Ajnad al-Kavkaz

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent les positions des rebelles sur les collines au nord de Lattaquié

    Imprimer

    Vendredi 26 février 2021, les avions de combat des forces aérospatiales russes ont mené une série de frappes sur la partie de au nord de la province de Lattaquié contrôlée par les rebelles syriens. On ignore encore si ces bombardements ont fait des victimes.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , les frappes aériennes ont visé plusieurs collines entourant la ville de Kabani.

    Kabani
    Kabani est un bastion d'un certain nombre de groupes rebelles majoritairement islamistes, notamment le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham, anciennement affilié à Al-Qaïda, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz. 

    Au cours des trois dernières années, ces groupes rebelles islamistes ont lancé des dizaines d'attaques avec des drones et des roquettes sur la côte syrienne depuis la ville de Kabani et ses environs.

    C'est la troisième vague de frappes aériennes russes à cibler Kabani et la septième dans la région nord-ouest du Grand Edleb depuis l'état de l'année.

    Plus tôt cette semaine, des avions de combat russes ont effectué un certain nombre de frappes aériennes sur des positions rebelles dans la périphérie de la ville d'al-Bara, dans la campagne méridionale d'Edleb.

    Au cours des derniers jours, le Centre de réconciliation russe en Syrie a enregistré des dizaines de violations du cessez-le-feu par les rebelles dans le Grand Edleb. Ils ont même attaqué un passage humanitaire protégé par les militaires russes.

    Les récentes frappes aériennes russes sur le Grand Edleb ont infligé de graves pertes aux rebelles mais ceux-ci n'ont pas mis un terme à leurs provocations pour autant. . 

  • Syrie : Les avions de guerre russes ont détruit un QG secret du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham à Edleb

    Imprimer

    Tard dans la soirée du samedi 13 février, des frappes aériennes russes ont détruit un quartier général secret de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), un ancien affilié à al-Qaïda, dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb.

    Au moins trois frappes aériennes ponctuelles ont frappé le quartier général, situé à la périphérie de la prison centrale, à l'ouest du centre-ville d'Edleb.

    Une source sur le terrain a déclaré que les dirigeants du HTS avaient l'habitude de tenir des réunions dans le quartier général secret à des moments aléatoires. Pour cette raison, la décision de détruire complètement le quartier général a été rapidement prise par les forces aérospatiales russes.

    "Selon les premières informations, les frappes ont éliminé et blessé un certain nombre de dirigeants du groupe et leurs gardes", a déclaré la source anonyme. «Nous n'avons pas encore identifié leurs nationalités.»

    HTS n'a jusqu'à présent reconnu aucune perte. Néanmoins, le groupe islamiste radical, qui règne sur le Grand Edleb reconnait rarement ses pertes.

    Il s'agit de la troisième série de frappes aériennes russes sur Edleb et sa région en 2021. Le 2 février , des avions de combat russes avaient effectué des frappes aériennes sur des positions de HTS près de la ville de Haranbush dans le nord de la province  d'Edleb. Le lendemain, des frappes aériennes russes avaient frappé les camps d'entraînement d'Ajnad al-Kavkaz, un groupe jihadiste affilié à 'al-Qaïda dans la ville d'Armanaz, dans le nord-ouest d'Edleb.

    La récente vague de frappes aériennes russes sur le Grand Edleb est probablement destinée à dissuader HTS et ses alliés de poursuivre ses violations du cessez-le-feu  dans le Grand Edleb. En outre, selon des informations récentes, le groupe se préparerait à pour mener des attaques contre des objectifs civils en Russie.

  • Syrie : Le groupe jiihadiste Hayat Tahrir al-Sham forme des terroristes pour mener des actions en Russie

    Imprimer

    Le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, formerait des terroristes pour mener des attaques dans des villes russes, a rapporté l'agence de presse TASS le 11 février, citant une source policière.

    HTS contrôle de facto la région syrienne du Grand Edleb, dans le nord-ouest du pays, où plusieurs autres factions affiliées à al-Qaïda sont présentes. Ces factions opèrent sous les yeux de l'armée turque, qui maintient des milliers de soldats dans la région.

    "Des informations ont été reçues selon lesquelles les dirigeants de l'alliance terroriste HTS avaient tourné l'attention de leurs partisans vers l'exécution de crimes dans diverses villes de Russie, là où se déroulent des actions massives de rue", a déclaré la source. "À cette fin, les dirigeants des groupes terroristes Jeich al-Muhajirin wal-Ansar, Jama'at al-Tawhid wa'al-Jihad, Ajnad al-Kavkaz et d'autres organisations terroristes islamistes qui font partie de HTS forment les plus fiables  parmi leurs combattants expérimentés d'origine russe ou recrutent dans les pays limitrophes de la Russie.

    HTS a été désigné comme organisation terroriste par la Cour suprême russe dans une décision rendue le 20 mai 2020. Le groupe était à l'origine de multiples attaques contre les troupes russes en Syrie.

