Aïn Zara (sud de Tripoli)

  • Libye : Le haut-commissariat propose le 24 janvier 2022 comme nouvelle date des élections

    Imprimer

    La Haute Commission électorale nationale (HNEC), en accord avec la Chambre des représentants (HoR), a annoncé le report du processus électoral , suggérant que le premier tour du scrutin soit reporté au 24 janvier 2022 .

    Dans un communiqué publié le 22 décembre, la Commission a précisé que la Chambre des représentants fixera la date officielle, dans les trente prochains jours, et prendra les mesures nécessaires pour lever les obstacles à l'achèvement du processus électoral. Le motif du report invoqué est l'insuffisance de la législation électorale relative au rôle du pouvoir judiciaire dans l'évaluation des recours. Concrètement, la Commission a estimé que la phase d'appel représentait un tournant risqué lors du processus électoral.

    Il a également été indiqué que le chevauchement entre différents événements politiques et les condamnations judiciaires prononcées entraînait l'impossibilité de communiquer la liste définitive des candidats à la présidentielle.

    Concernant les élections législatives, la Commission a indiqué que le processus de vérification des candidatures des 5 385 candidats est en phase d'examen final. Une fois les vérifications terminées, la Commission rendra sa décision sur l'annonce des classements préliminaires, entamant la phase d'appel.

    Parallèlement, les candidats à la présidentielle ont salué la proposition de la Commission d'organiser le premier tour des élections le 24 janvier. A l'issue d'une réunion des candidats, tenue le 22 décembre à Zawiya, une déclaration commune articulée en 8 points a été publiée, qui souligne l'importance de la souveraineté de la Libye, de la prévention des ingérences dans ses affaires, de la pleine confiance dans la passation pacifique du pouvoir et de considérer les élections comme le seul moyen de construire l'État. Tout en réaffirmant le respect de la volonté du peuple libyen, les candidats ont exprimé leur refus d'entrer dans toute nouvelle phase de transition, invitant la Chambre des représentants à assumer ses responsabilités vis-à-vis du processus électoral. Enfin, le communiqué exhorte la Haute Commission électorale à annoncer dès que possible la liste définitive des candidats à la présidence et la liste préliminaire des candidats aux élections législatives. Il faut préciser que la déclaration ne précisait ni le nombre de candidats présents à Zawiya, ni leurs noms.

    Suite à l'annonce par la Chambre des représentants de l'impossibilité de tenir des élections le 24 décembre, Tripoli a connu une mobilisation militaire dans différents quartiers de la ville, provoquant le blocus des rues de Shara'a Al-Zawiya et Bab Bengashhir, ainsi que d'Ain Zara et Khallet Al-Furjan dans le sud de la capitale, provoquant des tensions et laissant présager d'éventuels affrontements armés . Des témoins oculaires à Ain Zara ont déclaré qu'il y avait une mobilisation militaire et des barricades de sable dans toute la région, ainsi que des renforts à Tariq Al-Shouk et Al-Sidra, sans parler des images de convois militaires arrivant à Tripoli depuis la région des montagnes de l'ouest. L'Université de Tripoli a suspendu les cours et a demandé au personnel et aux étudiants de partir, ainsi que plusieurs écoles de la municipalité d'Ain Zara, en raison des problèmes de sécurité.

    La milice Al-Samoud, dirigée par Salah Badi, a annoncé la lutte pour ce qu'elle a appelé "la bataille pour corriger la correction et éliminer les acteurs suspects qui ont amené la Libye dans cette situation dangereuse". Dans un communiqué publié le 22 décembre, la brigade a catégoriquement rejeté l'option d'organiser des élections sans fondement constitutionnel et a souligné que la communauté internationale et la mission de l'ONU en Libye doivent cesser de contribuer à la destruction du pays.

    Face à cette situation de tension croissante, l'ambassadeur américain et envoyé spécial américain en Libye, Richard Norland, a appelé à des mesures efficaces pour calmer la situation à Tripoli et dans d'autres régions de Libye. Selon lui, ce n'est pas le bon moment pour prendre des mesures unilatérales ou déployer des groupes armés, ce qui ne peut qu'entraîner un risque d'escalade et des conséquences imprévues qui nuiront à la sécurité et à la sûreté du peuple libyen. Norland a également renouvelé son appel à la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) pour résoudre les problèmes liés aux questions politiques ou militaires sans recourir à la violence. De son côté, la conseillère spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Stephanie Williams, a passé en revue les derniers développements liés à la réunification de l'institution militaire lors d'une rencontre avec le général de division Osama Juwaili, directeur du Département du renseignement militaire.

    Le gouvernement exécutif intérimaire d'Unité nationale (GNU), dirigé par Abdulhamid al-Dbeibah, cessera ses fonctions le 24 décembre. Cependant, comme le note Arab Weekly , il est possible que les principales factions politiques continuent de soutenir le GNU, qui est également reconnu par l'ONU.

  • Libye : Déploiement de groupes armés dans une banlieue de Tripoli

    Imprimer

    Des groupes armés se sont déployés, mardi 21 décembre 2021, dans une banlieue de la capitale libyenne Tripoli, forçant des écoles à fermer et suscitant l'inquiétude de l'ONU, au moment où un report de l'élection présidentielle de vendredi est attendu.

    La Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) s'est dite dans un communiqué "préoccupée par l'évolution de la situation sécuritaire à Tripoli". "La mobilisation de forces affiliées à différents groupes crée des tensions et augmente le risque d'affrontements qui pourraient dégénérer en conflit", a-t-elle mis en garde.

