Afrin

  • Syrie: huit morts dans l'explosion de deux voitures piégées à al-Bab et Afrin

    Imprimer

    Au moins huit personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées, mardi 24 novembre, par l'explosion de deux voitures piégées dans deux régions du nord de la Syrie tenues par des rebelles pro-turcs

    Après un attentat près de la ville d'Al-Bab qui a tué cinq personnes, une deuxième voiture piégée a explosé dans la ville d'Afrine (photo ci-dessus), faisant trois morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Vidéo de l'explosion d'al-Bab

    Les deux attaques ont eu lieu dans la province d'Alep, dans des régions situées près de la frontière avec la Turquie, . Ces zones tenues par l'armée turque et des forces rebelles syriennes pro-turques sont régulièrement secouées par des attentats ou des assassinats ciblés.

    Vidéo de l'explosion d'Afrin

    Près d'Al-Bab, les explosifs avaient été plantés sur le véhicule d'un chef de poste de police, tuant ce dernier, deux autres policiers ainsi que deux civils, a indiqué l'OSDH.

    L'attentat a aussi fait 19 blessés, des policiers et des civils, selon l'OSDH.

    L'OSDH n'a pas exclu une responsabilité des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), l'organisation disposant de cellules actives dans le secteur.

    Mais ces territoires sont aussi en proie à des querelles intestines entre différentes factions rebelles.

    Les attentats à la voiture piégée ou menés avec des bombes "restent un fléau mortel" en Syrie, a-t-il déploré, indiquant qu'ils ont coûté la vie à 132 civils et fait 461 blessés cette année seulement, selon un décompte de l'ONU.

    Plus tard mardi, une voiture piégée a explosé dans le centre de la ville d'Afrine, tuant trois personnes et en blessant 16 autres, selon l'OSDH.

    En octobre, au moins 18 personnes dont treize civils, ont été tuées et 75 blessées dans un attentat dans la ville d'al-Bab, selon l'OSDH.

     

  • Syrie : Des miliciens pro-turcs tués et blessés dans un nouvel attentat à Afrin

    Imprimer

    Vendredi 6 novembre, un nouvel attentat a visé des militants pro-turcs dans la zone d'Afrin occupée par la Turquie dans la province d'Alep.

    Des hommes armés non identifiés ont ouvert le feu sur un véhicule de la brigade Sultan Murad alors qu'il passait sur une route dans le district de Ma'batli. Un militant a été tué et deux autres ont été blessés dans l'attaque, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    La brigade Sultan Murad est une faction clé de l'Armée Nationale Syrienne, qui règne sur les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    L'embuscade à Ma'batli a très probablement été tendue par l'un des groupes de guérilla kurdes actifs dans la région, comme les Forces de libération d'Afrin ou la Salle d'opérations de la Colère des olives.

    Un état de chaos règne dans les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie. Des attaques y ont lieu régulièrement.

    L'Etat islamique également actif dans la région
    Il y a deux jours, un haut commandant d'une milice soutenue par la Turquie a été assassiné dans la ville d'al-Bab, dans la province d'Alep. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de cet attentat dans une déclaration publiée par son agence de presse Amaq le 6 novembre.

    Le même jour, un attentat à la bombe a frappé un poste de contrôle dans la partie occupée par les Turcs dans la province de Raqqa. Un militant a été tué et plusieurs autres ont été blessés.

  • La Turquie pourrait avoir envoyé des centaines de combattants syriens pro-turcs en Azerbaïdjan

    Imprimer

    La Turquie a envoyé 300 militants syriens en Azerbaïdjan, où ils doivent soutenir les forces armées azerbaïdjanaises en conflit avec l'Arménie, a rapporté le 24 septembre l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Selon l'OSDH, les combattants syriens ont été recrutés dans de nombreuses villes et villages de la région d'Afrin, au nord de la Syrie, occupée par la Turquie. La plupart d'entre eux sont membres des brigade Suleyman Shah et Sultan Mourad soutenues par la Turquie,.

    Les militants ont été informés qu'ils se rendaient en Azerbaïdjan pour garder la frontière avec l'Arménie. On leur a promis un salaire mensuel de 1 500 à 2 000 dollars.

    "L'Observatoire syrien n'a pas été en mesure de confirmer, avec certitude, que la destination finale [des militants] était bien l'Azerbaïdjan. Ils pourraient finalement sse retrouver en Libye ou une autre région", peut-on lire dans le rapport de l'OSDH.