    Récemment, une campagne de propagande tente de présenter Hayat Tahrir al-Sham et son chef, Abu Mohamad al-Jolani, comme adepte d'un islamisme réformé et modéré.

    Les informations révélées par TASS confirment que HTS est toujours impliqué dans le complot d'attaques terroristes en dehors de la Syrie, contrairement aux affirmations récentes.

  • Syrie : 16 jihadistes du Turkestan Islamic Party (TIP) tués ou blessés par une frappe de missiles dans le grand Edleb

    Imprimer

    Syrie : 16 jihadistes du Turkestan Islamic Party (TIP) tués ou blessés par une frappe de missiles dans le grand Edleb
    Vendredi 5 février, une attaque de l'armée arabe syrienne (AAS) a coûté la vie à huit militants du Parti islamique du Turkistan (TIP), affilié à Al-Qaïda, et en a blessé huit autres dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les troupes de l'armée ont ciblé un bus qui transportait les militants avec un missile guidé antichar alors qu'il passait près de la ville de Khirbat al-Naqus dans les plaines d'al-Ghab au nord-ouest de Hama.

    Des militants de l'opposition ont partagé une vidéo montrant les restes des militants tués dispersés autour du bus ciblé après la frappe de missiles.

    Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre le TIP depuis le début de l'année. Le groupe est principalement actif dans le nord de Lattaquié, le nord-ouest de Hama et le nord-ouest d'Idlib.

    L'Armée syrienne et ses alliés ont durement attaqué les factions d'al-Qaïda dans le Grand Edleb cette semaine. Le 2 février, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont détruit un quartier général de Hay'at Tahrir al-Sham dans le nord d'Edleb. Le 3 février, des frappes aériennes russes ont détruit un camp du groupe jihadiste Ajnad al-Kavkaz (soldats du Caucase).

    Les affiliés d'Al-Qaïda violent régulièrement le cessez-le-feu en vigueur dans le Grand Edleb, qui avait été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars de l'année dernière.

    Les réponses à ces violations deviennent de plus en plus dures. De son côté, la Turquie continue de fermer les yeux sur la présence d'Al-Qaïda dans le Grand Edleb.

  • Syrie : Les avions de combat russes pilonnent les rebelles dans la province de Lattaquié

    Imprimer

    Jeudi 21 janvier, une série de frappes aériennes russes a ciblé des positions de rebelles dans le nord de la province de Lattaquié, au nord-ouest de la Syrie.
     
    Des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué au moins cinq frappes aériennes sur des positions rebelles dans la périphérie de la ville de Kabani, bastion bien connu de plusieurs groupes affiliés ou proches d'al-Qaïda. Hay'at Tahrir al-Sham, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz maintiennent tous des positions dans les collines entourant Kabani.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) n'a signalé aucune perte humaine à la suite des frappes aériennes russes sur Kabani.
     
    C'est la deuxième vague de frappes aériennes russes dans le nord ouest syrien cette année. Le 9 janvier, des avions de combat russes avaient mené des frappes aériennes similaires sur le nord de la province de Lattaquié.
     
    Les frappes aériennes russes sont probablement une réponse aux violations répétées par les groupes islamistes de l'accord de cessez-le-feu, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020.
     
    Les forces russes intensifient leurs opérations contre les rebelles retranchés dans le Grand Edleb depuis un certain temps. Des troupes sont également déployées dans la région. Au début de cette semaine, un poste d'observation russe a été installé dans la partie sud de la province de Lattaquié.

  • Syrie : Frappes aériennes russes contre des islamistes dans le nord de Lattaquié

    Imprimer

    Dimanche 20 décembre, une série de frappes aériennes russes a pris pour cibles des positions et des fortifications des rebelles syriens  dans le nord de la province de Lattaquié.
     
    Les frappes aériennes ont visé les collines entourant la ville de Kabani, bastion de plusieurs groupes islamistes. Hayat Tahrir al-Sham, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz qui occupent des positions dans la ville et sa périphérie.
     
    Au cours des dernières années, les rebelles islamistes ont lancé de multiples attaques à la roquette et de drones à partir de Kabani sur un certain nombre de cibles civiles et militaires sur la côte syrienne, y compris la base aérienne russe de Hmeimim.
     
    Les frappes aériennes russes étaient probablement une réponse aux violations répétées du cessez-le-feu par ces groupes islamistes dans la région du Grand Edleb [qui comprend le nord de la Lattaquié].
     
    La veille, le Centre de réconciliation russe pour la Syrie a annoncé que les rebelles avaient récemment lancé 38 attaques depuis le Grand Edleb. Au moins six attaques ont eu lieu dans le nord de la province de Lattaquié.
     
    Ces violations menacent l'accord russo-turc sur le Grand Edleb qui a été conclu le 5 mars après une bataille entre les forces gouvernementales et les rebelles islamistes soutenus par la Turquie.
     
    L'accord, qui vise à stabiliser le Grand Edleb, a du mal à être respecté. Il est probable qu'un affrontement à grande échelle ait lieu  dans la région si l'accord s'effondre.