Ain Issa

  • Syrie : Deux militants tués par une attaque de drone turc près d'Ain Issa

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a rapporté qu'un drone turc avait pris pour cible une moto et un véhicule conduits par des personnes soupçonnées d'être des combattants, à un poste de contrôle près de la 93e brigade du régime dans le district d'Ain Issa, dans le nord de la province de Raqqa, causant la mort des deux personnes.

    Le nombre d'attaques menées par des drones turcs sur les zones contrôlées par « l'Administration autonome du nord et du nord-est de la Syrie, AANES » depuis début 2022 a atteint 56. Ces attaques ont tué 50 personnes, dont sept enfants et 13 femmes, mortes, tandis que plus de 90 autres étaient blessées. 

  • Syrie : le commandement de l'armée russe en Syrie accuse Tsahal de "violation délibérée" de la ligne de séparation Alpha

    Imprimer

    Le général de division Oleg Yegorov, chef adjoint du "centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes" en Syrie, a déclaré que les forces armées israéliennes ont "délibérément violé" la ligne Alpha, qu'elles n'ont pas le droit de franchir conformément à leurs obligations d'appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, a rapporté l'agence de presse Interfax.

    "Dans le contexte des frappes aériennes israéliennes régulières sur le territoire de la République arabe syrienne, les violations israéliennes de la ligne de démarcation sur le plateau du Golan attirent également l'attention", a déclaré Egorov.

    "Selon la partie syrienne, le 15 août à 13 heures, un char des Forces de défense israéliennes est parti de la montagne de Tell el-Faras en direction de la localité d'al-Sabah, puis en direction de la localité d'Ain Issa, où il s'est arrêté pendant 10 minutes, en pointant démonstrativement son canon vers les positions de l'armée arabe syrienne situées derrière la ligne de séparation "Bravo". Après cela, il est parti dans la direction opposée", a déclaré le général russe.

    M. Yegorov a déclaré qu'"il s'agissait d'une violation délibérée de la ligne de démarcation Alpha, qui ne peut être franchie par Israël conformément aux obligations qu'il a contractées pour mettre en œuvre la résolution 350 du Conseil de sécurité des Nations unies du 31 mai 1974 sur la séparation des parties du conflit syro-israélien.

  • Сирия: Pоссийские военные укрепляются на севере Сирии

    Imprimer

    Российские военные провели воздушную разведку вокруг города Таль-Рифат и прилегающих районов на севере Сирии, чтобы укрепить свои позиции, сообщает турецкое агентство Anadolu.

    Сообщается также, что российские военные доставили на аэродром "Камышлы" ЗРК "Панцирь-С1".

    В публикации Anadolu говорится о том, что армия РФ пытается "помешать террористическим группировкам, поддерживаемым Ираном, усилить свое влияние в Таль-Рифате".

    В этом контексте турецкое агентство утверждает, что российские военные в конце мая не допустили встречи между представителями курдского командования и иранцами, применив для этого РСЗО "Град".

    Anadolu пишет об увеличении численности российских военнослужащих в сирийских районах Айн-Иса, Таль-Тамр, Манбидж, Айн эль-Араб и Камышлы.

    6 мая израильский сайт Debka сообщал, что российские подразделения, дислоцированные в Сирии, якобы собираются на авиабазах "Хмеймим", "Камышлы", "Дир аз-Зур" и Т4, "готовые к переброске некоторых из них на украинский фронт". Со ссылкой на неназванные военные источники Debka утверждал, что "русские передают ключевые базы иранской Революционной гвардии и "Хизбалле"". Данная публикация сайта Debka не была подтверждена никакими источниками в Израиле или в Сирии.

  • Syrie : L'armée russe se renforce dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée russe a effectué une reconnaissance aérienne autour de la ville de Tal Rifaat et des zones environnantes dans le nord de la Syrie pour renforcer sa position, selon l'agence de presse turque Anadolu.

    Il est également rapporté que l'armée russe a installé un système de défense aérienne Pantsir-S1 sur l'aérodrome de Qamishli.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'armée russe essaie "d'empêcher les milices soutenus par l'Iran d'accroître leur influence à Tal Rifaat".

    L'agence turque affirme que l'armée russe a empêché fin mai une rencontre entre des représentants du commandement kurde et les Iraniens, en tirant des missiles Grad sur le secteur où devait se dérouler la rencontre.

    Anadolu a constaté une augmentation du nombre de soldats russes dans les régions syriennes d'Ain Isa, Tal Tamr, Manbij, Ain al-Arab (Kobane en Kurde) et Qamishli.

    Le 6 mai, le site Internet israélien Debka avait rapporté que des unités russes stationnées en Syrie auraient été rassemblées sur les bases aériennes de Hmeimim, Qamishli, Deir ezZor et T4, dans l'éventualité d'un transfert sur le front ukrainien ». Citant des sources militaires anonymes, Debka a affirmé que "les Russes remettraient les bases clés aux Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et au Hezbollah". Cette information, publiée sur le site Web de Debka, s'est révélée fausse.