    Il y a quelques jours, des militants de l'opposition syrienne ont partagé une photo qui prétendait montrer des militants syriens pro-turcs à bord d'un avion se dirigeant vers la capitale azérie, Bakou. La photo n'a pas encore été authentifiée. A noter que la Turquie a démenti l'information révélée par l'OSDH.

    Au cours des deux derniers mois, plusieurs rapports ont allégué que la Turquie avait recruté des militants syriens pour combattre avec les forces armées azerbaïdjanaises en tant que mercenaires contre les forces arméniennes.

    L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont engagés dans une série d'escarmouches militaires en juillet. À l'époque, la Turquie s'était engagée à fournir une assistance militaire aux forces armées azerbaïdjanaises.

  • Syrie : Sept morts et des dizaines de blessés dans un attentat à la voiture piégée à Azaz (nord syrien)

    Imprimer

    Sept personnes ont été tuées et 85 autres blessées dans un attentat à la voiture piégée dans la région d'Azaz, dans le nord-ouest de la Syrie.
    L'attentat a eu lieu dans le village de Sajjo, à un kilomètre du poste de Bab al-Salama, à la frontière avec la région de Kellis, dans le sud de la Turquie. 15 blessés ont été emmenés dans des hôpitaux en Turquie, dont certains dans un état critique.
    Dans la matinée de dimanche déjà, une bombe avait explosé au passage d'une voiture appartenant à des rebelles syriens pro-turcs appartenant au groupe Sham Corps dans le centre-ville d'Afrin, blessant 13 personnes.

  • Syrie : Nouvelle attaque contre les rebelles syriens pro-turcs à Afrin

    Imprimer

    Le 19 juillet au matin, un puissant engin explosif improvisé (IED) a explosé sur la route de Jandaris dans le secteur d'Afrin, occupé par la Turquie, au nord de la Syrie.
    L'IED visait un véhicule du Sham Corps soutenu par la Turquie. L'explosion, très puissante, a endommagé des voitures, des magasins et des bâtiments civils situés à proximité. Des sources locales ont indiqué que treize personnes, dont six enfants, ont été blessées par l'explosion.
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a révélé que trois des blessés sont des membres du Sham Corps. L'un d'entre eux est un commandant d'unité.
    Jusqu'à présent, aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Des groupes kurdes, comme les Forces de libération d'Afrin et la Salle des opérations de la Colère de l'opération des oliviers, mènent régulièrement de telles attaques contre des combattants syriens soutenus par la Turquie.
    Au cours des dernières semaines, une série d'attaques similaires par des engins explosifs improvisés a secoué Afrin. De nombreux civils et des militants soutenus par la Turquie ont été tués ou blessés.

     

  • Syrie : Derniers développements

    Imprimer

    L'armée syrienne repousse une attaque "à grande échelle" dans le nord de la province de Lattaquié
    L'armée arabe syrienne (AAS) a annoncé le 10 juillet qu'elle avait repoussé une "attaque à grande échelle" sur ses positions dans le nord de la province de Lattaquié.
    Selon une source militaire, des rebelles soutenus par la Turquie ont lancé une attaque tôt dans la matinée. L'attaque surprise visait des positions militaires dans la ville de Rabia. Selon la source, les militants ont utilisé différents types d'armes au cours de leur attaque. L'armée syrienne a cependant réussi à la repousser.
    "Nos forces dans la région ont repoussé l'attaque et ont infligé de lourdes pertes humaines et matérielles aux terroristes", a déclaré la source, ajoutant "il n'y a pas eu de pertes dans les rangs de nos forces".
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a fait état d'intenses tirs de roquettes de la part de l'Armée Arabe Syrienne sur des zones tenues par les rebelles dans le nord de Lattaquié.
    Les factions rebelles de la province d'Edleb, y compris les jihadistes de Hayat Tahrir al-Sham, n'ont pas fait de commentaires sur cette attaque. Ces factions sont connues pour occulter leurs pertes, surtout pendant un cessez-le-feu.
    L'attaque manquée est une violation de l'accord de cessez-le-feu, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars. Ankara est responsable de l'attaque car elle aurait été menée par des groupes qui lui sont alliés. De telles provocations pourraient conduire à une reprise des affrontements dans la région.