    "Tout désaccord sur des questions politiques ou militaires devrait être résolu par le dialogue, en particulier dans cette période où le pays traverse un processus électoral difficile et complexe censé conduire à une transition pacifique", a insisté la mission onusienne.

    Plus tôt dans la journée, des images postées sur les réseaux sociaux ont montré des véhicules armés de mitrailleuses ainsi qu'un char sillonnant un quartier proche du campus universitaire et des rues bloquées par des barrages de sable et gardées par des hommes armés.

    L'université de Tripoli avait dû fermer "à cause des tensions sécuritaires autour du campus dans les quartiers d'Aïn Zara et de Fornaj", selon un de ses professeurs.

    D'après des médias locaux, plusieurs écoles et lycées dans ces quartiers en banlieue sud de Tripoli ont aussi décidé, par mesure de précaution, de fermer leurs portes.

    Aucun accrochage ou échange de tirs n'a toutefois été signalé, selon des témoignages recueillis par l'AFP.

    Et la situation s'est détendue dans l'après-midi avec la réouverture de la plupart des rues à la circulation, et une présence moins importante d'hommes armés, a constaté un correspondant de l'AFP.

    Les autorités n'ont fait aucun commentaire sur cette mobilisation armée qui intervient à trois jours de la date prévue pour la tenue d'une élection présidentielle cruciale, le 24 décembre. Mais le report du scrutin ne fait désormais aucun doute, même si aucune annonce officielle n'a été faite en ce sens.

    Ce déploiement intervient aussi quelques jours après le limogeage d'un haut responsable militaire, qui avait été contesté par plusieurs groupes armés, alimentant les tensions et donnant déjà lieu à des mouvements armés à Tripoli.

    La capitale libyenne est sous le contrôle d'une myriade de groupes armés affiliés aux ministères de la Défense - un portefeuille sans ministre - et de l'Intérieur au sein du gouvernement intérimaire.

    La Libye tente, depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, de s'extraire d'une décennie de chaos, marqué ces dernières années par l'existence de pouvoirs rivaux dans l'est et l'ouest du pays.

    L'élection présidentielle était censée représenter l'aboutissement d'un processus de paix laborieux, parrainé par l'ONU, pour clore ce chapitre de divisions et d'instabilité.

    Malgré la fin des combats en 2020 entre le gouvernement installé à Tripoli et les forces de Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, la sécurité reste précaire dans le pays nord-africain avec des affrontements sporadiques entre groupes armés.

  • Frontlive-Chrono : Mardi 21 avril 2020

    Imprimer

    Espagne: Arrestation en Espagne de l’un des combattants de l’Etat islamique les plus recherchés en Europe

    La police nationale espagnole a déclaré qu’elle avait arrêté l’un des terroristes de l’Etat islamique les plus recherchés en Europe. Son nom n’a p as été mentionné. On sait seulement que le détenu est de nationalité égyptienne. Il est récemment entré illégalement en Espagne depuis l’Afrique du Nord. Il a passé plusieurs années dans la…Login abonnés


    Libye : Affrontements généralisés entre les forces du GNA et l’Armée Nationale Libyenne de Haftar

    Tard dans la soirée du 20 avril, l’agence de presse syrienne SANA a rapporté une attaque de l’armée de l’air israélienne sur des cibles à Sokhnah et Al-Amiriya aux environs de Palmyre dans le gouvernorat de Homs. Selon l’agence, à la suite de l’attaque, le système de défense anti-missile a été activé et plusieurs missiles…Login abonnés

  • Frontlive-Chrono – Mardi 28 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mardi 28 mai 2019

    • Irak: Deux nouveaux Français condamnés à mort pour appartenance à l’EI – Abonnés
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Liban : L’armée de l’air israélienne a frappé la région de Nabatiye – Abonnés
    • Libye: l’Armée Nationale Libyenne (ANL) se rapproche du centre de Tripoli – Abonnés
    • Syrie : Deux soldats syriens tués lors d’une attaque de l’armée israélienne à Quneitra – Abonnés
    • Syrie: Raids incessants du régime sur Idleb – 21 civils tués – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Samedi 18 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 18 mai 2019

    • Libye : 2 gardes tués et 4 autres enlevés dans une attaque de Daech à l’extérieur du champ pétrolifère de Zillah – Abonnés
    • Libye : Recrudescence des combats dans le sud de Tripoli – Abonnés
    • Somalie : Affrontement entre l’armée et les jihadistes Shabab dans la région du Ghedo – 7 jihadistes et 2 soldats tués – Abonnés
    • Syrie: L’armée de l’air israélienne attaque des cibles au sud de Damas – Abonnés
    • Syrie : les insurgés ont attaqué la base aérienne russe de Hmeimim ; un mort – Abonnés
    • Syrie : Le Front de libération nationale (FLN) soutenu par la Turquie déploie des centaines de combattants dans le nord de Hama (Vidéo) – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Dimanche 14 avril 2019

    Imprimer

    Liste des articles parus sur Frontlive-Chrono le dimanche 14 avril 2019 

    • Belgique : un homme arrêté dans une enquête antiterroriste – Abonnés
    • Libye: Le gouvernement d’union nationale (GNA) accuse les forces de Haftar d’avoir bombardé un centre de réfugiés dans le sud de Tripoli – Voir l'article ci-dessous.
    • Libye : Derniers développements de la bataille de Tripoli – Abonnés
    • Soudan: les chefs de la contestation présentent leurs demandes au pouvoir militaire – Abonnés
    • Syrie : six civils tués dans des tirs de roquettes sur Alep – Abonnés

    Lire la suite