  • Syrie : Des centaines de jihadistes ont fui la prison de Ghweyran, dont deux "émirs" de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a publié de nouvelles informations sur le nombre des prisonniers de l'Etat islamique qui ont réussi à fuir la prison de Ghweyran lors de l'attaque de la prison par les jihadistes de Daech. Ce nombre est estimé à des centaines. Certains d'entre eux ont fui vers la Turquie et d'autres vers des zones contrôlées par les groupes rebelles syriens pro-turcs après l'opération de l'armée turque « Bouclier de l'Euphrate » dans l'est et le nord-est de la province d'Alep. D'autres encore sont cachés dans des zones contrôlées par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), c'est-à-dire dans les régions de Hasaké, Raqqa, Deir Ezzor et Manbij. Les FDS mènent toujours des opérations de ratissage dans les régions qu'elles contrôlent à la recherche des fugitifs.

    L'OSDH affirme que deux émirs de l'Etat islamique, qui étaient détenus à la prison de Ghweyran, auraient trouvé refuge à Jarablus, une localité sous le contrôle de factions syriennes pro-turques dans la province d'Alep. Cela soulève la question de savoir comment ils ont réussi à fuir Hasaké vers Raqqa puis Manbij pour arriver à Jarablus !

    Selon l'OSDH, les forces de sécurité des FDS ont réussi à arrêter, le 3 février,  un passeur et trois évadés de l'Etat islamique dans le village de Hiesha à Ain Issa, au nord de Raqqa. Les trois fugitifs se trouvaient chez le passeur qui devait les emmener en Turquie pour 4000 USD par personne. Ces trois fugitifs de l'Etat islamique avaient été en contact avec les deux émirs arrivés à Jarablus dans la province d'Alep.

    Les forces de sécurité ont également arrêté deux femmes alors qu'elles tentaient de fuir vers la Turquie pour rejoindre leurs maris évadés de la prison de Ghweyran.

    La détention des deux femmes a duré moins de 24 heures. Elles ont été libérées grâce à une médiation d'anciens et de dignitaires tribaux du nord-est de la Syrie.

  • Syrie : L'Armée turque pilonne les positions des Forces Démocratiques Syriennes (FDS)

    Imprimer

    Vendredi 3 décembre, de violents affrontements ont éclaté entre les forces turques et les Kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le nord de la province syrienne de Raqqa.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme b(OSDH), des rebelles syriens soutenus par la Turquie ont lancé une attaque contre plusieurs positions des FDS près du village de Saida, situé à l'ouest de la ville d'Ain Issa, le long de l'autoroute stratégique M4.

    L'attaque a coïncidé avec de violents bombardements turcs à la périphérie de Saïda et plusieurs positions sur l'autoroute M4. L'armée turque annonce que ses forces spéciales ont mis hors de combat 5 combattants kurdes.

    L'armée arabe syrienne (AAS) et la police militaire russe, qui maintiennent un réseau de positions dans la région, ne sont pas intervenues.

    L'attaque turque contre Saïda semble limitée. Les forces turques ont peut-être lancé l'attaque afin de tester les défenses des FDS dans la région.

    Selon plusieurs rapports récents, l'armée turque et ses alliés syriens se préparent à lancer une opération à grande échelle contre les FDS dans différentes parties du nord et du nord-est de la Syrie. Ain Issa serait parmi les cibles de l'opération.

  • Syrie : Un drone de combat turc et l'artillerie ciblent les positions des FDS (kurdes) à Raqqa

    Imprimer

    L'armée turque et les rebelles syriens pro-turcs harcèlent les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes dans ce qui semble être une tentative de déclencher une confrontation militaire dans la région nord-est de la Syrie.

    Le samedi 30 octobre dans l'après-midi, un drone de combat turc, apparemment un Bayraktar TB2, a effectué une frappe aérienne sur un poste de contrôle des FDS près de la ville d'Ain Issa dans la campagne nord de Raqqa, selon des sources de l'opposition syrienne. Aucune perte n'a été signalée.

    Quelques heures après la frappe aérienne, l'armée turque et ses alliés syriens ont pilonné à l'artillerie des positions des FDS à la périphérie d'Ain Issa.

    L'armée arabe syrienne (AAS) maintient une forte présence autour d'Ain Issa. La police militaire russe est également présente dans la ville pour surveiller l'accord de désescalade russo-turc de 2019 sur le nord-est de la Syrie.

    Plus tôt cette semaine, l'armée turque avait déployé d'importants renforts, notamment des chars de combat et des véhicules blindés de transport de troupes, dans le nord de la province de Raqqa ainsi que dans le nord de la province de Hassakeh.

    Selon plusieurs informations récentes, la Turquie se préparerait à lancer une nouvelle opération militaire contre les FDS dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    Toute opération dirigée par la Turquie contre les FDS se heurtera probablement à la résistance de l'armée arabe syrienne et de ses alliés qui ne toléreront probablement aucune nouvelle expansion turque en Syrie.