    La Turquie établit une nouvelle base militaire à Ras al-Aïn, en Syrie
    La Turquie renforce sa présence militaire dans la ville de Ras al-Ain, au nord de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 10 juillet.
    Selon l'OSDH, l'armée turque a établi une nouvelle base dans le village de Tell Halaf, près de Ras al-Ain.
    De plus, les forces turques ont été vues patrouillant dans le centre ville de Ras al-Ain. L'OSDH affirme que ces nouvelles mesures sont destinées à garantir la sécurité de la ville, qui est située à la frontière avec la Turquie.
    "[Les forces turques veulent] pacifier la ville, la placer sous leur contrôle et punir toute personne qui porte des armes à l'intérieur de celle-ci, à l'exception de la police et des factions pro-turques", peut-on lire dans le rapport de l'OSDH.
    Au début de juillet, une bataille féroce entre militants pro-turcs a eu lieu à Ras al-Ain. Au moins quatre militants et une jeune fille ont été tués au cours de ces affrontements.
    La ville a également été frappée par une série d'attentats au cours des derniers mois. Huit personnes ont été tuées et blessées lors de la dernière explosion, qui a eu lieu le 4 décembre.
    Le travail de sécurisation de Ras al-Ain est probablement lié aux efforts de la Turquie pour sécuriser sa propre frontière avec la Syrie. Mais les forces turques continuent d'ignorer la détérioration de la situation sécuritaire dans les zones qui sont situées assez loin de leur frontière, comme Afrin au nord d'Alep.

    Trois agents de renseignement syriens tués et blessés dans un nouvel attentat à Deraa.
    Membre des Services de renseignement de l'air tué.jpegTôt le matin du 10 juillet, des sources locales à Deraa ont rapporté deux fortes explosions dans la ville de Dael, au nord de la province de Deraa.
    La première explosion a été causée par un engin explosif improvisé (IED) placé dans le district sud de Dael. L'explosion n'a causé aucune perte. Cependant, un deuxième IED a explosé lorsqu'une unité des services de renseignement syriens est arrivée pour inspecter la zone.
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un officier de la Direction des renseignements de l'armée de l'air (AFID) a été tué dans l'explosion secondaire. Deux autres officiers ont été blessés.
    Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité des attaques aux engins explosifs improvisés. Néanmoins, on sait que des cellules de Daech sont actives dans le nord de la province de Deraa.
    Au cours des derniers mois, plusieurs officiers de l'AFID et d'autres agences de renseignement syriennes ont été tués dans les régions nord et est du gouvernorat de Deraa. L'Etat islamique (Daech) a revendiqué la responsabilité de plusieurs de ces attaques.
    Les récentes attaques contre les forces gouvernementales et les combattants locaux à Deraa et Quneitra ont pour but de perturber la sécurité dans la région sud de la Syrie. Des mesures décisives doivent encore être prises pour faire face à cette menace croissante.

     

  • Frontlive-Chrono du mardi 28 avril 2020

    Imprimer

    English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Un kamikaze de l’État islamique portant une ceinture explosive s’est fait exploser mardi alors qu’il tentait de pénétrer dans le quartier général des services de renseignement de Kirkouk. L’explosion a fait quatre blessés parmi les membres des services de renseignement. « Au total, quatre membres des services de renseignement ont été blessés lors de l’attaque », a…Login abonnés


    Syrie : Une voiture piégée explose dans la ville d’Afrin – Au moins 10 personnes tuées

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rapporté qu’une explosion a frappé la ville d’Afrin, contrôlée par la Turquie, au nord-ouest d’Alep cet après-midi. L’explosion a été causée par la détonation d’une voiture piégée sur la route de Raju. La mort d’au moins 10 personnes a été confirmée. Plus tôt ce matin, une autre…Login abonnés


    Liban : Nuit de violence à Tripoli, à Beyrouth et d’autres localités – Décès d’un manifestant blessé par balle à Tripoli

    Un manifestant blessé lundi soir par balle lors d’une manifestation qui a dégénéré en affrontements avec l’armée à Tripoli, au Liban-Nord, est décédé dans la nuit de lundi des suites de ses blessures, alors que près d’une quarantaine de personnes, manifestants et militaires, ont été blessés lors de ces affrontements nocturnes. Sur Facebook, Fatima Samman,…CLogin abonnés


    Mozambique : le gouvernement admet la présence de l’Etat islamique

    Un automobiliste a blessé deux motards de la police lundi en les percutant volontairement en marge d’un contrôle routier en banlieue parisienne, et a invoqué « la situation » en Palestine dans ses premières déclarations après son interpellation. Dans sa voiture, les enquêteurs ont retrouvé un couteau et une « lettre expliquant son geste », a indiqué le parquet…Login abonnés