoqué des affrontements dans la région d'Al-Fard, après quoi l'armée libanaise est intervenue en soutien. Les éléments armés étaient retranchés dans une maison isolée à la périphérie de la ville d'Al-Fard à Wadi Khaled.
    Selon la chaîne, le groupe est accusé de préparer des attentats terroristes. L'armée n'a pas publié de communiqué à ce sujet.

    Dernières informations :
    L'armée libanaise a annoncé la fin de l'opération de sécurité à Wadi Khaled au Akkar avec la mort de 13 terroristes. D'autres sources affirment que 15 éléments armés auraient été tués et 15 autres arrêtés, tandis que deux membres du groupe terroriste auraient réussi à prendre la fuite. Les éléments de la force de frappe sillonnent actuellement la zone à leur recherche.

    Selon des informations, deux terroristes se sont fait exploser pour empêcher leur arrestation par l'armée libanaise.

    Selon les agences de presse libanaises, la «force de frappe» de la Branche de renseignement des Forces de sécurité intérieure était à la poursuite à Wadi Khaled du groupe lié à Khaled al-Talawi, qui a été abattu par l'armée libanaise il y a quelques jours après avoir tué 3 militaires.

    La radio «Voice of Lebanon» a rapporté que le Régiment des frontières terrestres avait envoyé des véhicules blindés et avait mis en place un cordon de sécurité autour de la zone de combats.

    On a appris dernièrement que l'armée et la Division de renseignement des FSI poursuivaient un certain nombre de terroristes sur les hauteurs d'Al-Hisha

    À son tour, Al-Mayadeen TV a rapporté que «le groupe armé est l'une des cellules affiliées au groupe Khaled al-Talawi, qui est associé à l'Etat islamique.

    Les sources ont précisé que la force de frappe de la Division du renseignement des FSI avait mené un raid sur un lieu où se réunissaient des membres de 3 cellules terroristes dans une zone isolée de la périphérie de la ville d'Al-Fard à Wadi Khaled - Akkar à la frontière libano-syrienne.

    Voir la vidéo des affrontements

  • Liban : L'armée libanaise annonce le meurtre de 4 de ses membres dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée libanaise a annoncé, dans la nuit de dimanche-lundi, que 4 de ses membres, deux soldats et deux sous-officiers, avaient été tués dans la ville de Tripoli, au cours d'affrontements avec des hommes armés.

    L'armée a déclaré dans un communiqué que "lors d'un raid des services de renseignement sur la maison d'un terroriste recherché à Jabal Al-Beddawi - Minya (nord du Liban), elle a été confrontée à des tirs".

    Elle a ajouté: "Cela a entraîné la mort de 4 soldats et la blessure grave d'un autre."

    Le communiqué a souligné que les forces armées poursuivent les tireurs pour les arrêter, sans plus de détails.

    Pendant ce temps, les médias locaux ont rapporté que le raid avait eu lieu après avoir reçu des informations que "Khaled Al-Talawi", accusé d'avoir participé au crime de Kaftoun, se trouvait dans un appartement d'un immeuble.

    Selon la même source, les informations indiquent que «les enquêtes menées auprès des personnes arrêtées dans le crime ont montré qu'Al-Talawi dirige une cellule d'une organisation terroriste».

    Après minuit le 22 août, des inconnus à bord d'une voiture ont ouvert le feu dans la ville de Kaftoun à Koura (nord du Liban) alors qu'ils traversaient la ville, tuant 3 personnes.

    À la lumière de cela, la Division de l'information des Forces de sécurité intérieure a fait une descente au domicile d'un Syrien du nom de Youssef Kh, 40 ans, dans la région d'Amiriya, au Akkar, dans le nord du pays, mais celui-ci s'est fait exploser au moment de son arrestation.

    Elle a également, selon un communiqué précédent, arrêté un certain nombre de personnes au cours de raids dans plusieurs camps de déplacés, à Akkar, au nord du Liban.

  • Liban : Un kamikaze syrien se fait sauter pendant une perquisition des forces de sécurité au nord Liban

    Imprimer

    Une personne s'est fait exploser alors que les forces de sécurité libanaises assiégeaient un camp de réfugiés syriens dans la région d'Akkar, au nord du Liban.

    Al-Jadid TV a déclaré que l'explosion avait fait des morts et des blessés. L'attentat suicide a eu lieu lors d'une opération sécuritaire menée par les forces spéciales de la Branche de renseignement. Un syrien s'est fait exploser dans une petite pièce de la zone d'Al-Futuh, située entre Khirbet Dawood et Al-Bireh dans la région du Akkar.

    Le maire de Khirbet Daoud a expliqué que l'explosion n'était pas à proximité de la localité de Khirbet Daoud, et que l'explosion s'est produite au moment où un raid était mené, le matin, par les forces spéciales.

    Il a déclaré: Nous ne savons pas encore si l'explosion a été causée par l'explosion d'une bombe ou si l'homme s'est fait sauter, indiquant seulement que la chambre appartenait à une personne de la ville d'Ain al-Zayt, sans préciser s'il la lui avait louée.

    Pour sa part, l'Agence nationale de presse a rapporté qu'une force de la Division de renseignement des Forces de sécurité intérieure (FSI) à Beyrouth avait fait une descente tôt lundi matin dans une pièce où se trouvait un réfugié syrien dans la localité d'Amiriya et Al-Bireh - Akkar. La perquisition étaie effectuée dans le contexte du récent crime de Kuftoun Koura ( trois hommes avaient été tués), selon l'Agence nationale d'information.